Preview Final Fantasy Dissidia

Assurément une réussite là où on ne l'attendait pas spécialement. Le genre est bien utilisé sans suffire de prétexte à un jeu supplémentaire vite réalisé. Le tout est soigné, ardu et agréable à jouer.

Au cœur de la fin de l'été, nous avons reçu par courrier une petite enveloppe dont l'exploration des méandres nous permit de trouver le mystérieux bonheur d'une petite démo du futur titre de Square Enix qui sort dans quelques jours. Histoire de partager nos premières impressions sur cet événement de la rentrée du JV, voici une petite preview de ce grand mélimélo de baston dans l'univers de Final Fantasy.

Dans cette charmante démo nous avons accès à quelques personnages de la série qui devrait quant à elle être composée d'une vingtaine de têtes empruntées à l'ensemble de la saga. Pour le moment les arènes vont se remplir de combats opposant nos quatre personnages disponibles à savoir : Le Chevalier Oignon (Escrimeur mystique de FFII), Cecil le Polymophe androgyne de FFIV mais aussi Terra la Maitraisse de la magie version FFVI et pour  notre plus grand bonheur Cloud et  Sephiroth de FFVII  respectivement frappeur puissant et maître des lames. Le principe est simple, baston à gogo dans les ruines, les temples, la calotte glacière voire même l'antre des volcans, bref, partout pourvu que ça cogne fort, vite, bien ou les trois en même temps.

Le système de jeu bluffe énormément dès son entrée en matière. En effet, la gamme de coups est complète et les personnages possèdent leur caractère propre comme base de développement de leurs compétences martiales et ce directement suivant l'inspiration des jeux dont ils sont issus. Il en ressort un grand bonheur pour les aficionados de ces personnages auxquels on s'est forcément attachés en s'y reflétant pendant des dizaines d'heures à dos de chokobos dans les diverses contrées fantastiques de ces contes pour enfants videoludiques que sont les FF. De plus il existe toute une dimension RPG liée au développement des compétences pour permettre au jeu online de connaitre sa part de façonnement individuel et l'élargissement d'un mode combat simple et sans surprise. Attention, ne pas se méprendre non plus sur ses derniers propos, Final Fantasy Dissidia est définitivement un jeu pour les amateurs de technique et la difficulté est au rendez-vous pour la joie de tous ceux qui pouvaient l'attendre au tournant. C'est d'ailleurs assez intéressant de découvrir le système de combat et ses petites subtilités.

Petit bémol sur la version récupérée à ce jour toutefois, l'environnement bien que beau reste polygonisé à s'y méprendre pour des carrés d'angles et il en ressort un visuel un tout petit peu fouilli qui pourra en énerver certains quand ils se retrouveront à ne plus trouver le sol par rapport à la terre dans une carte spéciale neige où il fait bon mourir en faisant du sport. Ces derniers seront probablement les même à râler sur l'utilisation assez approximative du pad multi directionnel qui reste sur PSP une farce pour la qualité de jeu d'un bon titre de Vs comme celui-ci. Alors certes on s'adapte et on passe vite ces petits désagréments mais on espère que la prochaine fois on pensera un peu a nos pouces. Il est fini le temps ou les sparadraps ornaient nos doigts pour marquer au fer rouge les plus hardcore d'entre nous.

Les environnements restent toutefois assez beaux (voire parfois somptueux) et grands pour pouvoir donner lieu à des montées d'adrénaline stratégiques et des rixes hors norme. C'est une aubaine pour le jeu solo et le multi. De plus, le mode histoire ne semble pas être en reste puisque Square nous a mijoté cela comme il faut histoire de rendre le mélange un peu plus touffu. Les personnages sont fort bien modélisés et leurs mouvements d'attaque, de défense et de contre sont plutôt agréables à regarder sortir. Reste une linéarité des textures qui semble un peu trop criarde et un vide interstellaire sous nos pieds qui laisse un peu sur la réserve et nous fait penser a Dragon Ball Z (l'anime et non le jeu rassurez vous). Mais une fois de plus le détail est faible face à un soft qui semble très prometteur et vraiment bien réalisé et pensé pour tous. La jauge de bravoure a entamer avant de baisser la vie de vos ennemis est une assez bonne trouvaille bien utilisée qui mettra à mal la rivalité standard à base de points de vie. Ce sera surtout un bon argument pour le jeu online puisque celle-ci devrait être cachée pour votre adversaires comme la votre pour lui. Effet de surprise garanti.

Il ne reste plus qu'à savoir si le concurrent de Namco SoulCalibur : Broken Destiny sera aussi soigné et lequel des deux remportera la grande bataille de la rentrée scolaire dans les sac à dos des jeunes et dans la mallette de papa et maman. Très beau en tout cas et très amusant à jouer.

A découvrir

Pain - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques