7/10

Remember Me : Un jeu à ne pas oublier ? - Test PS3

Et si Paris n'était plus l'éblouissante capitale que l'on connaissait, détruite, reconstruite sur ses ruines, et rebaptisée Neo-Paris ? Et si les souvenirs pouvaient être numérisés, copiés, effacés, modifiés, et qu'une multinationale basée dans la capitale en faisait le commerce ? Et si ces excès avaient transformé certains neo-parisiens en zombis drogués aux souvenirs et conduits à la création d'un mouvement d'activistes appelés Erroristes ? Et si la majorité de ces militants avait été arrêtée, et que l'une des plus efficaces, Nilin, allait bientôt s'évader, aidée à distance par un certain Edge ? Et si tout cet univers fantastique était rassemblé dans un jeu, l'oeuvre d'un studio purement français (Dontnod), et que son héroïne vous en parlait ...


Hormis quelques rues de St Michel, Neo-Paris ne ressemble plus beaucoup à Paris

Une fugitive Neo-Parisienne

Je me souviens maintenant... J'étais enfermée dans la Forteresse de la Bastille, l'un des lieux les plus méprisables de Neo-Paris. Réveillée amnésique avec pour seul souvenir mon prénom, Nilin, une voix m'a heureusement rapidement sortie de ma torpeur, celle de Edge. Le chef mystérieux de la lutte anti-Sensen, technologie de numérisation de la mémoire développée par Memorize, m'a permis de m'échapper de ma prison. Évidemment, il avait un plan pour moi et la cause Erroriste, et m'a parfois demandé de réaliser des actes aux conséquences douloureuses.

Une fois libre, j'ai pu me replonger dans la fantastique atmosphère de la capitale, très différente en cette année 2084 de celle du début du siècle, la faute à diverses catastrophes et de nouvelles et gigantesques constructions qui ont transformé la ville. Neo-Paris a certes gardé quelques quartiers et monuments célèbres, mais un parisien de 2013 aurait de grandes difficultés pour s'y repérer, égaré entre le secteur pauvre et malfamé du Slum 404 et la zone plus aisée de Saint Michel, le tout agrémenté de nombreux affichages publicitaires ou informatifs en réalité augmentée.
Encore perdue et déboussolée après mon évasion, guidée par la voix de quelqu'un que je ne connaissais pas, je devais alors me déplacer dans cette cité contrastée, entre la crasse et l'humidité d'un bidonville partiellement inondé et la beauté et richesse d'un lieu pour privilégiés. Une exploration me permettant de profiter durant les premières heures de magnifiques décors servis par d'admirables effets de lumière, en extérieur comme en intérieur d'ailleurs. Que cela est beau, mais quel dommage que ces missions m'empêchent de vagabonder et m'obligent à suivre un chemin tout tracé, au propre comme au figuré, mon Sensen m'affichant la direction sous forme de flèches jaunes très repérables.


Nilin, un qui l'attrape, deux qui se prennent une mine.

L'art du Combo

Le Sensen... l'origine de tous nos maux... Une technologie partant d'un bon sentiment mais vite détournée en produit marketing puis en drogue pour certains, se perdant dans les souvenirs des autres, avant de devenir des monstres, les Leapers. Des ennemis que j'ai affrontés à de nombreuses reprises lors de mon aventure, souvent en nombre et avec une évolution et des facultés différentes, parfois plus puissants, invisibles dans l'obscurité, ou se téléportant. Et comme si cela ne suffisait pas, certains furent reconvertis pour assister les soldats de la force S.A.B.R.E, l'armée privée de Memorize. Protégés par leurs armures, parfois blindées et même électrifiées pour vous blesser à chaque coup donné contre elles, ces Enforcers s'offraient parfois le luxe d'être accompagnées de robots sauteurs ou volants (ces satanés AV-48 N et S).
Pour se débarrasser de ces derniers, le Spammer était idéal, dispositif polyvalent permettant d'activer ou déplacer des objets à distance mais aussi d'envoyer des décharges électriques, jusqu'à briser les boucliers des Enforcers Lourds et détruire certains éléments du décor.

Mais je ne suis pas la meilleure chasseuse de souvenirs pour rien et sais aussi me défendre à main nue, distribuant avec générosité coups de poings et pieds (carré et triangle sur PS3) tout en esquivant au maximum ceux de mes adversaires (croix). Il est vrai que cela n'a rien de très compliqué, des points d'exclamation rouges apparaissant au dessus de leurs têtes lorsqu'ils attaquent... Non, le plus important au corps à corps est certainement de respecter l'ordre et le rythme des combinaisons, 4 lignes de 3 à 8 touches à l'enchaînement prédéfini dont les effets sont personnalisables dans le Combo Lab, à choisir entre la puissance, la régénération, la réduction du temps de recharge des S-Pressens, ou encore l'amplification d'effet du Pressen précédent. Ainsi, en mauvaise posture lors d'une rixe, par exemple lorsqu'il m'est arrivé de me faire coincer par la caméra dans un endroit étroit, il m'a suffi de retourner dans le menu pour modifier une combinaison avec uniquement des touches liées à la régénération. De retour au combat, j'ai alors infligé moins de dégâts mais rechargé plus rapidement ma jauge de vie.


Le Combo Lab devient vite un passage obligé.

Sensen et super capacités

Cependant, même si je n'ai rien contre donner de bonnes raclées, j'ai préféré exploiter mon Sensen à bon escient en lançant des attaques bien plus dévastatrices (S-Pressens) au fur et à mesure que la mémoire me revenait ; frapper comme une furie, trafiquer des robots, paralyser les ennemis, transformer un soldat en bombe ou encore devenir invisible ; il ne me fallait pour cela qu'un peu d'énergie Focus et attendre le rechargement de mes pouvoirs.
D'ailleurs, ce n'est pas pour me vanter, mais je suis bien plus qu'une magnifique combattante. Car en plus de mon agilité émérite me permettant de grimper partout et par la même occasion résoudre quelques puzzle-gaming pas trop complexes, il m'est facile de voler des bribes de mémoire afin de progresser dans des lieux inconnus ou sécurisés en suivant les rémanescences de mes victimes, les projections virtuelles de leurs souvenirs. Un bon moyen d'ouvrir des portes fermées, du moins avant de récupérer le Pick-Socket, un autre outil très pratique pour crocheter les serrures.

Mes capacités ont donc été soumises à rude épreuve durant cette aventure, près de douze heures à jongler entre plateforme, un peu de réflexion, et pas mal de combats. J'ai cependant le regret de ne pas avoir assez exploité mon meilleur atout : ma faculté à remixer les souvenirs afin d'altérer la mémoire de la personne que je cible. Seulement quatre séquences pour me distraire en changeant tel ou tel détail dans un souvenir pour en modifier le dénouement et obtenir ce que je souhaite de ma... disons... victime. Certes je n'avais pas que ça à faire, mais si on m'avait donné l'opportunité d'en abuser un peu plus...


Les phases consistant à remixer la mémoire sont innovantes mais trop rares.

Remember you

Quel dommage en effet que ma mission ait été si importante et Edge si directif, m'empêchant de me promener à ma guise et d'explorer un peu plus cette fascinante Neo-Paris, me cloisonnant même une bonne moitié du temps dans des environnements fermés. J'en ai tout de même profité pour admirer les détails des décors et les effets de lumière réussis. Finalement, cette aventure relativement longue m'a permis de retrouver mes facultés, nombreuses, et de m'essayer à diverses armes et outils pour interagir de façon amusante avec l'environnement. Comme si tout cela n'était qu'un jeu et qu'il y avait eu une vraie recherche sur le gameplay, qui se montre d'ailleurs intelligemment évolutif. Mais si cela était le cas, il me faudrait alors critiquer le fait que ce travail sur la jouabilité n'a pas été encore poussé assez loin (trop peu de séquences de remixes de mémoire par ex), que les temps de chargement sont un peu longs, que les vidéos aux dialogues ou monologues parfois énervants ne sont pas évitables, et carrément pourquoi pas, que mon histoire derrière un faux semblant de scénario recherché est trop manichéenne et que je ne suis peut-être qu'une héroïne un peu cruche. Mais cela n'est pas un jeu, c'est mon histoire...

 
Nilin, ni l'autre...

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques