8/10

Need for Speed : Rivals - La vitesse, rien que de la vitesse

La sortie annuelle de Need for Speed est arrivée, histoire de pouvoir passer un hiver au chaud, devant la fumée de la gomme de nos pneus, et la lumière des gyrophares de la police. Krinein vous fait découvrir les 7 règles qu'il faudra suivre pour jouer à NFS Rivals.

À contre-sens tu rouleras : Oui dans Need for Speed Rivals, si on veut rester le pied au plancher, il va falloir se sortir les doigts du cul pour bien s'accrocher au volant. Lorsque vous verrez non pas un flic, ni deux, ni trois, mais une armée de véhicules noirs et blancs, toutes sirènes allumées, avec un hélico qui vous éclaire dans la nuit, oui, prendre des risques en roulant à contre-sens, en frôlant les civils, ça vous aidera à sauver votre peau. Un détail important lorsqu'on épouse la carrière de pilote dans NFS Rivals : l'expérience glanée au fil des épreuves, les Speed Points, si on ne les dépose pas dans une planque, on perd tout une fois qu'on s'est fait coffrer. Imaginez : vous avez un multiplicateur x10, vous avez 300 000 SP dans le coffre, votre voiture sent le cramé, elle va bientôt vous lâcher. La pression est intense, et un flic vous repère car votre indice de recherche est élevé. Vous tentez d'aller à la planque la plus proche, pour garder votre gros pécule, et un barrage vous bloque le chemin avec SUV, herses et IEM au cul. Comme disait Sly dans Rambo : il vaut mieux mourir pour une cause que vivre pour rien. Ou plutôt : il vaut mieux poser ses Speed Points que courir pour rien.    


DR.

Les pilotes tu arrêteras : Si vous n'aimez pas les rebelles, vous pouvez choisir la carrière de flic. Du coup, le principe est différent : cette fois, vous devrez rattraper des pilotes, ou tout simplement les éliminer avant la fin d'une course. On allume la sirène, on charge nos gadgets de flics, et on fonce dans le tas. Si on était dans un Burnout, on parlerait de Takedowns. Le principe est le même : mettre les autres dans le décor. Simple et efficace. Après, il faut bien avouer que la carrière des flics est moins passionnante que celle des pilotes. Une histoire de goût peut-être... Il faut saluer tout de même la possibilité de switcher d'un camp à l'autre quand on veut.  

Le décor tu regarderas : NFS Rivals est jolie. Certes, moins sur nos vieilles bécanes que sur les nouvelles consoles Xbox One et PS4 ou encore sur un PC bien boosté, mais globalement, ça fait plaisir pour les yeux. Le moteur Frosbite 3 pousse la Xbox 360 dans ses derniers retranchements, avec une météo dynamique du plus bel effet. Les courses poursuites avec le soleil dans les yeux c'est pas pareil que la nuit, sous les projecteurs de la police, ou sous la pluie dans la montagne. Les décors sont en plus variés, la map plutôt grande et agréable à découvrir. Bref, on prend plaisir à jouer dans ce nouveau NFS.  


DR.

Le dérapage tu maîtriseras : Ah oui ça c'est clair, car un des meilleurs moyens de gagner de la nitro, c'est de drifter. Un classique dans la saga. Et comme dirait Maurice : pas de nitro, pas de... nitro. Donc, finie la conduite propre, ici, on cherche à faire partir notre voiture en glissade au moindre virage pour pouvoir enchaîner sur un coup de nitro qui fait du bien. Et si on est pilote, on peut choisir de s'équiper du Turbo. Et là, d'un coup, la nitro passe pour un truc de looser. Avec un coup de Turbo, notre voiture se prend pour Tonnerre Mécanique. Attention les yeux ça décoiffe.  

En multi tu joueras : de toute façon, le solo et le multi sont fusionnés. À part être associable ou ne pas aimer se faire pourrir la partie par un joueur relou, il n'y pas trop d'intérêt à fermer notre session pour la mettre en mode solo ou en privé. En gros, quand on joue, que ce soit en tant que pilote ou flic, il peut y avoir d'autres joueurs qui squattent la map. Le principe est sympa : possibilité de faire des courses en coopération, d'arrêter des pilotes humains, de faire les cons sur la map. C'est cool ! Bon après, il arrive que le jeu change d'hôte quand ça lui chante (ou que l'hôte se barre plutôt) alors on doit se taper un chargement... Ca casse le rythme, mais bon, il faut bien chipoter un peu.  


DR.

Des voitures tu achèteras : du moins quand on est pilote, car du côté des flics, les voitures on les débloque et c'est gratuit. En tant que hors-la-loi, les voitures, on doit les débloquer, les acheter, et même les booster. On peut les customiser mais ça ne change pas grand chose. Il y a de sacrés bolides dans NFS Rivals, même si le nombre de voitures n'est pas exceptionnel, c'est que du bon, du beau, du lourd. Les Speed Points durement acquis vont vite partir en fumée dans de belles bagnoles bien boostées et bien équipées avec les gadgets qui vont bien.  

Ton besoin de vitesse tu assouviras : car la série des Need for Speed c'est clairement le pied pour jouer sans se prendre la tête. Dans Rivals, la maniabilité est au top, c'est simple d'accès, on comprend tout de suite comment ça marche, et c'est parti pour une quinzaine d'heures de jeux à toute vitesse. Un bon millésime, qui fera plaisir aux fanboys. On espère quand même que la série saura évoluer dans le temps car mine de rien, la recette a été pompée jusqu'à la moëlle. Tant qu'on s'amuse après tout...

A propos de l'auteur

Le fanboy Xbox de l'équipe

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques