3/10

Postal 2 - Test

Le premier Postal avait fait beaucoup parler de lui pour sa violence extrême. Ca lui avait valu une interdiction dans de nombreux pays et une bonne place sur la most wanted list de Familles de France. Du coup, les développeurs ne pouvaient pas s'arrêter en si bon chemin et ont donc développé la suite. Sortie il y a un an et distribuée presque confidentiellement (uniquement sur Internet), elle a même eu le droit à un addon pour pouvoir y jouer à plusieurs. Mais aujourd'hui, c'est le mode solo qui nous intéresse. Postal 2 est-il juste un jeu trash sans intérêt ou possède-t-il un vrai gameplay ?

Pour cette suite, Running With Scissors (les développeurs) ont choisi de faire un FPS en utilisant comme base le moteur d'Unreal Tournament 2003. Autant se débarrasser de la partie technique maintenant pour signaler que c'est un beau gâchis. Même en mettant tous les détails à fond, le jeu reste moche et sans identité propre, oscillant entre le photo réalisme et la caricature. Les loadings sont nombreux et assez longs, les modèles 3D sont assez carrés et les effets de particules ne cassent pas des briques. Par contre, le jeu se rattrape avec un moteur physique assez probant permettant des jolis ragdolls (chute des cadavres) et de sympathiques flammes sur lesquelles je reviendrai.

Que fait-on dans ce jeu ? Vous jouez le rôle du « Postal Dude » pendant une semaine, du lundi au vendredi. Chaque jour, vous démarrez près de votre caravane et vous devez effectuez 3 ou 4 taches plus ou moins banales : allez vous faire payer (vous travaillez chez Running With Scissors dont les membres sont inclus dans le jeu !), chercher du lait, ramener un livre à la bibliothèque, offrir un cadeau à votre oncle... Mais vous allez devoir aussi acheter du napalm, uriner sur la tombe de votre père, vous faire signer un autographe par Gary Coleman (Arnold dans Arnold et Willy)... Tout un programme. Pour cela, vous pouvez vous déplacer librement dans une ville assez vaste et vous devrez vous rendre dans les endroits marqués sur votre carte : usine, clinique, ghetto, centre commercial, forêt... Evidemment, vous pouvez faire ce que vous voulez dans cette ville : cambrioler toutes les maisons, massacrer ses habitants, kidnapper des chats, découvrir toute une série de clins d'oeil... Attention à vos actes car si un flic vous voit ou si un habitant vous cafte, les flics vont vous poursuivre plus ou moins activement selon le niveau de votre barre de recherche. Pour la faire baisser il suffit de se planquer mais si au départ les flics ne sont armés que de matraques et de desert eagle, vous verrez vite débarquer la garde nationale et le SWAT.

En chemin, on ramasse toute sorte de choses : des armes, de l'argent (qui sert à accomplir certaines missions ou à acheter des objets), de la vie sous différentes formes : cannabis (attention ca provoque des crises cardiaques), pizzas, donuts et même des croquettes pour chien. L'armement a fait l'objet d'un soin tout particulier. Le corps s'effectue aussi bien à la pelle (idéal pour décapiter les gens et jouer au foot avec leur tête/cadavre) qu'avec des coups de pieds ou un arc électrique. A distance, outre les classiques pistolets - shotgun - M16 - grenade, vous allez pouvoir lancer des ciseaux, des têtes de vaches folles et brûler tout ce qui bouge à l'aide de de cocktails molotov, d'un lance-napalm ou d'un bidon d'essence : on arrose la zone/les gens qu'on voit et on envoie une allumette pour faire prendre le tout. Attention, le feu se retourne souvent contre vous mais vous pouvez l'éteindre grâce à votre jet d'eau naturel...

Les missions ont l'air calme et vous vous demandez bien à quoi sert tout cet arsenal. Déjà, sachez que tous les habitants de la ville sont des malades de la gâchette et se défendent plutôt bien ! En plus, les missions dérapent toujours que ce soit de votre fait (pourquoi payer quand on peut descendre un postier pour récupérer un coli ?) ou par un événement scripté du jeu. Par exemple, après que vous avez rapporté un livre à la bibliothèque, une armée de malades va débarquer pour tout brûler selon leur slogan « burn a book, save a tree » et éliminer tous les témoins gênants. Au fur et à mesure des jours, de plus en plus de factions vont vous en vouloir et vous tireront dessus à vue dans la rue. L'IA n'est pas trop mal faite car la police s'attaquera toujours à ceux qui ont commencé. De même, les ennemis savent très bien se planquer et vous contourner. Par contre, de loin, ils sont désespérément idiots et bougeront à peine si vous commencez à les sniper.

Tout cela c'est bien gentil, mais vous ne savez toujours pas ce que vaut réellement le jeu. Foncièrement, pas grand chose. La liberté d'action offerte est massacrée par les trop nombreux loadings et les trop faibles possibilités de gameplay, les combats manquent de pêche, l'interaction avec les personnages non-joueurs est nulle et il y a très peu de lieux intéressants à visiter. Et puis c'est vraiment très trash... Même si on sent une volonté de critiquer la société ricaine, cette critique est très faible comparée à un GTA par exemple et laisse plus souvent la place à des séquences très gores ou très limites comme le combat entre l'Eglise et une armée de Ben Laden censé critiquer le fanatisme religieux. En lisant cette critique, vous avez pu noter quelques détails douteux comme l'urine ou la décapitation. C'est le quotidien de ce jeu. Même si soit-disant, rien ne vous oblige d'être violent, les développeurs sont allés très loin dans le mauvais goût. Parfois, c'est assez marrant comme le fait d'utiliser des chats comme silencieux ou de se battre contre des militants sur-armés anti-jeux vidéo violents mais le plus souvent c'est de la violence gratuite de bas étage.

Attention, j'ai bien parlé de mauvais goût à prendre au 60 ème degré. Mais le jeu ne cherche pas à véhiculer une idéologie très douteuse comme on en voit de plus en plus. C'est juste un jeu très débile et très violent. C'est dommage car en enlevant certains éléments et en développant l'univers (notamment tous les détails qu'on peut lire), Postal 2 aurait pu être un jeu correct. Au final, c'est juste un jeu dont le coté trash essaye de camoufler l'absence d'intérêt et de durée de vie digne de ce nom. Fans de FPS ou des GTA, passez votre chemin.

Partager cet article
A voir

Doom 3 - Test

A propos de l'auteur

    1 commentaires

    • Anonyme

      10/10/2007 à 17h38

      Répondre

      Alors quelques remarques...


      tu n'as pas aimé le jeu certes mais le jeu n'est pas si mauvais!


      Il montre bien que malgré les missions banales la vide peut proposer des alternatives meurtrieres...


      Et que (si vous etes assez idiots) vous tombez dedans!


      Les developpers ont certes fait un jeu violent mais pas dénué d'interés!!


      Alors merci mais non merci les fausses critiques des anti-gores!! Ce jeu est fait pour se defouler!! (Ne virez pas tueur!!)

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques