A DECOUVRIR
8/10

Tegan and Sara - If it was you

Le mois de septembre de l'an de grâce 1980 restera à tout jamais un tournant dans l'histoire de l'Humanité avec un grand U (comment j'en fais des tonnes) : outre la naissance du plus faible utilisateur du verbe être des critiques de Krinein le 23 naissaient quatre jours plus tôt les jumelles Tegan et Sara Quin, à Calgary (Canada). Vingt-deux ans plus tard paraît If it was you, troisième album des deux « instruments » (comme les présente le booklet). « Plus punk, plus pop et plus bruyant » comme le décrit Tegan dans le dossier de presse.

L'avertissement se vérifie plutôt bien après les trois écoutes réglementaires (sûrement pas les dernières grâce à la qualité de la galette). Pop, donc léger ? Ma foi, ne vous attendez pas à prendre la claque métaphysique de votre vie avec les textes de l'album, façon je suis une fille tranquille alors faîtes pas chier. Monday Monday Monday, single qui deviendrait un tube interplanétaire si les gens aimaient un tant soit peu le rock, révèle pourtant une face plus mélancolique envieuse d'en découdre avec les petites incompréhensions de rien de tout qui vous pourrissent un couple épatant. L'ambiance vire douce-amère sur Not Tonight puis carrément peace sur les trois derniers morceaux du disque.

Entre temps, l'auditeur découvrira des voix taillées pour le Lilith Fair sur Underwater (futile, so what ?) ou Living Room (et son chouette banjo), des guitares qui sonnent au poil sur I hear noises et des symptômes du syndrome d'Alanis Morissette sur Terrible Storm. Tegan et Sara ne montrent jamais le génie qui leur permettrait d'entrer dans l'histoire de la musique, mais pour tout dire, elles s'en moquent pas mal. Suffisamment en tout cas pour nous faire profiter de leur communicative énergie et de leur enthousiasme à enregistrer de bonnes popsong.

Pas assez couillues pour les fans de Nu Metal, les frangines Quin ? Allez pomper quelques mp3 sur leur site officiel pour en juger. En cas de désapprobation, Krinein nie toute responsabilité quant à votre éventuelle arrestation par la police du goût. Même que ouais.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques