6/10

Resident Evil 6 - Test

Resident Evil 6 est sorti et n'en finit pas de faire parler de lui. Avant de parler test, il convient de faire notre petit pitch sur le jeu et la saga en elle-même. Le jeu : d'emblée, on peut dire que Capcom a bien compris que les temps ont changé. Faire enquêter des gus pour trouver des laboratoires secrets et découvrir des virus, c'est un peu « déjà-vu ». Le joueur et le personnage savent ce qui les attendent après cinq épisodes et plusieurs jeux attenants. De plus, les joueurs et les consoles ont évolué. Un membre des forces spéciales qui va au ralenti et ne sait pas tirer et bouger en même temps, ça ne passe plus. Les joueurs, de plus, s'attendent à pouvoir se défendre un minimum. Capcom les a entendu et avance vers ce chemin. L'action au détriment de la saga et de la survie ? Pas si sûr mais nous y reviendrons. Ce chemin, en tout cas, est également celui emprunté par d'autres séries comme Dead Space. De façon plus générale, quand on connaît le succès de série comme Gears of War, les développeurs savent que l'action et le côté blockbuster à la Call of Duty sont des facteurs de séduction. Place à l'action donc, en espérant toutefois que l'esprit de la série ne se perde pas trop en cours de route car si Resident Evil (RE pour les intimes) est populaire, c'est également pour son atmosphère, ses personnages charismatiques qui ont su marqué l'espace vidéo-ludique et même au-delà, comme les livres ou même les films (ceux d'animation ou les très discutables films avec Milla Jovovitch).


Tout le monde est là, je crois que tout le monde est là !
Si vous pensiez que les histoires de virus mutants et de monstres géants étaient derrière vous, vous vous trompiez. On n'arrête pas le progrès et un complot encore plus grand se trame. C'est ainsi que le jeu vous propose de suivre les pérégrinations de  plusieurs personnages à travers quatre grandes intrigues qui se recoupent afin de donner au joueur une meilleur lecture de l'ensemble. Ainsi, vous avez le groupe des poissards composé de Leon Kennedy et Helena. Si Helena n'est pas aussi emblématique que son confrère, elle partage avec Léon son petit côté "vie de merde". En effet, les fans le savent, Leon a la manie de se retrouver au milieu de plans foireux, dans des villes paumées envahies d'infectés. Il ne perd pas de sa superbe et le groupe possède une classe indéniable. Dans le jeu, nous les suivons dans des séquences oscillant entre l'esprit de Resident Evil 2 (la ville dévastée) et d'Uncharted (les temples et ses pièges). Un scénario plutôt sympa donc même si certains passages du chapitre 4 seront moins prenant la faute à ce satané brouillard.


You have balls ! I like balls !
Le groupe suivant, c'est le genre : « on ne choisit pas sa famille ». Sherry Birkin et Jake Muller n'ont pas choisi d'avoir un père fan de virus et ils combattent cet héritage à travers le monde. L'alchimie fonctionne grâce à Jake, cynique tout en possédant ce « je ne sais quoi » d'héroïque. Si le premier chapitre sera un peu longuet, il se rattrape grâce à son hommage où l'Ustanak joue les Némésis. Le troisième groupe est celui que Nicolas appréciera puisque c'est le groupe « couilles ». Chris Redfield et son Lieutenant Piers font dans le viril, le brut de décoffrage, l'horreur de la guerre et tout le reste. En Piers, j'avais l'impression de voir Liam Hemsworth rejoindre le groupe de Stallone dans The Expendables 2. Enfin, si vous survivez à toutes ces histoires, vous débloquez Ada Wong. La belle espionne se la joue solo avec toute une panoplie de gadgets à faire pâlir James Bond. Cependant, le chapitre un d'Ada ne sera pas le plus passionnant, la faute à ces couloirs étriqués qui rendent l'action brouillonne. On appréciera toutefois l'eau sur son pantalon en cuir …


Le roi Léon !
Dans RE6, vous en avez pour votre argent niveau intrigues même si certaines scènes se croisent (surtout sur les derniers chapitres). Cependant, on appréciera le degré de lecture proposé. On regrette juste que les graphismes ne suivent pas forcément cette exigence ou le niveau des cinématiques. Ce nouvel opus ne brille effectivement pas par sa beauté. Si j'ai aimé les séquences de foules, j'ai pleuré devant l'infâme brouillard lors d'une attaque d'une ville Chinoise ou encore la pauvreté des textures dans la plupart des niveaux. C'est dommage, d'autant que le jeu est fait pour vous garder sur un rail. Cela limite donc les interactions à prévoir. Si j'étais mauvaise langue, je comparerai certains passages avec Quantum Theory. La bande son et les voix parviennent à remonter le niveau mais il faudra adhérer à certaines musiques comme celles qui entourent Chris. Ces dernières jouent presque la carte du pastiche de film d'action mais on a des couilles ou on n'en a pas.


Non, je n'ai pas tatoué le plan du niveau sur mon corps !
Là où RE6 parvient à remonter le niveau pour un Resident Evil, c'est sur le gameplay. On a ENFIN l'impression de contrôler un soldat d'élite. Même si la roulade n'est pas optimisé ou que votre personnage puisse garde 250 kilos d'équipement, on note le soin apporté à cet aspect du jeu. À vous les glissades, les fusillades en règle et autres coups de pied retournés. De plus, même si cela n'est pas toujours au top, on apprécie les petites attentions pour varier les plaisirs comme les courses poursuites en moto, les avions ou encore séquences d'acrobatie. On regrettera par contre certaines séquences dite QTE où votre personnage va devoir ramper ou s'agripper péniblement dans un décor morne. Pour un Resident Evil, on peut dire que c'est un grand pas en avant.


Après la grippe aviaire, le C-Virus !
Cet opus joue la carte de l'action et l'assume. Les puristes diront que Capcom mâche trop le travail en fléchant la moindre recherche d'indice mais le but n'est plus de ramasser des pièces de puzzle pour ouvrir le laboratoire secret façon Sydney Fox. Ici, c'est la guerre, la lutte pour la survie de l'humanité. Alors, c'est peut-être redondant mais le côté tout explose et je botte des culs, ça séduit toujours, surtout que vous avez du pain sur la planche. Par exemple, juste pour faire le scénario selon chaque intrigue, il faudrait y consacrer près de vingt heures. Et encore, je n'ai pas glandouillé comme à mon habitude. Si vous êtes un fou furieux, vous pouvez même refaire chaque intrigue selon le point de vue de l'autre personnage (Helena, si vous avez joué Leon par exemple).


Chris en kit main libre !
RE6
parvient donc à accrocher l'amateur d'action si ce dernier est fan de la série. Les autres pourraient être rebutés à cause de la répétition. En tout cas, malgré l'action à outrance, chaque chapitre intègre de façon plus ou moins prononcé un léger sentiment d'angoisse (si vous jouez seul). Même chez Chris, qui la joue viril, on ressent le poids psychologique qui pèse sur le héros tandis que le manque de munition vous poursuit tout au long de vos échauffourées avec les différentes créatures. Sur ce point là, le savoir faire de Capcom est indéniable et on se dit que les développeurs sont bien torturés pour imaginer de tels monstres.


La survie n'exclut pas d'être coquette !
Le mode coop est de la partie et relance l'intérêt du jeu. En effet, sauf pour Ada, vivre l'action avec un camarade est un bon moyen de partager un moment de délire. On perd le peu d'angoisse généré par le titre mais c'est toujours sympathique de défourailler à deux. Pour ceux qui veulent d'autres modes de jeu, RE6 est plutôt avare. Le mode survie est plutôt triste de part son habillage minimaliste et le mode mercenaire est une plaie si vous incarnez un zombie lambda. Les mutants infectés ou J'Avos sont plus rigolos mais cela ne sauve pas tellement l'intérêt de ce mode. Néanmoins, Capcom a prévu d'ajouter des modes de jeu prochainement, les joies des DLC… On note également, l'ajout des « munitions illimitées » qui est une bonne idée pour le quidam peu exigeant. Mais je vous encourage à ne pas activer cette option si vous désirez pleinement profiter du jeu. C'est ainsi que j'ai affronté au couteau le boss final lors de la campagne de Chris. Un vrai moment de bravoure. Il faut en avoir une sacré paire dans le pantalon pour sortir un couteau devant cette bestiole.

RE6 est en conclusion un titre qui est loin de l'image des premiers épisodes. Les nostalgiques vont râler mais les temps changent n'est-ce pas ? Nous avons donc un jeu d'action plutôt sympathique si vous aimez les personnages charismatiques et que vous décidez de passer outre les limites techniques qui viennent gâcher un peu la fête.


Il va falloir un bon dermato pour soigner ça !

A découvrir

Reflect Missile - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

21 commentaires

  • Ryo

    06/06/2012 à 12h29

    Répondre

    Wah ! Ca en mets plein la vue!!!http://jeux-video.krinein.com/-24477/e3 ... 19090.html

  • Islara

    06/06/2012 à 14h36

    Répondre

    J'ai été assez scotchée par le tout début, on n'est pas habitués à des scènes mélo-dramatiques comme ça pour un Resident Evil.

  • Islara

    11/10/2012 à 14h07

    Répondre

    Finalement, si je comprends bien, RE Revelations était plus revenu aux sources que ce 6ème opus. Aucun regret de n'avoir ni Xbox ni PS3 alors.

    http://jeux-video.krinein.com/-24477/re ... 19818.html

  • Maverick

    11/10/2012 à 14h14

    Répondre

    J'ai envie de dire : heureusement que cela a évolué. Non car bon, les survivals balai dans le cul, avec un type qui ne sait pas marcher et tirer en meme temps, qui prend le temps de faire des enigmes tordus entre deux zombies, c'est un peu nawak.

    Par contre, RE6, c'est bien d'avoir évolué, mais ils ont encore un train de retard, c'est toujours rigide!

  • Islara

    11/10/2012 à 14h37

    Répondre

    Riggs a dit :
    J'ai envie de dire : heureusement que cela a évolué.

    On peut évoluer techniquement tout en gardant l'esprit d'origine, comme l'avait fait Myst par exemple. Là, ce n'est pas le cas. C'est tout ce que je voulais dire.

  • Canette Ultra

    11/10/2012 à 14h54

    Répondre

    Cela change la donne dans cet opus, qui propose de suivre une histoire plutôt que de tatonner pour des énigmes. Ce qui est véritablement un regret dans cet opus, c'est la forme plutôt que le fond. L'idée de RE sur les virus, le côté survie (dans le premier, la cinématique d'intro donnait le ton sur le côté survie) est respecté.

  • Maverick

    11/10/2012 à 15h12

    Répondre

    Islara a dit :
    Riggs a dit :
    J'ai envie de dire : heureusement que cela a évolué.

    On peut évoluer techniquement tout en gardant l'esprit d'origine, comme l'avait fait Myst par exemple. Là, ce n'est pas le cas. C'est tout ce que je voulais dire.


    Le problème c'est que l'esprit d'origine, c'était un jeu avec des cameras fixes, et des chargements entre les portes. C'était bien sur PS1 mais ça a mal vieillit.

    Ca a évolué depuis RE4 et ça reste dans cette veine, par contre cela pompe du côté des ténors du TPS, car il faut bien le dire, il y a des codes à respecter dorénavant dans ce genre. Mais ils ont oublié des trucs en chemin d'où le côté "cul entre deux chaises"

  • Maverick

    11/10/2012 à 15h14

    Répondre

    Mais bon je le ferai, j'ai fait tous les RE chiffrés + le Code Veronica, du Zero au 5.

  • Islara

    11/10/2012 à 15h18

    Répondre

    Riggs a dit :
    Le problème c'est que l'esprit d'origine, c'était un jeu avec des cameras fixes, et des chargements entre les portes. C'était bien sur PS1 mais ça a mal vieillit.

    De ce qu'on m'en a dit (car je ne les ai pas connus ces fameux premiers opus), c'était bien plus que ça l'esprit d'origine. C'était une ambiance, une atmosphère inégalée. Et là où le RE 4 avait plu aux joueurs malgré les changement qu'il faisait (+ d'action, moins d'explo), c'est qu'il gardait carrément l'ambiance oppressante. Je me souviens que, le 4, je n'y jouais pas le soir tellement ça me foutait la frousse.

  • Maverick

    11/10/2012 à 15h23

    Répondre

    chochotte^^ va jouer à Silent Hill ou Left4Dead tu vas comprendre!

    Oui dans les précédents RE, il y a avait un côté stressant qui a disparu dans le 5. Cela a évolué. Après on peut critiquer^^

  • Guillaume

    11/10/2012 à 16h45

    Répondre

    Faut rejouer a alone in the dark !

  • Akashinai

    12/10/2012 à 09h13

    Répondre

    Riggs a dit :
    chochotte^^ va jouer à Silent Hill ou Left4Dead tu vas comprendre!

    Oui dans les précédents RE, il y a avait un côté stressant qui a disparu dans le 5. Cela a évolué. Après on peut critiquer^^


    Ou on peut défendre bec et ongle une contre vérité
    Clairement RE à "évolué" (pas sur que ce soit le bon mot). L'ambiance stressante, oppressante des premiers épisodes disparait toujours un peu plus pour tendre dans le bourrin style FPS...Clairement on retrouvera l'ambiance des premiers RE (ce qui fait le charme de cette série d'ailleurs...Parce que bon des trucs à la RE 5 ou 6 il y en a 4 par semaines sur les consoles next gen) dans les Silent Hill

    Après bien sur, on peut aimer l'un ou l'autre, mais on ne peut pas citer les défauts d'un jeu (chargement, rigidité exacerbé) pour dire que c'est sa marque de fabrique...C'était justement malgré tout ça que les 1er épisodes sont devenu des "légendes du JV".

  • Islara

    12/10/2012 à 09h51

    Répondre

    J'ai toute confiance dans le jugement d'Akashinou , donc, OK, un de ces jours, j'essaierai Silent Hill et jamais le soir.

  • Maverick

    12/10/2012 à 10h00

    Répondre

    Akashinai a dit :
    Riggs a dit :
    chochotte^^ va jouer à Silent Hill ou Left4Dead tu vas comprendre!

    Oui dans les précédents RE, il y a avait un côté stressant qui a disparu dans le 5. Cela a évolué. Après on peut critiquer^^


    Ou on peut défendre bec et ongle une contre vérité
    Clairement RE à "évolué" (pas sur que ce soit le bon mot). L'ambiance stressante, oppressante des premiers épisodes disparait toujours un peu plus pour tendre dans le bourrin style FPS...Clairement on retrouvera l'ambiance des premiers RE (ce qui fait le charme de cette série d'ailleurs...Parce que bon des trucs à la RE 5 ou 6 il y en a 4 par semaines sur les consoles next gen) dans les Silent Hill

    Après bien sur, on peut aimer l'un ou l'autre, mais on ne peut pas citer les défauts d'un jeu (chargement, rigidité exacerbé) pour dire que c'est sa marque de fabrique...C'était justement malgré tout ça que les 1er épisodes sont devenu des "légendes du JV".


    Tu mélanges TPS et FPS, c'est le premier point. Second point, la série des Silent Hill est presque aussi vieille que celle des RE (fin des années 90 tous les deux) et comme pour les RE, la saga a tourné dans le "bourrin" avec certes moins d'actions et plus d'énigmes que RE6, mais quand on compare les derniers Silent Hill avec les deux premiers volets, c'est le jour et la nuit

    "Parce que bon des trucs à la RE 5 ou 6 il y en a 4 par semaines sur les consoles next gen" j'ai envie de dire "lol"

    Bref, autant on peut écouter Akashicainaillou pour les jeux Nintendo, mais pour les TPS HD, c'est pas une bible

    Islara, n'essaye pas les Silent Hill, c'est trop glauque pour toi je pense. Si tu aimes voir des infirmières qui ont des jambes à la place des bras, et qui te repere au bruit, tu vas kiffer, sinon...

  • Akashinai

    12/10/2012 à 10h10

    Répondre

    Jamais eu la prétention d'être une bible Juste des ressenti, et je ne confond pas TPS et FPS, je dis juste que le TPS qu'est RE lorgne de plus en plus vers les mode bourrin des FPS actuels. Je fais peut être l'erreur de croire qu'un FPS ce n'est pas que "Oh on voit que mon arme!"...Donc quand je dis que RE lorgne vers le FPS je ne dis pas qu'on ne vois plus que l'arme de Redfield, mais j'avance que la "philosophie" de RE6 se rapproche plus de la "philosophie" des FPS actuels (dont on nous gave de 15 à la 12aine...et ça tu pourras tjrs dire "lol" -argumentaire très poussé ceci dit - c'est une réalité)

    Donc voilà rien de bien biblique, juste un ressenti...Pour le biblique on t'écoutes

  • Maverick

    12/10/2012 à 10h21

    Répondre

    Dire qu'il y a 4 FPS par semaine sur les consoles HD c'est juste du n'importe quoi, d'ou mon "lol"

    Alors certes, oui, il y en a pas mal, mais cela ne se réduit pas qu'à ça. C'est pas parcequ'on nous gave de Call of Duty qu'il faut faire une fixette dessus.
    Enfin bref, je m'en fous un peu, j'ai un peu l'impression que tu crois que je défend RE6 alors que j'aurai sans doute pas mieux noté celui ci que Canette. Je leur reproche surtout des scenarios qui partent en sucette, et un gameplay "le cul entre deux chaises" entre un mix de truc ENFIN moderne (tu peux tirer et avancer en meme temps) et des trucs toujours aussi con (le système d'inventaire, certains mouvements impossibles alors que cela parait faisable).
    On tire à boulet rouge sur Capcom, mais si la saga a évolué, c'est qu'il y a un public. RE4/5/6 cela se vend par camion. Je pense qu'ils s'en foutent un peu des anciens joueurs qui se plaignent, car la plupart vont acheter quand meme. Par contre, oui, il essaye de choper les nouveaux clients, habitués à Gears of War, Dead Space (qui enterre RE niveau ambiance d'ailleurs) ou pleins d'autres TPS du genre.
    Nintendo nous refourgue du Mario à la même sauce depuis 25 ans et moi perso je me suis lassé. Je peux donc t'affirmer que si RE6 était un copié collé de RE1 avec une vue pourri, une maniabilité balai dans le cul, des énigmes à deux balles, et des temps de chargements entre deux portes, j'aurai meme pas eu envie d'y toucher. Alors que RE6, juste pour dézinguer du zombie, je veux bien le faire rapidement

  • Islara

    12/10/2012 à 10h22

    Répondre

    J'ai toute confiance en Akashinou car j'ai remarqué qu'on était souvent sur la même longueur d'onde ; je ne dis pas qu'il détient la vérité (quoique, soit dit en passant, son discours étant plus rigoureux, nuancé et moins sarcastique, il est quand même plus convaincant).

    Sinon, rien n'est trop glauque pour moi, je vois sans souci des films bien gores et j'ai adoré me faire peur à RE 4 ; la seule chose où je n'ai jamais tenu le coup, c'est sur les scènes de viols, même à peine suggérées. Vu qu'en jeu vidéo apparemment, il n'y en a pas, je suis donc tranquille, faudra juste que j'évite le prochain Tomb Raider.

  • Maverick

    12/10/2012 à 10h23

    Répondre

    Essaye Silent hill 2 il est pas mal dans le genre ambiance. Mais il faut y jouer avec le casque, en pleine nuit (bouh ça fout les jetons^^)

  • Islara

    12/10/2012 à 10h29

    Répondre

    Riggs a dit :
    Essaye Silent hill 2 il est pas mal dans le genre ambiance. Mais il faut y jouer avec le casque, en pleine nuit (bouh ça fout les jetons^^)

    Je fais partie des gens qui ont besoin de bcp de sommeil (très chiant d'ailleurs ). Donc, sauf exceptions de plus en plus rares, je dors toujours la nuit et ne souffre jamais d'insomnies (ça c'est bien par contre ).

    Je fais aussi partie des gens qui se souviennent bcp de leurs rêves. Ayant remarqué avec RE 4 que mes rêves étaient toute la nuit peuplés de zombies (ce qui met de mauvaise humeur le matin), c'est pour ça que je ne joue plus le soir à ces jeux-là.

    Merci pour l'info, j'essaierai donc le 2.

  • Maverick

    12/10/2012 à 10h31

    Répondre

    Joue la journée en fermant les volets^^ (astuce de malade )

  • Akashinai

    12/10/2012 à 10h55

    Répondre

    On est plutôt d'accord sur le fond en fait Riggs...On regarde juste tout ça d'un œil différent.
    Je suis bien sûr de ton avis pour dire que certains FPS sortent du lot, mais ce que je voulais dire c'est qu'il y a depuis quelques années une "mode" FPS et, de fait, on voit naitre des FPS sans aucune innovation et donc sans aucune saveur (On est presque au rythme des sorties d'un PES pour certaines licences...Admet que, pour ce genre de jeu, le délai est court pour proposer et développer des innovations).

    Pour ce qui est des Mario, le dernier sur une console de salon n'est plu si jeune et le gameplay est à chaque fois aux petits oignon (sans parler de Mario Galaxy qui propose un gameplay très intéressant!). Après je comprends le "gavage" si on prend en compte les épisodes portable et surtout toutes les déclinaisons.

    Pour RE je parlais surtout de l'ambiance pesante (bien sûr pas de tout ses défauts, encore une fois...). Ambiance que l'on retrouve dans assez peu de jeu (mais il y en a bien sûr ) et qui me semble intéressante, mais c'est vrai que si la plupart des joueurs veulent du BOUM BOUM les éditeurs et les producteurs ont bien raison de ne pas se priver

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques