7.5/10

New Super Mario Bros. 2 - Test 3DS

Nintendo affirme tirer des leçons du passé et c'est pourquoi, une poignée de semaine après la sortie de la 3DS XL, l'égérie masculine de la firme pointe le bout de sa moustache dans un bel écrin jaune doré. Rien que le titre devrait vous agiter la casquette : New Super Mario Bros. 2. Soit la suite d'un best-seller DS 2006, encensé par la critique et les joueurs, exploitant des concepts rétro de la franchise pour fournir un nouveau jeu de plates-formes 2D. Une séquelle en 3D, pourquoi pas, on ne sera jamais contre de bons jeux sur la portable même si l'on pourra mettre le relief de côté sur ce coup-là. Et pour « enrichir » le challenge, le mot est bien choisi, Nintendo englobe le jeu d'un aspect scoring qui aurait certainement pu être mieux géré. Détaillons.


DR.
J'imagine que vous avez envie que je vous raconte l'histoire prétexte de cet opus, n'est-ce pas ? Ne faites pas vos timides, dites-le que vous êtes assoiffés d'en connaître plus sur les motivations qui vont pousser Mario à arpenter des niveaux truffés d'embuches ! Je ne vous fais plus attendre : Peach a été enlevée. Par Bowser. Tandis que Mario et Luigi faisaient les foufous. La grosse tortue démoniaque et sa marmaille vont donc se trimballer la princesse sous le bras de château en château, jusqu'à ce que Mario leur colle à chacun une rouste. Il y a beau y avoir un « New » dans le titre, ce n'est pas encore aujourd'hui que la saga va se doter du moindre soupçon d'originalité, mais ce n'est pas ce qu'on en attend, après tout. Non, ce que l'on veut, c'est de la plate-forme à l'ancienne avec suffisamment de défis pour que l'on rentabilise l'achat tout en prenant du plaisir.

DR.
Aussi, NSMB2 (de son petit nom) propose la traditionnelle architecture de mondes divisés en pastilles de niveaux, chacun ouvrant une route vers une autre partie du monde. Un donjon intermédiaire est implanté au milieu de la carte, tandis que le gros château Koopa et son boss vous attend à la fin de chaque monde. Au terme du sixième, il vous suffira d'envoyer bouler Bowser pour libérer la princesse et voir le générique de fin : six heures à tout péter. Il y aura bien deux mondes plus ou moins cachés à parcourir en sus, ce qui élève notre durée de vie principale entre sept et neuf heures. Tout ça n'est pas bien lourd, mais les Mario n'ont jamais brillé pour leur durée de vie exceptionnelle – bien que celle-ci fasse franchement peine à voir. Le contenu est néanmoins plaisant à découvrir même si la saga ne se renouvelle pas avec cet opus. Il y aura bien quelques passages originaux, assez bien vus, mais le défi sera cependant très classique sur le global.

DR.
Sacerdoce de la série « New », Mario va asticoter votre fibre nostalgique en proposant de nombreux éléments recyclés de la gloire passée. La transformation en Tanooki va ainsi vous permettre de planer quelques instants après un saut et surtout, avec suffisamment d'élan, de voleter quelques secondes – le tout géré par une barre de vitesse directement reprise de Super Mario Bros. 3. On retrouve en parallèle les fleurs de feu, le super champignon pour tout casser sur son passage, le mini-champignon pour s'infiltrer dans les endroits les plus exiguës, les Ghost House introduite par Super Mario World, et les têtes à claques composant la famille Bowser qui avaient émaillé ce même SMB3. Pour les fins connaisseurs de la série, la prise en main est immédiate, sans temps d'adaptation, forcément.


DR.
Pour élargir la durée de vie, NSMB2 va proposer plusieurs choses. En premier lieu, il barbote à l'épisode Wii la possibilité de jouer à plusieurs, ici limitée à deux intervenants. Le mode de jeu est assez appréciable, permet à la fois la coopération et l'affrontement en simultané (qu'il est doux de précipiter son copain dans le vide dans une apparente fausse manipulation), et promet quelques fous rires. Le petit souci, c'est que pour conserver cette dualité coopération / affrontement qui avait fait tout le sel de la version Wii, le jeu impose l'écran partagé malgré l'obligation d'avoir chacun sa console. L'attention est alors focalisée sur le joueur hébergeant la partie, lequel conditionne l'avancée de l'équipe, l'autre joueur n'étant qu'un sous-fifre contraint à suivre un rythme imposé par son coéquipier – tout du moins jusqu'à ce qu'il passe en premier le drapeau de mi-niveau pour prendre le contrôle de la progression.

DR.
En second lieu, il faudra considérer tout l'aspect « thunes » qui est clairement le cheval de bataille du jeu. Un compteur commun à tous vos profils de jeu (trois maximum) cumule les pièces que vous ramassez au fil des parties, en vous promettant une surprise une fois le million atteint (ne vous montez pas la tête, c'est décevant). Le défi n'est pas impossible mais va réclamer du temps, même en considérant toutes les opportunités de ramassage qui s'offre à vous. Outre les traditionnelles pièces jetées dans le niveau, nombre d'options vous donneront la possibilité de décupler votre pécule. Citons par exemple le cube à pièce de Super Mario 3D Land qui vous octroie une pièce à chacun de vos déplacements, les anneaux dorées qui feront jaillir des pièces d'un peu partout, la fleur en or qui donne à Mario le pouvoir de transformer de nombreux éléments du jeu en pièces, etc. Même avec tout ça, le million est une limite lointaine, tenez-vous le pour dit ! Pour encore accroître le compteur, le jeu débloquera assez rapidement le mode « Pièces en folie » qui vous propose de parcourir trois niveaux choisis aléatoirement, en un temps très limité, pour y ramasser le plus de pièces.
DR.
Le jeu garde vos scores et les partage par Street Pass. Ce sera avant tout un attrait pour les scorers, et les joueurs plus intéressés par l'exploration / plates-formes n'y trouveront qu'un intérêt assez limité – quoique les timings sont parfois suffisamment serrés pour se donner quelques sueurs. 
Évidemment, un tel déluge de pièces va nécessairement induire un grand nombre de vies collectées, puisque toutes les cent pièces, comme d'habitude, c'est le One Up. Et comme le jeu n'est pas spécialement très difficile, en moins d'une heure le chiffre de la dizaine sera déjà un souvenir. Le comptoir prévoit même un nombre de vie à trois chiffres, ce qui met un terme à nos espérances : malheureusement, NSMB2 sera très arrangeant avec sa difficulté. Il fait d'ailleurs comme les précédents épisodes : si vous chutez plusieurs fois au même endroit, on vous propose un moyen de finir plus rapidement et plus facilement. Les joueurs occasionnels y trouveront leurs comptes, les gamers râleront comme à leur habitude.

New Super Mario Bros. 2 n'est certainement pas un jeu raté, mais d'un point de vue global de la série il n'est qu'une itération de recyclage qui vaut surtout le coup pour ceux qui n'ont pas connu l'ère 8 bits / 16 bits du plombier. Eux y trouveront un plaisir immédiat, les autres parcourront avec bonheur huit mondes consciencieusement construits mais loin, très loin de révolutionner le genre. Commencerait-on à être blasé devant des titres Mario de qualité « habituelle » ?

A noter, le jeu devrait accueillir des DLC payants d'ici peu. Super…

Partager cet article

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • Nicolas

    13/08/2012 à 12h03

    Répondre

    A noter, sur 3DS XL, il y a un peu d'aliasing mais c'est tout de même beaucoup plus lisible et plus confortable.http://jeux-video.krinein.com/-25367/ne ... 19410.html

  • molquo

    20/08/2012 à 22h35

    Répondre

    Déception pour ma part. Le jeu est très court et n'apporte pas de nouveautés. La seule que j'ai trouvé intéressante est la nouvelle utilisation des niveaux "canons". Hormis cela le contenu est pauvre (le mode pièce en folie et 2 joueurs ne m'ont pas du tout emballé : le mode pièce en folie n'apporte rien et le mode deux joueurs est encore un réchauffé de celui proposé sur Wii en moins bien). L'aventure principale solo est plaisante, cela reste un mario, et on ira chercher toutes les pièces étoiles, cela ne prendra guerre plus d'une 15aine d'heure pour boucler tout ça. Après on pourra tenter le million de pièces, enfin je crois que pour ça il faut vraiment s'emmer*** !!

    Petit budget s'abstenir, ce n'est qu'un petit plaisir !

  • Nicolas

    21/08/2012 à 15h01

    Répondre

    Perso j'ai surtout l'impression de jouer toujours aux mêmes jeux. Comme si je ressortais un Mario d'il y a quatre ans et que je le refaisais, rien n'a foncièrement bougé.

    Cela dit, ce Mario est d'une qualité juste "très bonne" mais il est effectivement court et pas très original. Et puis, Mario sait innover, on l'a vu avec les Mario Galaxy qui sont exceptionnels.

  • Canette Ultra

    21/08/2012 à 15h04

    Répondre

    j'ai mario 1 d'installé sur ma 3Ds, c'est suffisant

  • OuRs256

    22/08/2012 à 15h58

    Répondre

    J'avoue que je n'arrive pas à me laisser tenter non plus, ça ressemble trop à l'épisode DS et à l'épisode Wii (qui se ressemblaient deja beaucoup) :s

  • Maverick

    22/08/2012 à 21h29

    Répondre

    La meilleure contrefaçon, c'est de le faire soi-même^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques