6.5/10

Ninja Gaiden 3 : Razor's Edge - Test Wii U

Ninja Gaiden 3, version XB / PS3, a laissé derrière lui une réputation très peu valorisante. Entre les problèmes techniques, les DLC payants en pagaille et la difficulté revue à la baisse, le titre de la Team Ninja semblait n'avoir rien pour lui, de quoi accueillir d'un œil noir la conversion Wii U. Mais, dix mois se sont écoulés. Dix mois où les développeurs, repentants, ont tenté de redorer le blason de leur jeu. Si Razor's Edge n'est pas le beat them all tant attendu, il est néanmoins le meilleur Ninja Gaiden 3 à ce jour.

 


DR.
Vous incarnez le désormais célèbre Ryu Hayabusa, et vous devrez… Ok, je vous avoue que j'ai déjà oublié le scénario, j'ai pourtant regardé la cinématique d'introduction et j'en ai quelques images en tête, mais je ne sais plus de quoi ça parle. Et comme on s'en fiche d'une manière globale et indivisible pendant le jeu, celui-ci vous baladant à droite et à gauche sans forcément vous fournir les explications adéquates, ça ne m'a pas aidé. Un mal pour un bien, je ne vous enquiquine pas avec ça. Donc, reprenons : vous êtes un ninja. Par définition, le ninja doit user de discrétion et de furtivité. Mais pas Ryu. En tout cas, pas trop. Ryu, il préfère foncer dans le tas et prélever de la viande sur tout ce qu'il rencontre, hommes, femmes, animaux, robots, etc. C'est d'ailleurs là une des « améliorations » de la Wii U : ça charcle sévère, Ryu coupe des membres pour un oui ou pour un non et répand des litres d'hémoglobine à longueur de niveau.
DR.
Ce n'est probablement pas ce type de jeu qui va rassurer l'opinion mondiale (qui affirme que le jeu vidéo rend violent, je le rappelle), mais c'est aussi fendard qu'un film d'horreur un peu sanglant : tellement too much que ça en devient moins crédible.

Mais comment charcute-t-on ses adversaires tiens ? En bon ninja, qui se respecte, Ryu dispose de son katana, certes. Il coupe bien. Mais pour varier, il pourra utiliser d'autres armes qui n'étaient jusque-là disponibles qu'en DLC. Voilà donc l'une des très bonnes nouvelles de ce Razor's Edge : tout le contenu additionnel (payant) a été inclus (gratuitement) dans cette mouture. Il faut désormais l'acquérir progressivement mais sans rien débourser, ce qui est déjà nettement plus défendable. Outre le panel d'armes étendu, Ryu aura aussi à sa disposition quelques Ninpô supplémentaires pour envoyer bouler le vilain. En plus, on peut taillader du vilain avec Ayane de Dead or Alive, grâce aux nouvelles missions incorporées. Bref, la team Ninja montre patte blanche.

 


DR.
Mais Ninja Gaiden 3 reste fondamentalement Ninja Gaiden 3. Ryu dispose d'une palette d'enchaînements conséquente que l'on mettra beaucoup de temps à maîtriser – vraiment beaucoup. Dans les premières heures, on fait foutrement n'importe dans un déluge de sang et de têtes décapitées. Et cette foutue caméra ! Un jour, j'ai voulu la recentrer sur un boss : je n'ai jamais réussi à la remettre correctement sans mourir. Tiens, puisqu'on en parle, Ninga Gaiden 3 avait la réputation d'être d'une difficulté magnanime, Razor's Edge a mis mes compétences à rude épreuve. C'est difficile. Parfois à en devenir frustrant, un vrai jeu pour gamer malgré le nombre de QTE que l'on nous inflige – ce n'est pas que j'ai une dent contre eux, mais ils sont tout de même très présents. Malgré tout ça, on progresse. Le système d'expérience (=karma) est un vecteur de motivation, il permet d'obtenir de nouveaux coups spectaculaires et de faire de son petit ninja le roi du dancefloor. Une danse macabre et sanglante, certes.


DR.
Graphiquement, c'est négligeable. Ce n'était pas très beau il y a dix mois, ça l'est encore moins désormais : textures pauvres, aliasing sur-présent. Même d'un point de vue lisibilité, il y aurait de l'amélioration à apporter, certains écrans deviennent tellement chargés (parfois par notre propre combinaison de coups) que l'on n'y comprend plus rien pendant quelques secondes – le temps de s'apercevoir qu'un ennemi a crevé notre défense et nous tabasse avec constance. Ce n'est pas faute de réactivité, Ryu répond aux sticks avec une certaine précision. Le gamepad se montre efficace et propose sur son écran tactile (outre la traditionnelle possibilité de jeu nomade sur la manette) d'accéder à certaines fonctionnalités, comme l'usage des Ninpô, le changement d'arme, et le sens ninja qui vous montrera la voie à suivre – au cas où vous auriez tendance à vous perdre dans des couloirs, Ninja Gaiden peut être qualifié de tout sauf d'un jeu ouvert. Pas d'exploration, on avance droit dans le tas et on lui coupe le gras.

 

Team Ninja revoit sa copie et prend en compte les critiques formulées à l'encontre de son titre. Ninja Gaiden 3 : Razor's Edge, s'il est loin d'être dénué de défauts, est un peu meilleur que le Ninja Gaiden 3 tout court sorti sur Xbox et PS3, et offrira un challenge corsé aux gamers s'étant laissé tenter par la dernière-née de Nintendo. Mais ne nous y trompons pas : cette nouvelle aventure de Ryu Hayabusa aurait pu être bien meilleure, sur de nombreux aspects.


DR.

 

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques