8/10

Relicta - Test PC

Tags : relicta jeux enigmes test switch tests cubes

Les jeux de réflexion sont légion pour qui sait être attentif. Voici un nouveau petit bijou sur lequel je suis tombée, sorti en 2020 et proposé par l'éditeur de confiance Ravenscourt.

Dans un univers science-fiction, nous incarnons la scientifique Angelica qui travaille avec son équipe dans un gigantesque laboratoire lunaire sur une matière mystérieuse aux propriétés inconnues : le Relicta, d'où le nom du jeu. Bien que le scénario soit assez simpliste à la base, il est assez fouillé et colle à peu près bien aux mécaniques, même si on a parfois l'impression qu'il y navigue en parallèle.

Car la véritable essence de Relicta n'est pas dans son histoire. Notre personnage, en devant aller de différents points de la Lune à d'autres pour secourir ses coéquipiers, doit ouvrir des zones fermées et les traverser en manipulant des cubes magnétiques et en les plaçant sur des plaques pour désactiver des champs de force bloquant le passage, ce qui n'est pas sans nous rappeler l'excellent Magrunner, sauf qu'il se déroulait dans le fascinant univers Cthulhu. Le principe, c'est qu'on peut polariser les cubes, rouge pour l'une des polarités et bleu pour la polarité opposée. On peut aussi polariser des plaques un peu partout. En toute logique, les objets s'attireront donc lorsqu'ils seront de polarité différente et se repousseront lorsqu'ils seront de la même. Il faut bien sûr être assez proche du champ pour que l'effet se produise. À cela s'ajoute rapidement le fait qu'on puisse ôter la gravité aux cubes et alors tout devient possible : faire monter les cubes, se mettre dessus pour avancer avec, exécuter des voltiges, des trajectoires rectilignes, ou non si on polarise des plaques pour faire tourner un cube en pleine lancée etc...


Bon courage pour visualisr la trajectoire du cube de plaque en plaque.

Tout le mérite de Relicta, au-delà du concept, est d'avoir su ajouter progressivement tout un tas d'outils et de mécanismes nouveaux : champs de force laissant passer le cube, mais pas l'humain et réciproquement, plaques ou ponts mobiles, activateur plus ou moins accesssibles, téléporteurs de cubes, objet volant démagnétisant, et j'en passe. Ainsi, il monte petit à petit en puissance pour nous amener à des niveaux où la difficulté et la taille des zones est aussi impressionnante qu'ardue, avec de temps à autres le facteur chronomètre qui vient compliquer la tâche, ou des trajectoires à visualiser bien complexes. Autant dire qu'on doit s'y reprendre de temps à autres jusqu'à dix fois avant d'arriver à faire le déplacement voulu au cube ou aux cubes. Retry & Retry sans le Die. À dautres moments, on est juste dans un état de longue contemplation et d'observation indispensable avant de se lancer. Difficulté, variété et progressivité, voilà la bonne recette d'un bon jeu de réflexion et Relicta y parvient avec brio.

Autre atout bien pensé : la variété des différents univers, lesquels donnent une belle immersion à laquelle on ne s'attendait pas trop, surtout que les musiques sont assez absentes, mais pas les sons plutôt bien travaillés heureusement. On évolue ainsi aussi bien dans la chaleur d'un canyon, que l'humidité de la jungle, le froid d'un glacier, la désolation de la taïga ou des grottes et le jeu arrive à utiliser certaines propriétés de ces univers qui donc n'ont pas qu'un rôle immersif.


Le petit machin qui vole et au champ ocre démagnétise tout (arg), il faut donc se synchroniser.

Certains regretteront les graphismes manquant de finesse et un peu cubiques, mais tout bon fan de réflexion n'y prêtera pas trop attention car le minimum est là, et certains passages sont même assez beaux, et parce que ce qui compte c'est cette attraction continuelle que Relicta exerce sur nous : on y vient, on y revient, on s'extasie devant les astuces toujours renouvelées qu'il récèle et qu'on découvre peu à peu, qu'on garde en mémoire pour les prochains niveaux et qu'on ajoute à de nouvelles. Les potentailités étaient énormes et le studio Mighty Polygon les a travaillées avec une grande précision. Sans suprise, la durée de vie s'avère donc élevée, dépassant les 20H, sans compter deux parties bonus dans le menu "suppléments" pour les accros qui n'arriveraient pas à s'arrêter.

Bref, vous l'aurez compris, je recommande impérativement Relicta malgré ses graphismes passables et son scénario trop détché du concept bien que fouillé et prenant. Tous les ingrédients d'un excellent jeu de réflexion y sont, et même un peu d'humour.


Les derniers niveaux sont juste immenses !


J'ai mis un peu de temps à comprendre que ce message était une blague.


Quelques beaux points de vue immersifs.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Aventures, enquêtes, mille et une énigmes, réflexion ; jeux aux thématiques profondes, originaux, décalés, indépendants, telles sont mes passions. De temps à autres, aussi du 100 % action. Féministe avertie, assoiffée de justice, je rejette toute forme de discrimination ; donc j'écris aussi en manga, BD, cinéma, livres, séries ou jeux de société.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques