6/10

R.A.W. : Realms of Ancient War - Test

Les Hack and Slash sont bien identifiés des joueurs depuis la sortie de cadors comme Diablo. On les trouve à toutes les sauces mais le joueur console se sent parfois lésé puisqu'une infime portion de la production vient jusqu'à lui.

Heureusement les exceptions existent et la magie du XBLA propose parfois des petits trésors à l'instar de Torchlight. Cependant, mis à part ce dernier, les autres font un peu pâle figure. C'est ainsi que R.A.W. : Realms of the Ancient War débarque sur le live arcade. Pour une dizaine d'euro, le jeu est disponible pour l'aventure solo ou coopérative. Vrai bon plan ou piège à touriste ?


Qui a une torche sur lui ?
Tout d'abord, RAW (c'est plus court ainsi), c'est une histoire : celle d'un monde en guerre qui, au moment de trouver la paix, a plongé dans le chaos. Vous êtes un héros qui va tenter de comprendre pourquoi les rois, après avoir trouvé un accord, ont sombré dans la décrépitude. Vous allez donc devoir arrêter un mal ancien en allant dans les différentes provinces. Classique mais toujours efficace, l'ambiance « fin du monde » du titre est prenante et les hordes d'ennemis sont si denses par endroit que l'on ressent l'ampleur de l'enjeu.


Le pont de la rivière R.A.W.
Visuellement, le jeu possède une véritable identité dont la noirceur peut rappeler Dungeon Siege III à certains. Moins tourmenté au niveau des quêtes annexes et des conséquences diverses, RAW propose une aventure très lisible et basée sur l'action avant tout, dans la mouvance actuelle qui simplifie beaucoup certains jeux de rôle ou de ce genre. Le jeu devient donc plus accessible et compréhensible et si le pro de l'optimisation en tout genre regrettera les arbres de compétences complexes, les autres apprécieront le côté pêchu de l'ensemble même si un chouia de sorts en plus aurait été le bienvenu.


Sous les pavés, les monstres !
Côté gameplay justement, trois voies s'ouvrent à vous : Les amateurs de corps à corps virils et de joutes musclées se jetteront sur le Barbare. Comme vous vous en doutez, armé d'une épée ou d'une hache dans chaque main, il se jette dans la mêlée. À haut niveau, il peut toutefois invoquer des esprits ou se clôner pour faire face au danger. Un personnage très accessible et pratique pour se faire un chemin dans les hordes ennemies. Le Sorcier, par contre, est plus technique. Faible au corps à corps, il doit jouer à distance et utiliser ses sorts pour survivre. Votre jauge de magie sera donc un point cruciale de votre survie car si vous n'avez plus de magie, vous êtes mort. Il a cependant de quoi faire parler la poudre et sa montée en puissance va vous permettre d'apprécier son plein potentiel. La Rôdeuse représente la gente féminin : avec ses dagues ou son arc, elle est un personnage aussi versatile que létale. Posez des pièges ou devenez invisible, vous aurez un beau panel de compétences pour survivre puisque vous êtes aussi bonne à distance qu'au corps à corps. Au départ, les amateurs de magie seront un peu chagrinés car il est compliqué par endroit de survivre sans passer pour un lâche, il faudra bien monter la puissance de sa boule de feu pour commencer à se dire « ouais, je suis l'aigle de la route ». On voit donc le trio classique comme dans Torchlight mais ce dernier proposait beaucoup plus de possibilités de customisation pour le développement de votre personnage.


Sous le carrelage, les monstres aussi !
Dans le jeu, vous constaterez vite que les couloirs sont légions et que les niveaux sont plutôt courts. Heureusement, car pas de sauvegarde à l'intérieur de ceux-ci. Compter 10/15 minutes par niveau pour le ratiboiser. Cependant, vous aurez votre lot d'ennemis et on ne peut pas dire que RAW se moque de vous quand il fait surgir de terre une flopée de monstres pour aider ceux déjà présents. On peut donc résumer RAW à du tabassage en règle et vous en oublierez presque pourquoi vous tuez tout ce qui bouge. Non pas que cela soit désagréable en soit mais on perd le côté aventure et customisation en cours de route. C'est comme les musiques : sombres et prenantes, elles sont aussi peu nombreuses et parfois inexistante hors des combats.


Le calme des grands édifices est relatif ici !
Il y a comme un goût étrange qui nous saisit puisque on sent le potentiel du jeu mais à trop vouloir simplifier les choses, il a oublié certains aspects en cours de route comme la variété des sorts, des lieux ou l'ambiance générale. De même, vu les possibilités de chaque personnage, on se dit que trois personnages, c'est un peu juste. RAW perd donc le joueur en cours de route avec tant de redondance. Néanmoins, il reste un défouloir qui peut faire son office avec panache et pour une dizaine d'euros, il offre un jeu sympathique qui saura même séduire les joueurs de passage. Ainsi, si vous voulez de l'action facile à prendre à main, RAW est pour vous.


Le courant passe bien entre moi et les monstres !

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques