9/10

Red Dead Redemption : Game Of The Year Edition - Test

Pour certains la patience est une vertue qui paye. Tenez, dans le cas de ceux qui n'auraient pas voulu payer plein pot les deux bombes que sont Red Dead Redemption et son excellent stand alone Undead Nightmare (sans parler des nombreux DLC des modes multi des deux softs), eh bien ils peuvent maintenant remporter le tout pour la modique somme de 40€, et sur la même galette de surcroit.

Oh, j'en entend déjà crier à l'exploitation facile du filon, mais dans ce cas là je répondrais qu'ils n'avaient qu'à eux-même s'armer de patience (sans compter que quand ce sont des journalistes qui se plaignent, il faut se rappeler qu'il est rare qu'ils aient à payer les jeux qu'ils testent - nous y compris -, mais rassure-toi ô fidèle lecteur, jamais nous n'oublions que toi tu devras faire pleurer ton porte-monnaie, et nous brulons régulièrement des biffetons de 50 et 20 eu pour ne pas perdre notre objectivité).


John Marston. Ultimate badass !
L'important ici c'est que Red Dead et son spin-off « à la Romero » sont toujours deux monuments du genre, et que la somme des deux (plus les nombreux DLC, gratuits ou payants) finissait par former un tout conséquent qu'il aurait été bien dommage de ne pas proposer d'un bloc, ce qui est plutôt bien vu et pas du vol pour un sou, puisqu'un véritable escroc aurait sans doute choisi de sortir chaque partie séparément en nice price. De plus il y en a qui n'ont pas encore pu jouer à ce combo diabolique (tous ceux qui avaient 16 ans à l'époque de la release originelle, et dont j'espère bien que leurs bons parents - soucieux évidemment de leur développement psychique harmonieux - ont bloqué la console avec un code !).

Alors voilà, Red Dead était (presque) unanimement le jeu de l'année en 2009 et sur consoles peu de titres sont capables de rivaliser avec sa maitrise du open world, sans parler de l'ambiance western exceptionnelle et de ses graphismes impeccables et fouillés, de ses panoramas de ouf, de ses canassons hyper-réalistes, de ses gunfights furieux, de ses saloons enfumés, de son...bon, vous avez compris le topo.


Wanted, dead or dead !
Pour Undead Nightmare, qui est quand même un concept un peu barré (partout dans le pays les morts sortent de terre et font rien qu'à vouloir manger tout le monde), c'est le subtil changement d'atmosphère par rapport à Red Dead qui fait toute la force de cette extension. Ce sont les mêmes lieux mais la lumière légèrement blafarde et une musique un poil distordue donnent sans cesse l'impression d'être au bord de l'apocalypse. De plus on a ici à faire à des zombies old et next-gen, ceux qui avancent mollement en faisant « Aaaaaaaa.... » de façon gutturale et les autres qui vous foncent dessus à toute berzingue, sans oublier les corrosifs qui vous vomissent une bile acide à la face, voire même les animaux ! Et quand tout ce (pas) beau monde vous fonce dessus par grappes de 20 ou plus, on a tout intérêt à faire comme dans un match de trou d'ball et courir vite, très vite !

En plus de la durée de vie standard nécessaire pour bien profiter des deux jeux en solo (entre 50 et 60 heures pour l'ensemble), le multi offre un prolongement de qualité, puisque outre le vaste nombre de modes proposés (Deathmatch, Team Deathmatch, Gold Rush, Assaut, mode Horde versus les zombies...), il est toujours fun de se promener en Free Roam, d'aller chasser à plusieurs ou de devenir l'outlaw public Numéro Uno et de se faire pourchasser par les autres à travers l'immense territoire que constituent les trois états du soft. On regrettera juste que les serveurs ne permettent
Même le multi est épique
pas à plus de seize joueurs de se connecter en même temps vue l'étendue dudit territoire, mais on s'y fait vite et on s'éclate toujours bien si on a constitué un petit posse. Comme en plus l'évolution de ses persos est basé sur un système d'XP à la Call of, on gagne en permanence des bonus.

Pas la peine de s'étendre beaucoup plus sur la question, et si vous voulez une étude approfondie des deux titres vous les trouverez sur le site. On dira juste qu'à ce prix là et si vous n'avez jamais tenté l'aventure Red Dead, il y a pire à faire que de sillonner les plaines écrasées de soleil du far-west en cette période maussade où arrivent les premiers frimas.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques