No More Heroes 2: Entretien avec Suda 51 (Travis is back in town!)

A moins de 2 mois de sa sortie, nous avons enfin pu approcher No More Heroes 2: Desperate Struggle, ainsi que son créateur Suda 51, qui a bien voulu répondre à quelques questions.

C'est dans le cadre délicieusement rétro de l'Alcazar à Paris que la presse spécialisée était conviée à découvrir la version définitive de No More Heroes 2 : Desperate Struggle, et ce en présence du génial concepteur de la série et président du studio Grasshopper Manufacture, Suda 51 (Killer 7) himself, que nous avons eu la chance de pouvoir interviewer.

Touchdown !
Touchdown !
No More Heroes 2
propose de retrouver ce bon vieil otaku de Travis Touchdown, de nouveau en lice pour gagner le titre de Killer N°1 après sa rétrogradation au niveau 51 du classement de la U.A.A (United Assassins Association). Première bonne surprise pour tous ceux qui avaient regretté la censure imposée sur l'édition européenne du précédent épisode, No More Heroes 2 est bien gore et ce dès les premières minutes ! Des effusions de sang bien outrancières qui se marient à merveille avec des graphismes toujours en cell-shading pour un rendu visuel dans le plus pur style comics. Outrancier étant bien le terme qu'il convient d'utiliser ici, car tout est « too much », la violence, les dialogues lourds de sous entendus grivois, les Bosses et la frénésie des combats. A ce niveau-là on retrouve le gameplay du premier volet, composé d'attaques au beam katana que l'on manie avec la wiimote et de finish-moves à exécuter lors de phases de QTE, et bien sûr il faudra encore recharger son sabre à grands coups de mouvements suggestifs en le secouant rapidement de haut en bas.

Hors phases d'action, Travis pourra retourner à son motel (le « No more heroes » du titre) pour aller aux toilettes (sauvegarder), jouer à des manic-shooters coquins sur sa console, regarder quelques animés bourrés de fan service ou jouer avec son chat. Des mini-jeux seront également de la partie entre les missions. Les fans de No More Heroes retrouveront donc avec plaisir une ambiance décalée et truffée de second degré. Seule différence notable avec l'opus numéro 1, les passages à moto ont disparu, aux dires de Suda san pour intensifier le rythme du jeu.

Mais comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, nous laissons le « punk director » s'exprimer sur les charmes de son dernier bébé, qui pour rappel sera disponible le 30 avril dans nos contrées. Et comme à Krinein on est d'une nature généreuse, on ajoute en prime quelques vidéos histoire de prendre la mesure de la bête, si si.

A découvrir

Phantasy Star 0 - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    25/06/2010 à 17h21

    Répondre

    Une vraie tuerie, un pur bonheur !!!Un jeu totalement barré du bulbe mais tellement défoulant.A ranger à côté d'un MadWorld.Un jeu qui montre que on n'a pas besoin d'une console sur puissante pour avoir des jeux matures et fun. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques