6.5/10

Project X Zone - Quasiment classé X (3DS)

- Vous êtes prêts, vous êtes tous prêts ? La voix-off va pas tarder à dire FIGHT, dès qu'elle dit FIGHT on se jette sur la gueule du streumon et on le tabasse à donf ! Chun Li, Morrigan, vous êtes prêtes ? Va falloir s'agiter le cul, on va lui faire notre combo spéciale 70 coups... Oh PUTAIN elle a dit FIGHT ! PUTAIN elle a dit FIGHT ! Taïaut ! Remuez vos boobs les gonzesses, nous avec Leanne on lui mitraille sa tronche ! Heihachi ! Arrête de faire l'andouille et frappe, on est même pas encore à 40 hits, là ! Voilà, tous ensemble, la jauge d'XP grimpe à fond, on va attendre les cent pour cent... encore deux... encore un... CENT POUR CENT ! Vas-y Leanne on lui balance notre fury et on lui fout la misèèèèèèèèèère .......!!


DR.
Globalement, voilà comment se passerait dans la réalité un assaut de Project X Zone impliquant plusieurs de ses protagonistes. Avec un peu de jugeote, vous aurez reconnu Zéphyr, Leanne, Chun Li, Morrigan Aensland, et Heihachi, protagonistes issus respectivement de Resonance of Fate (Sega), Street Fighter (Capcom), et Tekken (Namco). L'ambition du jeu n'est ni plus moins d'offrir aux joueurs un énorme crossover piochant dans une bonne trentaine de licences Sega, Capcom et Namco. Et si certaines d'entres elles sont pour le moins connues et reconnues - citons en vrac Resident Evil, Street Fighter, Valkyria Chronicles, Tekken, Resonance of Fate -, une bonne partie va réclamer des connaissances pointues en séries japonaises qui n'ont jamais été occidentalisé. D'ailleurs, l'effort de localisation est minimale : les voix sont restées en japonais, les textes sont en anglais. A partir de là, si vous n'avez pas encore fui, félicitations ! Vous êtes un candidat potentiel pour apprécier ce petit plaisir gavé de défauts mais attachant au possible !


DR.
Un épais mystère plane sur tout le scénario. A vrai dire, même au bout de quinze heures de jeu, le brouillard s'est à peine dissipé. Une vague histoire de portails entre des dimensions parallèles, dans l'avenir, dans le passé, dans des réalités alternatives. En d'autres termes, un foutu gros prétexte pour mélanger tout le monde en gardant un minimum (extrêmement petit) de cohérence. Ce n'est donc pas l'histoire qui va nous garder éveillé, ça non. Ni le rythme d'ailleurs, le jeu mitraille des cartouchières entières de dialogues qui sont, pour la plupart, aussi intéressants que "Ca n'a aucun sens !", "On y va les amis !", "Mais où sommes nous ?". Et à de nombreuses reprises, les programmeurs utilisent un running clin d'oeil un peu ennuyeux sur le long terme : le héros inattendu qui débarque en clamant "Pas si vite !". Personne ne s'est emmerdé avec le script - à part nous, on s'emmerde assez fort quand il s'agit de se palucher le scénario et ses "rebondissements".


DR.
Mais ce type de gros bordel désorganisé présente néanmoins un énorme avantage : n'importe qui, je dis bien n'importe qui, peut débarquer dans le jeu. Souvent des mecs et des nanas que l'on ne connait pas, d'ailleurs. Le japonais fan de jeux vidéo sera aux anges, l'européen sera à mi-chemin, mais il sera tout de même content de récupérer des nouveaux personnages. Le style graphique de chaque franchise a été accordé dans un style un peu mangas qui permet de marier tout et n'importe qui, dans une certaine mesure. Pour être précis, chaque personnage va par paire imposée : Chun Li avec Morrigan, Ken avec Ryu, Jin et Xiaoyu, Akira et Paï, Chris et Jill, etc. Il est également possible de récupérer des unités solo qui serviront de support attitré aux duos, seul point de personnalisation que l'on peut exercer sur nos unités. Dans les dix premières heures de jeu, c'est le vecteur principal d'intérêt : avancer dans l'histoire pour récupérer le maximum de personnages, quasiment un duo par chapitre.


DR.
Tout comme pour le scénario, personne ne s'est creusé la tête pour inventer, ou même appliquer, un style de jeu travaillé. De loin, Project X Zone ressemble à un tactical RPG; de près, il n'a pratiquement rien de tactique ni d'un jeu de rôle, si ce n'est quelques vagues notions ici et là. Vos personnages engrangent de l'expérience au fil des combats, gagnent des niveaux et deviennent plus puissants, certes. Ils doivent également attendre leur tour pour jouer, n'ont que quelques cases de déplacement, et une distance d'attaque, certes. Et un duo qui attaque peut appeler en renfort un autre duo adjacent à sa position, certes. Mais ce sera bien là les seules finesses d'un système de combat qui se veut avant tout bourrin et spectaculaire. Ainsi, chaque duo possède au minimum trois attaques distinctes qu'il est possible d'exécuter dans n'importe quel ordre, le but étant de ne pas laisser l'adversaire toucher le sol et ainsi cumuler plein de hits combo - lesquelles seront récompensés par de l'expérience supplémentaire en fin de joute. Si l'on peut enchaîner trois fois la même attaque, il est plus judicieux de lancer les trois successivement pour bénéficier d'une action supplémentaire et coller une quatrième baffe. Ceci, tout en sachant que chaque attaque est différente, à un effet différent sur l'ennemi, et qu'il faut les connaître un peu pour maximiser les hits combo. Rien de plus chiant que de rater la moitié des coups de l'attaque parce que celle-ci est censée s'appliquer sur un adversaire projeté dans les airs. Dans l'ensemble, on kiffe bien. Le procédé est répétitif (on en vient à répéter les mêmes schémas d'attaque tout le temps), mais dispense une telle PUISSANCE visuelle (noter les majuscules) qu'il se suffit presque à lui-même. Presque.


DR.
Si le duo dispose d'une unité solo, il peut faire appel à celle-ci pour lancer une attaque supplémentaire. Pareillement, si une de ces cases adjacentes est occupée par un autre duo, celui-ci peut intervenir dans le combat et coller une rouste. En d'autres termes, il peut y avoir jusqu'à cinq personnages en train de frapper simultanément, un véritable spectacle folklorique où l'on perd un peu de vue qui fait quoi et comment. Libre à vous de tout balancer de manière séquentielle, mais l'avantage des frappes simultanées est que celles-ci remplissent votre jauge d'XP. Attention, à ne pas confondre avec l'expérience accumulée en fin de combats, les "X Points" permettent à un certain palier de balancer une attaque spéciale carrément trop énorme, carrément trop douloureuse. A vrai dire, c'est peut-être le seul moyen de vaincre convenablement des boss qui disposent d'une barre de vie de plusieurs kilomètres. Voir une attaque spéciale, c'est comme découvrir une nouvelle invocation dans un Final Fantasy, c'est une joie, un rayon de soleil dans un jeu pas mal répétitif. Et comme chaque duo possède sa propre attaque spéciale, collectionner tous les personnages devient rapidement la priorité numéro un. 


DR.
Le jeu n'a pas une très belle allure malgré un certain respect des personnages, des lieux, des ennemis de chaque franchise, mais il en a sous la botte ! Visuellement, le jeu frappe fort, chaque attaque est une occasion pour les personnages de sortir l'artillerie lourde, de valser dans les airs, de se transformer ou même de jouer du clairon. Le système de jeu, plutôt permissif, permet de faire avec assez de facilité des combos de coups dépassant la cinquantaine de hits et se débarrassant sans suer des grouillots les plus minoritaires. Tout ça, en vociférant des noms d'attaque tout en japonais, en racontant sa life, en grognant, en faisant le beau. Pour attirer le regard masculin, le développeur Monolith a porté un soin tout particulier à la restitution des attributs mammaires de chaque personnage féminin, il n'est donc pas rare de voir rebondir sous nos yeux parfaitement concentrés sur l'action une paire de seins de taille complètement abusée. Voir photo ci-contre, merci de ne rien faire de dégueulasse.

Au final, on prend du plaisir. Difficile néanmoins de recommander pleinement le jeu tellement celui-ci se révèle primaire et répétitif, mais l'énergie déployée lors des affrontements et l'immense qualité des attaques spéciales valent à elles seules l'investissement. Surtout que la durée de vie est pas loin d'attendre les 25H, mais faut tenir jusque là. Rajoutez un point si vous aimez les boobs

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques