7/10

Sea of Solitude - Test PC

Quand les épreuves de la vie vous submergent, le mal être peut vous engloutir à un tel point que tout s'écroule autour de vous. Vais-je vous parler d'un roman ? D'une biographie ? D'un manuel de psychothérapie ? Non. Nous allons parler d'un jeu vidéo qui fait de tout cela une expérience de jeu truffée d'allégories. Qui a dit que les jeux vidéo étaient pour les brutes ?

Présenté comme une réflexion sur la solitude, Sea of Solitude, contrairement à ce que son nom indique, parle en réalité de bien d'autres choses et n'évoque finalement que très accessoirement le substantif qui le nomme.


Un monde onirique, tantôt urbain, tantôt très aquatique où nous explorons les fardeaux de Kay.

Nous incarnons ainsi dans un monde onirique une jeune adulte, Kay, dont l'adolescence fut sous le signe d'une lourde mésentente parentale, se retrouva être responsable des tragiques secrets d'un jeune frère harcelé à l'école, et se sentit obligée de sauver un petit ami plus ou moins dépressif. En voilà de charmantes aventures qui nous attendent ! Si elles sont un brin schématiques, elles résonnent cependant d'un réalisme certain dans les dialogues et leur présentation, notamment par des flashs temporels. Mais ce qui frappe, c'est tout l'univers fascinant et immersif créé autour de ces lourdes aventures. Omniprésence de l'eau, qui tantôt nous immerge, tantôt s'ouvre pour nous laisser un passage vers une liberté salvatrice ; passages sombres, où un monstre aquatique étrange nous poursuit dans des scènes d'infiltration pour le moins angoissantes en particulier quand notre jeune Kay sursaute et pousse des cris d'effroi ; longues et prenantes phases d'escalades, d'exploration et de saut d'une toiture à une autre telles un parkour façon quasi urbaine ; totale et très appréciable liberté de mouvement dans ces mondes aquatiques ou urbains aux actions de jeu si variés. Rien n'est simple et plus d'une fois nous sommes dévorés au sens propre du terme par le poids des épreuves. La première fois, l'expérience est particulièrement marquante tant la vidéo est crue, aussi bien par les sons abrupts des claquements de dents acérées que par le zoom en vue plongeante sur la gueule ouverte du monstre et la longueur de la scène, la mâchoire s'ouvrant et se refermant de multiples fois avant que n'arrive enfin, avec un soulagement certain, le "game over". On galère aussi, mais avec intensité, sur de régulières phases de confrontation avec différents ennemis à qui l'on doit dérober des fragments de lumière ou de glace, avec comme simples armes la course-poursuite et l'esquive. Point de bon jeu sans un certain niveau de difficulté .


Des scènes sombres, avec ou sans confrontation.

Si les dialogues sont justes et pour certains d'un grand sens de la nuance sans manichéisme ni happy end, d'autres sont un peu superfétatoires ou retombent dans un certain caractère schématique. Ils ont le mérite cependant d'être tous remarquablement interprétés par de bons acteurs/trices. On remarque aussi avec quel brio le jeu propose de vraies réflexions sur le quoi faire dans ces situations. Vouloir toujours sauver tout le monde à tout prix, est-ce la bonne solution ? Une grande soeur doit-elle protéger son jeune frère à l'école ? Les adultes ne doivent-ils pas en principe le faire ? Est-ce aux enfants de régler les problèmes des parents ? Trop de parents inversent ainsi les rôles. Le conjoint est-il censé être un docteur ? De vraies questions aux réponses jamais simples et des pistes proposées dans Sea of Solitude.


Un univers de feu avec le passage le plus exaltant : l'ascension de la tour.

La variété des univers évoqués plus haut touche son point d'orgue avec tout un monde de feu symbolisant le père, qui se termine par l'ascension très prenante d'une très haute tour, suivi, à l'opposé, par tout un monde de glace et de neige symbolisant le petit ami dépressif.

Côté commandes, il faudra privilégier la manette, la gestion de la caméra à la souris n'étant pas optimale. C'est que le jeu nous offre une grande liberté et nous laisse gérer par nous-même toute la caméra sans aucune gestion automatique sauf sur quelques séquences ponctuelles ou pendant les vidéos bien sûr. C'est très bien mais cela impose de jouer à la manette.

Reste que le jeu est un peu court. On avoisinera les 7H, ce qui est bien peu et n'atteint même pas le minimum syndical des 10H. Et cela c'est en prenant notre temps et en collectant les goélands à chasser ou les bouteilles jetées à la mer qui contiennent des petits messages intéressants. À ce propos, chasser les goélands n'apporte strictement rien à l'intrigue ni aux actions de jeu, mais on ne se lasse pas des sublimes plans de caméra proposés par Sea of Solitude lors de leur envol. Autre allégorie d'une certaine beauté de la solitude ?


On apprécie ce nouvel univers glacé après tant de temps passé à la flotte.

Conclusion

Sea of Solitude propose une oeuvre artistiquement forte, très immersive, sur des questionnements existentiels authentiques, tout en étant capable de proposer des actions de jeu variées, allant du parkour, à l'exploration, en passant par l'infiltration et des scènes de confrontations loin d'être faciles. Il n'est pas sans nous rappeler Rime par certains aspects, avec un niveau graphique très inférieur et une bien moindre durée de vie cependant. 

Sea of Solitude est donc à noter dans vos tablettes car il est tout simplement prenant et intense, et prouve lui aussi que jouer aux jeux vidéo peut être un loisir bénéfique à bien des aspects. Il faudra juste peut-être attendre un peu que le prix baisse sur la plate-forme Origin où il est vendu pour 20 €, montant assez excessif vu la faible durée de vie.


La scène où on se fait dévorer encore plus épouvantable dans le jeu car en vue plongeante.

A propos de l'auteur

Aventures, enquêtes, mille et une énigmes, réflexion ; jeux aux thématiques profondes, originaux, décalés, indépendants, telles sont mes passions. De temps à autres, aussi du 100 % action. Féministe avertie, assoiffée de justice, je rejette toute forme de discrimination ; donc j'écris aussi en manga, BD, cinéma, livres, séries ou jeux de société.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques