Preview E3 : Alan Wake

Alan Wake, dont on parle depuis mai 2005, s'est invité à l'E3 pour une séance poussée de présentation. Assister à dix-huit minutes de jeu, ça permet de se faire une petite idée... 

Microsoft annonçait, lors de sa conférence à l'E3, l'arrivée prochaine d'Alan Wake. Pour le printemps 2010 pour être précis. Le jeu fait régulièrement parler de lui, et on n'y croyait plus... Cette sortie du coma ne se contente pas de s'exposer en trailer, comme Duke Nukem Forever su si bien le faire. Non, on eu le droit à découvrir le gameplay du jeu, même s'il était impossible de mettre la main sur les commandes. Pendant la conférence tout allait très vite, si bien qu'on a fait le nécessaire pour assister à une présentation privée du jeu. On a revu la même séquence, présentée plus en détails, et allant un poil plus loin dans l'intrigue.


Alan Wake est un écrivain, plus sombre et torturée qu'Hank Moody, cela va sans dire, puisque sa femme, Alice, a disparu et qu'il trouve régulièrement des feuillets du livre qu'il a écrit... mais dont il ne se souvient pas. Quand en plus son histoire prend vie, il a de quoi s'inquiéter, surtout que les grandes étendues forestière ne sont pas particulièrement les plus rassurantes une fois la nuit venue.

La séquence que nous avons pu voir montrait justement une excursion dans la forêt, au cours de la nuit, à la recherche de Rusty, le shérif local. Les cris qu'il pousse poussent Alan à courir à son secours, en espérant arriver sans retard. Chose difficile lorsque l'on sait que des formes humanoïdes équipées de grandes haches veulent nous faire la peau !
Le héros avance donc avec précipitation mais circonspection, regardant de tout côté pour voir surgir à temps les ombres de la forêt. Il les éloigne et les tue en utilisant sa lampe torche, voire, encore mieux, son pistolet de détresse. Les formes n'apprécient pas du tout la lumière et s'arrêtent au premier éclat, puis s'embrasent superbement lorsque la luminosité s'attarde.


Au départ quelques ennemis seulement se dressent sur le chemins, sortant d'on ne sait où, puis ce sera une foule complète qui cherchera à nous terrasser. Une seule issue, courir au générateur pour faire la lumière et éloigner les mécontents (pour une fois qu'une foule en colère ne porte pas des torches, on aurait aimé pouvoir en profiter !).

Par la suite, Alan retrouve Rusty baignant dans son sang, puis disparaissant à nouveau, tandis que Wake dirige sa lumière vers des objets virevoltants. Il semblerait que ce ne soient pas juste des humanoïdes hostiles qu'on devra affronter, mais plutôt une Force obscure et occulte. De quoi réserver pas mal de surprises, et sûrement son lot de sursauts !

Finalement, Alan s'échappera en voiture, traversera quelques magnifiques décors boisés, et arrivera à un phare, où la lumière devrait lui procurer un asile bienvenu. Mais c'est sans compter l'arrivée d'une tempête...


Ce que nous avons pu voir d'Alan Wake à l'E3 fait saliver. Ce n'est pas sans rappeler le plaisir que l'on avait pu avoir à découvrir Alone in the Dark, il y a presque 20 ans. Comme ce dernier, l'action et la peur se combinent pour former une ambiance bien particulière, bien terrifiante, obligeant à rester en éveil et à espérer réagir assez vite pour rester en bonne santé.
Le graphisme semble d'ailleurs particulièrement coller à cet univers. A la fois onirique, opressant et effrayant, il sait se faire assez subtil pour ne pas prendre le pas sur l'action, tout en instillant sa peur latente.

On ne peut qu'être heureux de ce retour d'Alan Wake qui semblait promis à être une arlesienne éternelle. On est encore plus content de découvrir un gameplay plutôt original et sous tension. Reste à en savoir plus sur l'intrigue qui est d'autant plus mystérieuse qu'elle n'a pas encore été réellement abordée.

Si l'atmosphère du jeu se confirme et que la qualité entraperçue se maintient, le printemps 2010 se jouera dans le noir.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

4 commentaires

  • nirnaetharnoediad

    01/09/2005 à 11h41

    Répondre

    Hormis le fait que ce soit éminement cliché, c'est joli.

  • kou4k

    01/09/2005 à 12h42

    Répondre

    moi je dirais plus que ce trailer est... hum....
    inutile! oh les joli arbres!
    c'est joli, ca dure 5 secondes et on ne sait rien du jeu
    et rien ne garantit que ca ne vient pas d'une vidéo.

  • kenji

    01/09/2005 à 12h58

    Répondre

    Faut voir le 2eme trailer, pas le 1er et on voit très bien que la trailer est fait avec le moteur du jeu donc c'est bel et bien les graphismes "réels".

  • kou4k

    01/09/2005 à 13h02

    Répondre

    ben... j'ai vu deux fois le même .
    j'y retourne, sans doute un bug de IE
    ah oui c'est mieux déja ^^. là le jeu m'inspire, un coté fantastique intriguant... l'eau est belle et la ville est bien modélisée, mais j'aimerai voir du gameplay avant de me prononcer sur les graphismes, même si ca semble plus que correct.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques