7/10

Pokémon Version Noire 2 - Test DS

Traditionnellement, les opus Pokémon sortent par deux, comme chacun sait : une version A et une version B. L'histoire, le moteur graphique, tout est pareil si ce n'est quelques différences de bestiaire qui nécessitent donc, si l'on est un vrai collectionneur, de posséder les deux cartouches pour remplir complètement le Pokédex. De manière toute aussi traditionnelle, une version C du jeu sort environ un an après, avec un contenu extrêmement similaire mais légèrement altéré par quelques retouches. Pour le plaisir de donner un exemple purement inventé, imaginons un jeu appelé « Pokémon Potiron » et son binôme appelé « Pokémon Carotte », hé bien nous aurions douze mois plus tard une troisième itération nommée « Pokémon Patate ». On parle toujours de légumes, mais les trois versions ont des petites subtilités qui les différencient.
Voilà, tout ça pour vous dire que pour le duo Noir et Blanc, les choses ne se passent pas comme d'habitude. Oui, j'aime bien ennuyer les lecteurs avec des infos générales qui ne s'appliquent pas au cas présent, que voulez-vous.


DR.
La grosse nouveauté donc, alors que tout le monde attendait une potentielle version « grise » ou une nouvelle génération de bestioles sur 3DS, est d'avoir eu la volonté de fonder une suite, une vraie de vraie, aux évènements des Pokémon versions blanche et noire. Ce n'est donc pas un mais deux nouveaux jeux qui vous attendent, sur le même principe que les précédents, mais avec une nouvelle histoire et donc de nouvelles choses à faire. Dans les faits, le bestiaire évolue très peu (quelques nouveaux monstres à peine) mais il sera possible de capturer 300 races de Pokémon dans la région d'Unys au lieu des 150 habituels. On retrouve également de nombreux lieux et personnages du précédent volet, jusqu'à vos anciens confrères Tcheren et Bianca qui interviendront de manière limitée dans ce volet. Et lorsque l'on nous donne le choix entre les trois starters, qui ont évidemment été repris de la génération récente (Gruikui, Moustillon, Vipélierre), on doute un peu du bien-fondé de l'entreprise, qui ressemble à première vue à un recyclage bien déguisé.


DR.
Mais pourtant, rien à voir avec les versions C habituelles. Blanche 2 et Noire 2 sont réellement des épisodes à part entière, et en ce sens, nous ne pouvons que saluer cette initiative. Il y a une impression de déjà vu, certes, il y en aura toujours une avec un jeu Pokémon, mais celle-ci s'ouvre progressivement vers une nouvelle série de problématique qui utilise l'univers de Blanche et Noire pour entamer un nouveau récit, une nouvelle aventure. Si vous habitué et fan de la série, c'est une nouvelle incursion dans le monde des Pokémons et donc une nouvelle louche d'heures de jeu à prévoir, en admettant que l'on ne soit pas trop regardant sur les quelques redites de décors. Il ne s'agit toutefois pas d'un simple copier-coller, les environnements ont un peu évolué et s'explorent d'une façon différente. Et de toute façon, il y en a plus. Là où ça pêche un peu, c'est peut-être au niveau de cette fameuse nouvelle histoire qui semble moins bien travaillée. Blanche et Noire avait étonné par le ton plus mature qu'il adoptait dans son récit, toute proportion gardée, les numéros deux utilisent les mêmes thèmes mais de façon plus légère. Si l'on parie sur l'histoire, et en admettant que l'on ne veuille en choisir qu'un, on continuera de préférer le premier opus, plus pertinent.


DR.
Outre son nouveau scénario, cette mouture 2012 va apporter un certain nombre de petites choses à bien prendre en considération. Très tôt dans la partie, vous aurez l'opportunité de participer au Pokéwood, l'équivalent Pokémon d'Hollywood, où vous pourrez réaliser votre rêve et devenir une star de cinéma. Un film ressemble à un match de Pokémon, certes, mais il faudra également choisir des lignes de dialogue et connaître un peu les interactions entre les types de Pokémon. C'est plutôt bien trouvé et le résultat est suffisamment absurde pour être amusant. L'autre point important, c'est que le jeu persiste dans sa volonté de connecter les joueurs du monde entier en recyclant la plupart des fonctionnalités online de l'épisode précédent, dont la fameuse enquête de rencontres, tout en proposant de nouvelles choses. La rue commerçante fait partie de bonnes idées online malheureusement limitée par la console, et qui aurait trouvé un excellent support en la 3DS et son street pass. La dernière-née de Nintendo n'est néanmoins pas oubliée, puisqu'un jeu indépendant baptisé RAdar Pokémon, vendu sur l'Eshop, permet de capturer des Pokémons via la réalité augmentée et de les utiliser dans sa cartouche.

Si l'on est en manque de Pokémon, cette séquelle des versions Blanche et Noire est un excellent moyen de s'y replonger sans pour autant passer par le recyclage classique. Certes, ce numéro 2 se révèle un poil moins réussi que son aîné, mais au moins il s'agit une réelle suite avec de nouveaux environnements et surtout un nouveau scénario. On attend néanmoins un passage vers la 3DS, celle-ci disposant d'arguments plus convaincants pour les ambitions online affichés par la série.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques