6/10

Pokémon Trading Card Game - Les duels envahissent la console virtuelle !

En juin dernier, Nintendo utilisait une fois de plus sa console virtuelle à bon escient en ressortant un jeu plutôt sympathique qui était sorti en 2000 en France sur Game Boy Color. Vous ne vous souvenez pas de vos pérégrinations dans les cours d’école pour trouver LA carte qu’il vous manquait pour compléter votre deck « de la mort qui tue » avec toutes les dernières cartes sorties ? Petit retour en arrière pour démarrer ce mois de septembre.

Un concept qui n'a pas pris une ride. 

On s'en rend compte à chaque nouvelle itération de la saga Pokémon mais le concept ne vieillit pas. Il est certes un peu renouvelé et un peu modifié afin de ne pas lasser le joueur qui s'y adonne presque religieusement à chaque itération mais le fond ne change pas. Je pense que le jeu de cartes suit la même règle. Il est d'ailleurs toujours pratiqué internationalement sous forme de nombreux tournois où les ajouts permettent des combinaisons et des stratégies de plus en plus complètes. Alors oui, son adaptation n'a pas remporté un succès assez important pour avoir le droit à une suite sur chaque nouvelle console de Nintendo (même s'il y en a eu une en 2001) mais les nombreuses extensions au jeu prouvent l'existence d'une fanbase conséquente et avide de nouveautés. En 2000, le jeu sur Game Boy Color proposait les cartes les plus courantes avec une petite variante : chaque pokémon avait un niveau particulier et on pouvait donc trouver des cartes au niveau différent (chose qui a été ajoutée dans une tentative désespérée de coller un peu plus à l'esprit de la série).


Une carte (que les possesseurs du jeu papier auront reconnue).
Le début est très rapide avec un premier duel tutorial particulièrement ennuyeux contre un scientifique et une lancée dans le grand bain immédiate. Une fois ce premier combat remporté, vous pourrez aller dans n'importe quelle arène pour y défier le champion de votre choix avec le traditionnel menu fretin qui viendra vous barrer la route mais vous permettront aussi de récupérer de précieux boosters remplis de nouvelles cartes. Grâces à ces précieuses nouvelles alliées, vous pourrez modifier vos decks (ensemble des cartes possédé et utilisé par un joueur lors d'un match) afin d'avoir de quoi battre tous les champions d'arènes. Chacun possède sa spécialité et vous demandera un deck complètement remanié dans le but de triompher. Ici, il n'est point question de niveau mais de stratégie pure. Sans préparer quelques pièges spécifiques au type de pokémon qui vous empêchera d'obtenir le badge tant convoité. 

Jeu de cartes traditionnel ? 

Eh oui, comme vous avez pu le voir, l'histoire est bateau. Les développeurs n'ont pas dû trouver utile de l'inclure puisque ce qui les intéressait n'était autre que la mécanique de jeu. D'une certaine manière, cela permet au jeu de rester très actuel. Le joueur, en le reprenant quatorze ans plus ne peut pas se dire « beuh, c'est dépassé ça » puisque l'idée est exactement la même que dans les autres titres estampillés Pokémon. Le héros doit rassembler des badges afin d'affronter un groupe de gens, la Ligue, qui possède des cartes légendaires que seul un maître peut dompter. On se rend aussi compte de l'importance des duels dans un jeu de cartes (tous les joueurs ne sont pas des afficionados du genre) : stratégie, traîtrise, roublardise… Bref, il y a de tout pour plaire à un large public.


"Non, moi je veux des photos volées de célébrités."

Comme tous les jeux du genre, il peut s'avérer très frustrant. On se dit très rapidement que l'ordi obtient toujours tout ce qu'il veut et au moment où il le veut (mensonge, il a juste organisé deck beaucoup mieux que nous). Viennent aussi ces fameuses heures à jeter la console contre les murs puisque la carte que l'on attend désespérément pendant 10 tours ne vient JAMAIS (alors qu'on a tout préparé pour…). Malgré ces petits aléas, le jeu s'avère plutôt facile pour qui sait anticiper les mouvements de son adversaires (et faire un deck). En quelques heures, les badges peuvent être récupérés même si les plus collectionneurs passeront un peu plus de temps pour récupérer toutes les cartes disponibles dans le jeu.


En plein combat... On se rend compte que Stari est une femelle !

Au final, ce sont un peu des retrouvailles en demi-teinte que l'on vit en relançant ce jeu venu du passé (14 ans quand même !). Techniquement dépassé (âge oblige, le graphisme n'est pas folichon) mais toujours aussi efficace dans la mécanique de jeu, il vous donnera peut-être plus envie de ressortir vos vieilles cartes (et par la même occasion de retrouver des pièces assez rares dont vous pourrez potentiellement tirer quelques deniers, qui sait…) que de le finir, tâche qui n'est pas trop difficile pour un joueur un peu futé !

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques