9.5/10

Rez - Test

Support : PlayStation 2, Dreamcast.

Créé par le studio United Game Artists, le géniteur de Space Channel 5, voici que débarque Rez, anciennement appelé Project-K. K pour Kandinsky, un peintre russe qui a fait beaucoup d'art abstrait et qui a cherché comment associer musique et peinture. Rez est quasiment le portage vidéoludique de son oeuvre, la parfaite symbiose entre la musique, les couleurs et le mouvement.

Ambiance. Chacun des 5 niveaux de Rez retranscrit une ambiance : l'Egypte, L'Inde, La Mésopotamie, La Chine pour les 4 premiers. Le dernier est un voyage initiatique et un message écologique qui vous conduira à Eden, l'entité que vous devez délivrez. En effet, le jeu se passe dans un gigantesque réseau informatique que vous devrez pirater. Le visuel de Rez est unique : une 3d toute simple uniquement en fil de fer, en polygones monocolores et en effets de lumières tout en respectant l'ambiance du niveau. On se retrouve dans un trip graphique hallucinant, entre Tron et la fin de 2001, l'odyssée de l'espace.

Gameplay. Le jeu se présente comme un shoot 3d sur rail à la manière d'un Panzer Dragoon : votre « personnage », suit un chemin prédéfini dans un niveau et vous ne controlez que la cible. Vous pouvez rarement orienter la caméra. Cette cible vous permet de tirer sur tout ce qui bouge et vous pouvez locker jusqu'à 8 cibles en laissant appuyer sur le bouton de tir. Il est possible de ramasser des bonus comme des power-ups qui permettent de changer de forme pour avoir un tir plus puissant et des overdrive, sorte de super-attaques destructrices. Chaque niveau est divisé en 10 layers que vous devrez analyser en crackant la sécurité, c'est à dire en détruisant un petit cube de lumière. Ultra-speed et ultra-nerveux, le gameplay de Rez est sans faille et comblera tous les amateurs de shoot.
Si je parle de personnage entre guillemet, c'est qu'il est difficile de s'identifier au héros, celui-ci pouvant être aussi bien une simple sphère qu'un être de lumière.

Musique. Indissociable du gameplay, la partie sonore est éblouissante. A chaque niveau correspond une musique techno étonnante qui se développe au fur et à mesure que les layers passent pour atteindre sa forme finale au dernier layer. Mais cette musique reste incomplète et c'est à vous d'ajouter votre petite touche. En effet, chaque ennemi détruit provoque un sample, qui diffère selon le nombre de cibles que vous avez lockées. La reconstruction de la musique par la destruction d'ennemis, il fallait y penser et seul Sega pouvait créer le premier shoot musical. Ajoutez à cela la possibilité de sentir le beat via les vibrations de la manette et le trip est total, surtout si vous mettez un casque et que vous montez le son. Vous pourrez mieux profiter de la BO, encore meilleure que celle d'un Wipeout.

Score. Une fois ces cinq niveaux finis, ce ne sera que le début. Il faudra encore et encore les finir pour débloquer de nouveaux modes, un niveau caché, de nouvelles couleurs, de nouvelles formes pour votre personnage et surtout pour avoir votre nom au haut de tous les high scores, ce qui est la raison d'être d'un shoot.

Subjectivité. Sega nous offre un de ses meilleurs jeux à la fois innovant et déconcertant. Si vous n'êtes pas rebuté par le concept des jeux à scores, vous serez comblé par cette merveille qui change des productions convenues. Un classique instantané.

A découvrir

Empire Earth - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

    2 commentaires

    • Jade

      08/06/2004 à 00h00

      Répondre

      Un grand jeu comme il n'en sort qu'une fois tout les dix ans. Un jeu capable de garder un le joueur rive sur l'ecran au point de faire disparaitre tout environnement exterieur pendant des heures. En partant d'une idee au demeurant geniale, REZ cree un univers, une ambiance unique et diablement envoutante. Jeu video se rapprochement de l'oeuvre d'art jouable plus que du simple divertissement, les termes "duree de vie", "difficulte" ou n'importe lequel se rapprochant du vocable du jeu video ne peuvent s'appliquer a REZ.
      Ce n'est pas une question d'aimer la musique electronique ou pas. Dans REZ, tout est en parfaite harmonie qu'on ne peux qu'aimer la beaute qui en decoule. Associee a l'image, la musique permet de creer un monde qui absorbe totalement le joueur. Ce qui fait qu'a chaque possilite de quitter de quitter le niveau, on prefere encore rester un peu pour ne pas voir tout l'univers graphique et musicale se reduire a neant une fois de plus.
      Une reussite totale, donc, mais qui souffre de son aspect bien trop experimental. Un jeu video qui n'est pas un jeu... REZ a t'il su trouver son public?

    • Funguigui

      03/09/2005 à 23h43

      Répondre

      Ce n'est pas un jeu, c'est sur ... c'est une oeuvre d'art. Cette beauté graphique, cette musique. Tout nos sens sont mis à l'épreuve.

      Ah oui, la musique : étant fan d'electro, je suis aux anges. Kenichi Sugiyama (j'ai appris que Kenichi Sugiyama et Ken Ishii ne font qu'un ... Intox ?), Mist, Ken Ishii avec "Creation The State of Art", Joujouka et leur morceau "Rock Is Sponge", mon titre préféré, et "Fear" d'Adam Freeland.

      Rez est mon jeu favori, et le restera surement.

      Un chef-d'oeuvre. Tout simplement.


      PS : si quelqu'un est intéressé par l'OST, faites moi signe.

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques