Preview - Guild Wars 2 et son PvE

C'est par l'entremise de la bêta de ce week-end que nous avons pu coller notre patte – de façon suffisamment confortable pour se forger un premier avis, sur Guild Wars 2. Et ce, avec une certaine excitation tant le titre de ArenaNet nous fait baver depuis son annonce. A ce propos, nous vous invitons à lire notre dossier « tour d'horizon » paru l'année dernière pour vous (re)familiariser avec les mécanismes du gameplay, le contexte scénaristique ou les éventuels apports d'une nouvelle mouture riche de modifications. Dans le cadre du présent article, nous ne survolerons que les aspects principaux du PvE (Joueur versus Environnement).

Ce n'est plus un secret depuis que des captures d'écran et autres vidéos ingame circulent sur internet, Guild Wars 2 expose une identité visuelle remarquable pour un jeu de rôle massivement multijoueurs. Sans pour autant être techniquement à la hauteur d'un Tera, les paysages bucoliques de la Vallée de la Reine, les tempêtes glaciales des Congères d'Antreneige, l'exotisme flibustier et les zones sous-marines de l'Arche du Lion, les gigantesques capitales que sont la Citadelle Noire des Charrs ou le Promontoire Divin des Humains constituent les bases d'un environnement méticuleux et inspiré. La Tyrie et ses multiples régions immenses aux ambiances disparates nous font nous sentir tout petit tant la démesure environnante est souvent impressionnante. Les couleurs chatoyantes, le rendu « peint à la main » de la map, les cycles jour/nuit, les horizons changeant, les effets atmosphériques, le level design, presque tout de cet opus est une expérience vidéo-ludique épatante à vivre... à condition que votre bécane soit suffisamment robuste pour faire tourner le bestiau dans les meilleures conditions possibles – l'exploitation de la carte graphique n'étant, par exemple, pas encore optimale. Côté races, le jeu n'est pas en reste et propose une configuration riche et poussée, des modélisations et animations plaisantes, même si l'on peut facilement reprocher aux humains une plastique Barbie & Ken étonnante pour un jeu ArenaNet.


DR.

Sur les huit professions communes aux cinq factions du jeu, nous avons choisi de suivre les carrières d'Aventuriers, à savoir un rôdeur (jusqu'au niveau 21/80) et un ingénieur (jusqu'au niveau 31/80). Deux classes qui, d'ordinaire, seraient rangées dans la catégorie des attaquants à distance... et qui en fin de compte, sont plus couteau-suisse qu'on peut le penser (cf. le paragraphe des combats). Le rôdeur, bien entendu à l'aise avec un arc entre les mains, une fois équipée d'une arme de mêlée, se révèle aussi redoutable au corps-à-corps qu'un guerrier (et vice versa). Il possède trois atouts spécifiques à sa profession : poser différentes sortes de pièges d'altérations, maîtriser des esprits de la nature (avec effets curatifs ou offensifs sur une zone) et gérer un familier. Ce dernier progresse en même temps que le joueur et peut répondre à différents ordres : attaquer la cible, défendre son propriétaire, agresser tout ce qui bouge, rester en retrait pour me guérir en cas de défaite... Au nombre de douze types, ces familiers sont dispersés dans la nature et devront être charmés pour intégrer sa ménagerie (trois maxi). Ces compagnons ne sont pas des foudres de guerre, mais en tant qu'adjuvants pour détourner l'attention de l'adversaire ou servir de soutien pour se réanimer, ils sont assez efficaces. L'ingénieur, quant à lui, constitue avec l'élémentaliste le seul métier qui ne peut pas switcher entre deux types d'armes pendant un combat. Cette classe doit donc se contenter d'une seule configuration : soit deux pistolets, soit un seul et son bouclier, soit un fusil. Pour compenser cette spécificité, l'ingénieur embarque un ensemble d'items lui permettant de devenir une véritable machine de guerre : diverses tourelles, des kits de grenades ou d'armes (lance-flammes), une ceinture à outils spécifiques bourrée de gadgets. Plus que le rôdeur dépendant d'un gameplay parfois répétitif, la profession de l'ingénieur nous a fait l'effet d'être hors norme. Sa tonne de talents offensifs / curatifs (à vous filer une indigestion) nous ont permis de ne jamais avoir l'impression d'être dépendant d'une routine, tant les approches militaires étaient denses !

Avant de parler de la nervosité des combats, penchons-nous sur les particularités du build. Chaque classe dispose d'une série d'emplacements pour compétences, entièrement customisables entre chaque combat. Cinq sont déterminées par l'équipement (trois pour la main principale, deux pour la main secondaire ; cinq pour une arme à deux mains), cinq correspondent aux capacités achetées au fil de votre progression (dont une, hyper puissante dite « élite »). A cela s'ajoute un troisième jeu, variable suivant votre classe, et représentant les particularités de vos professions et équipements : les commandes d'ordre pour le familier d'un rôdeur, les raccourcis de la ceinture à outils d'un ingénieur... Au niveau de l'utilisation de l'équipement, il semblerait que les proverbes « c'est en forgeant que l'on devient forgeron » et « A méchant ouvrier, point de bon outil » aient été le fil conducteur des développeurs de Guild Wars 2. Chaque item du jeu possède en effet des capacités uniques - identiques pour n'importe quel utilisateur, avec toutefois des restrictions de classe (un élémentaliste ne se baladera jamais la fleur au fusil, par exemple). Les capacités de chaque arme ne se dévoilent que par la pratique. En privilégiant le tir croisé d'un arc court, le rôdeur débloque progressivement d'autres formes d'attaques : tirs rapide, incapacitant ou de commotion.


DR.

Dans une optique de bousculer les habitudes et la sainte trinité « DPS / Soigneur / Tank », ArenaNet accentue la notion de polyvalence pour tous. Le concept permet réellement à chacun de moduler sa façon de jouer, d'offrir une palette plus large et intéressante. Cela ne ravira pas tout le monde, et avant de crier « Aux loups ! », les joueurs qui ont une préférence pour la spécialisation et la complémentarité entre coéquipiers auront tout de même l'occasion de ne mettre en avant que des compétences défensives ou offensives au moment de la construction de leur build. L'un n'empêchera pas l'autre. Ce qui va changer la donne, par contre, c'est l'intégration du mode « à terre ». Une fois vaincus par l'adversaire, le jeu accorde une dernière chance aux joueurs de se relever. Le rôdeur, par exemple, bien qu'immobilisé au sol, peut tenter d'aveugler son adversaire, lui faire perdre des points de vie, ressusciter son familier pour l'aider à se régénérer... Pendant cette phase critique de quelques secondes, si la victime parvient à tuer un adversaire ou si un joueur vient à sa rescousse (puisque tout le monde peut incarner le rôle gratifiant de soigneur), la pénalité « à terre » se termine et le combat peut normalement continuer ! Enfin, l'exploration nautique ayant une place de choix dans Guild Wars 2, les amateurs de pêche sous-marine seront ravis de lire que la barre de compétences (ainsi que le familier) s'adapte en fonction de l'arme aquatique préalablement sélectionnée (lance, trident, fusil-harpon). Cerise sur le gâteau, pour ceux qui désirent varier les plaisirs au-delà du raisonnable, divers items d'environnement, tels que le crâne d'un vieux pirate (pour effrayer ses adversaires) ou des armes de siège, sont disséminés dans les décors pour décupler les avantages.

En jeu, qu'ils soient terrestres ou vingt mille lieues sous les mers, les affrontements se montrent nerveux – grâce au système d'esquive géré par une barre d'endurance (qui s'épuise trop vite), et stratégiques - car propice aux combinaisons d'effets des différentes compétences. La difficulté est d'ailleurs plutôt coriace. Il faut sans cesse être en mouvement, switcher entre ses armes, jongler avec ses talents. Il suffit qu'un adversaire soit deux ou trois niveaux plus haut que le joueur, et ça va picoter sévère tout le long de la colonne vertébrale. Guild Wars 2, pour être apprécié sans s'arracher les cheveux de la tête, devient franchement fun à plusieurs. Il n'en devient pas plus négligeant sur le challenge, grâce au principe du sidekick (puissance du joueur réajustée par rapport au niveau maximum requis de la zone). Puis le groupage entre joueurs se fait très naturellement, sans contrainte, ni entretien d'embauche soûlant. Le seul petit bémol pourrait venir de la gestion peu pratique de la caméra en plein combat. Mais l'ensemble fonctionne au bout d'un petit temps d'adaptation. Et le plaisir qui surgit derrière, nous fait comprendre que Guild Wars 2 sera une petite révolution. Ne serait-ce que dans sa façon de présenter les quêtes.


DR.

Les quêtes personnelles prennent racine dès la création de personnages. Avec sa batterie de questions à réponses multiples (propre à chaque race et profession), ce processus ludique permet de définir l'origine sociale, les actes manqués, la divinité, le tempérament de votre avatar. D'apparences anodines, certains traits vont jouer un rôle majeur dans la tournure du récit. En tant qu'humain, vous avez toujours rêvé de travailler dans un cirque ? Vous avez décidé que votre géniteur Charrs serait un traître solitaire et méprisable ? Pas de problème. Quels que soient vos envies, soyez certain que la trame s'engagera sur les différentes pistes scénaristiques prévues à cet effet. Et l'espérance d'un potentiel de rejouabilité considérable ! Concernant les vingt étapes des trames respectives de notre rôdeur et de notre ingénieur, sachez que nos choix ont été respectés, mais non pas pour autant échapper à une avalanche de rebondissements - le caractère bien trempé des intervenants jouant beaucoup sur les effets de surprises, sans compter le parfum d'un manichéisme ambivalent des plus savoureux.

Ces histoires se déroulent dans des zones instanciées qui mémorisent certains de vos faits et gestes issus de lourds dilemmes. Ainsi, si vous sauvez des flammes l'orphelinat plutôt que l'hôpital de votre quartier de naissance, le jeu imprime ce choix, lequel aura des conséquences à plus ou moins long terme. Entièrement vocalisées (tout n'étant pas encore fonctionnel à ce niveau dans la bêta), les quêtes personnelles profitent d'une mise en scène sympathique. Et même si - en terme d'alternatives offertes aux joueurs, Guild Wars 2 n'atteint pas le niveau d'un Star Wars : The Old Republic, il faut saluer l'énergie déployée par ses développeurs pour rendre l'ensemble hyper véloce. D'ailleurs, la difficulté de certaines instances est mal dosée, si bien qu'il est parfois suicidaire de s'y engager en solitaire (un comble). Dans la mission de notre rôdeur Charrs, Une confiance mal placée, les deux moyens de passer outre l'affrontement contre une créature élite ont été (1) de profiter sournoisement d'un bug, (2) de se grouper avec d'autres joueurs totalement étrangers à la quête censée être personnelle. A contrario, d'autres missions ont été franchement ennuyeuses. De nombreux ajustements restent donc encore à paramétrer. Le rythme est en l'occurrence parasité par l'obligation de grappiller hors zones instanciées les points d'expérience faisant défauts suivant le niveau requis par les différentes étapes des histoires personnelles. Perdre le fil de son histoire est donc un risque à courir, d'autant que l'aventure hors instances va de surprises en surprises, lesquelles ont vite fait de nous écarter du « bon chemin ».


DR.

Chaque nouvelle découverte d'une région peut déboucher sur une petite discussion avec un pnj éclaireur. Par son intermédiaire, le jeu vous expose les quêtes de cœur. D'origine FedEx mais ouvertes à l'alternative (plusieurs chemins pour les compléter), ces missions se comptent sur les doigts de la main. Elles sont dispersées aux quatre vents de la carte et orientent la progression du joueur, lui présente le background de chaque environnement. Le principal intérêt de les achever est la récompense qui en découle : le donneur de quête de cœur vend des items spéciaux et peut faire des ristournes sur certains ingrédients. La monnaie d'échange pour acquérir ces objets est le Karma, ressource non-échangeable que l'on obtient uniquement en participant aux événements dynamiques !

Les événements dynamiques, puisqu'on en parle, sont communs à tous les joueurs partageant le même serveur. Leur principe novateur est légèrement complexe à expliquer, mais tentons une rapide approche. Spécifiques au background de chaque région visitée et s'adaptant automatiquement au nombre de participants et à leurs puissances, ces événements se déroulent par cycle et à intervalles irréguliers, et ce, même si vous n'êtes pas dans les parages. A tout moment, vous pouvez donc prendre en cours l'une de ces quêtes one shot (éliminer une créature élite, escorter des caravanes, protéger un pnj) ou construites en plusieurs étapes - celles-ci étant déterminées par les actions de la communauté. Concrètement, pour ces dernières, et à titre d'exemple parmi tant d'autres, imaginez-vous vous approcher d'un point stratégique et être informé que de vilains Trolls l'ont assiégé. Votre mission de longue haleine, si vous l'acceptez, sera (1) de déloger les envahisseurs, (2) de prendre position pour repousser la contre-attaque, (3) de poursuivre les belliqueux jusque dans leur camp, (4) y liquider leur chef suprême et faire fuir son armée, (5) de défendre ce camp contre une série d'assauts suicides, (6) vous voilà propriétaire d'une nouvelle base pour votre faction ! En cas d'échec dans l'une des étapes numérotées, l'événement s'adapte et bifurque vers un tout autre embranchement. Et étant donné que ces événements sont cycliques, inutile de préciser que vos efforts déployés pour acquérir une nouvelle base seront assez vite balayés d'un revers de la main dans les minutes qui suivent si tout le monde déserte l'endroit pour vaguer à ses activités... Ainsi va la dure réalité de ce monde imaginaire.

Parallèlement à ces événements, d'autres se déclencheront par votre faute, ou celles des joueurs qui vous entourent. Une Guilde d'intellectuels notoirement connus – appelons-la « CRXR » (les Chasseurs qui RoxXxent sa Race) pour conserver son anonymat, a l'idée toute bête de passer son temps libre à décimer le gibier environnant. Les malins, sans le savoir (dans un premier temps, du moins), vont alors provoquer la colère des prédateurs qui vont s'attaquer aux habitations pour casser la croûte ! Vous l'avez compris : le système d'événements – persistants ou déclenchés, apporte un vrai vent de fraîcheur pour le genre. Le regroupement des joueurs se fait d'ailleurs très naturellement, sans temps morts, ni exigences de pré-requis (merci la polyvalence). L'enthousiasme est néanmoins à modérer. Car dans les faits, les zones de départ surpeuplées font que les événements dynamiques se répètent à vitesse grand V, et instaurent un sentiment d'écœurement. Il est également dommage de constater que les joueurs qui privilégient le soutien (assister et guérir ses comparses) ne seront malheureusement pas récompensés à la juste valeur de leurs actions – pourtant capitales. Au stade où cette preview est écrite, le jeu préfère couvrir de récompenses (sous forme de médaille, d'argent, d'expérience et de karma) ceux qui font dans le brut de décoffrage.


DR.

Concernant les activités supplémentaires de Guild Wars 2, certains joueurs regrettent le manque de mini-jeux ou d'interaction avec les décors. Pour le moment, du moins. Cela dit, les mécanismes de l'artisanat ont de quoi occuper pendant des semaines. Sur les huit métiers disponibles, votre avatar pourra choisir deux cursus à faire évoluer en même temps. Et ce, sur plusieurs niveaux. Pour l'instant (version bêta oblige ?), les joueurs peuvent changer d'orientation quand ils le souhaitent, sans avoir à débourser de l'argent, et sans perdre leurs acquis sur les métiers déjà expérimentés. A terme, tout le monde pourrait donc être à l'aise dans n'importe quelle discipline... Bof, bof, diront certains. Mais dans la logique de construire des héros tout en un, les développeurs de Guild Wars 2 semblent ne vouloir handicaper personne. D'ailleurs, il n'y a aucune restriction quant aux activités de récolte d'ingrédients. Toutes les races et classes pourront utiliser les quatre outils phares : faux (végétaux), hache (bois), pioche (minéraux) et outils de recyclage (à utiliser sur les armes et armures). Les matériaux de base et les éléments récupérés sur les adversaires serviront à la confection d'ingrédients de plus en plus élaborés. Pour fabriquer un item, l'artisan a besoin d'un établi propre à sa profession, d'une recette achetée auprès d'un pnj ou découverte en faisant des expérimentations, de (minimum) trois (sur quatre) ingrédients. Chaque fabrication fait monter vos compétences et enrichie, à terme, votre champ des possibles. Le système, somme toute classique, est un peu complexe à prendre en main. Une fois maîtrisé, il devient ludique et gratifiant. D'autant que les objets créés sont souvent plus intéressants que ceux issus d'un butin, ce qui pousse à s'investir dans une branche pour dépister des secrets de fabrication.

Il y aurait d'autres choses à dire sur Guild Wars 2 ! Malheureusement, un week-end bêta ne suffit pas à faire le tour de toutes les richesses entre-aperçues. Pour l'heure et en l'état, le prochain soft de ArenaNet ne déçoit sur quasiment aucun aspects. Ou si peu. Et vu que la sortie de cet épisode n'est peut-être pas prévue avant des mois, cela laisse le temps aux développeurs pour peaufiner cette création, déjà impressionnante de par ses qualités graphiques et l'originalité d'une partie de son gameplay. Certes, les néophytes vont peut-être perdre le Nord face à la richesse peu commune de son contenu. Oui, les puristes du genre ne seront sans doute pas contents de l'attentat (modéré) sur leur sacro-sainte trinité. Chez krinein, nous sommes en tous les cas sous le charme avant l'heure. Vivement la suite !

Partager cet article

A propos de l'auteur

39 commentaires

  • Flob

    08/11/2010 à 07h50

    Répondre

    Il passe vraiment bien à l'image ce Mandark, et quel hochement de tête fabuleux

  • gyzmo

    15/06/2011 à 16h39

    Répondre

    Je ne suis pas client du principe chronophage des MMO, mais celui-ci est tout de même magnifique. Ca me donnerait presque envie. Beau dossier, en tout cas http://jeux-video.krinein.com/dossi ... 16076.html

  • Anonyme

    01/07/2011 à 12h40

    Répondre

    Article magnifique

    Guild Wars 2 va s'en aucun doute apporter une nouvel ère au monde du jeu vidéo !

  • Mandark

    17/08/2011 à 13h53

    Répondre

    Qu'est-ce que je l'attend celui là !http://jeux-video.krinein.com/games ... 16894.html

  • gyzmo

    13/11/2011 à 20h22

    Répondre

    Guild Wars premier du nom était également vocalisé ?
    La séance de création de personnage est vraiment chouette. Belle interface. Va être class, ce jeu !http://jeux-video.krinein.com/guild-war ... 17651.html

  • Plax

    14/11/2011 à 08h30

    Répondre

    J'espère aussi, c'est le premier MMO qui me donne envie de m'y mettre !

  • Canette Ultra

    14/11/2011 à 08h57

    Répondre

    Guild Wars 1er du nom, était mon premier MMO

  • gyzmo

    20/02/2012 à 19h20

    Répondre

    Punaise, j'ai regardé des vidéos de test de la bêta, les séquences sous l'eau et la customisation sont franchement excellentes (et l'interface, super classe). Le reste n'est pas hyper impressionnant graphiquement, mais ça a de la gueule (belle map, en passant). Autrement, les fans de PvP doivent être comme des fous tan le jeu a l'air blindé sur ce point !

  • Maat

    22/02/2012 à 20h28

    Répondre

    Au fait, des inscrits à la beta test ?

    https://beta.guildwars2.com/

    Suis inscrit, on verra bien si je suis pris avec ma config vieille de 5 ans

  • Choucroot

    23/02/2012 à 01h07

    Répondre

    Ho yeah ! merci du tuyau !

  • Nicolas

    23/02/2012 à 06h37

    Répondre

    C'est fait

  • cubik

    23/02/2012 à 06h58

    Répondre

    peut pas m'inscrire, ils veulent que du windows

  • gyzmo

    23/02/2012 à 08h43

    Répondre

    Fait aussi !

  • Plax

    23/02/2012 à 10h43

    Répondre

    Oh putain faut que je le fasse !

  • Nicolas

    19/04/2012 à 16h43

    Répondre

    J'y serais. ha ha.http://jeux-video.krinein.com/-10632/pr ... 18785.html

  • Maat

    19/04/2012 à 17h27

    Répondre

    C'est pas le premier bêta-test, techniquement. C'est le premier ouvert aux pré-acheteurs, non ?

  • GrandPoil

    19/04/2012 à 18h28

    Répondre

    Ouh yeah

  • Choucroot

    20/04/2012 à 12h03

    Répondre

    Maat a dit :
    C'est pas le premier bêta-test, techniquement. C'est le premier ouvert aux pré-acheteurs, non ?

    Voui

  • Nicolas

    25/04/2012 à 08h59

    Répondre

    Le client du jeu est téléchargeable. Mieux vaut le faire rapidement avant le rush des jours qui arrivent...

  • Choucroot

    25/04/2012 à 13h07

    Répondre

    Tite question tant que j'y suis, est ce que l'un d'entre vous à pré-acheté le jeu avec une carte bleu visa BNP ?
    La page me signale une erreur non identifiable et refuse le paiement sans raison compréhensible :'(

  • Nicolas

    25/04/2012 à 13h11

    Répondre

    C'est peut être l'affluence...

    Perso, achat en boîte magasin.

  • Nicolas

    25/04/2012 à 20h15

    Répondre

    Bin l'écran titre est sobre mais joli. Et la musique très sympa.

    Voilà. A dans deux jours !

  • gyzmo

    25/04/2012 à 20h36

    Répondre

    Chui à 40% de dl. Ça va télécharger toute la nuit, j'ai l'impression

  • Nicolas

    26/04/2012 à 09h20

    Répondre

    je sais pas combien de temps ça m'a pris, je l'ai lancé à 7H du matin et quand je suis revenu chez moi vers 19H, c'était fini.

    Par contre, il installe rien, tu as un .exe et un gros fichier juste à coté de plusieurs Go.

  • Plax

    26/04/2012 à 10h15

    Répondre

    J'ai pareil, c'est assez étrange comme truc.

  • Nicolas

    26/04/2012 à 10h21

    Répondre

    Faudrait vérifier s'il installe quelque chose, si ça se trouve tu peux te balader avec le jeu sur ton disque dur externe et y jouer n'importe où

  • gyzmo

    26/04/2012 à 10h44

    Répondre

    Tout passe via le Launcher de téléchargement. Il récupère le .dat (tout le contenu du jeu, en fait). Je suppose qu'il y aura une installation derrière, une fois la bêta réellement ouverte et que l'on pourra se connecter. mais j'ai un doute. Ça voudrait dire qu'il faut 2x14go pour installer GW2 !

  • Maat

    12/06/2012 à 23h59

    Répondre

    J'ai pu le tester chez Aen, ce jeu sera mien, certainement http://jeux-video.krinein.com/-10632/pr ... 19143.html

  • gyzmo

    13/06/2012 à 09h20

    Répondre

    Me rend compte que j'ai pas trop parlé du plaisir d'explorer, de découvrir de nouveaux sites, de faire reculer le brouillard de guerre de la carte (vraiment magnifique) et débloquer les points de téléportation (en plus de tomber sur les événements). Sur ce point, le jeu est tout de même hyper bien foutu.

  • Canette Ultra

    13/06/2012 à 14h37

    Répondre

    Yep, un jeu bien accrocheur.

    Comme tu le dis dans le test, les différentes classes ont toutes les armes pour s'en sortir avec une certaine polyvalence et classe

  • cubik

    13/06/2012 à 18h18

    Répondre

    ce jeu me fait peur
    il a l'air beaucoup trop chronophage >

  • Canette Ultra

    13/06/2012 à 21h42

    Répondre

    mais non mais non

    pas tant que ça

  • OuRs256

    28/08/2012 à 10h15

    Répondre

    J'en connais un qui a regardé la cité de la peur hier http://jeux-video.krinein.com/-10632/gu ... 19483.html

  • gyzmo

    28/08/2012 à 10h41

    Répondre

    Il a surtout été beaucoup déconnecté et séparé de son groupe.
    ArenaNet is Red id Dead

  • Nicolas

    28/08/2012 à 17h08

    Répondre

    Je le rappelle, si vous souhaitez faire un bout de chemin avec des krinautes, ou même adhérer à la guilde Krinein [KRI], n'hésitez pas à nous en faire part !

  • Maat

    28/08/2012 à 20h47

    Répondre

    Une fois l'été fini, si les potos y sont encore, 'tite migration

  • Canette Ultra

    29/08/2012 à 08h10

    Répondre

    Hier, je me suis lancé dans le monde contre monde ^^

    ça met une bonne claque !
    Comme le disait Gyzmo, il faut rester en équipe ! (un peu comme dans les films d'horreur, dès qu'on est seul, on meurt)
    C'est un bon moyen de jouer sa classe différemment et d'apprécier le jeu.

  • gyzmo

    29/08/2012 à 08h12

    Répondre

    En MvM, le must à tester, c'est de se faire rouler dessus par un bus de 50 joueurs adverses. Ça fout bien la rage. Après, tu te venges sur les animaux isolés environnants^^

  • Canette Ultra

    29/08/2012 à 08h37

    Répondre

    haha, j'ai eu le droit qu'à une petite dizaine ... les autres devaient être occupés !
    J'ai bien aimé le droit de "achever" son adversaire au sol, ça défoule surtout après avoir été bien puni comme tu dis ...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques