8.5/10

Sega Mega Drive Ultimate Collection - Test

Un grand moment de solitude béatifiée et de longues heures de souvenirs en perspective. Plus complet que toutes les compiles déjà sorties mais pas forcément complété par de la grande qualité. Ca fait quand même ultimement plaisir.

Sega et les joueurs c'est une belle histoire d'amour qui s'est écourtée momentanément lorsque la défunte Dreamcast a quitté les rayons de nos revendeurs de came vidéoludique. Si on se rappelle avec émotion de cette dernière, nos meilleurs souvenirs restent ces beaux et longs jours passés en compagnie de notre Mega Drive. Au delà des bons moments c'est aussi tout un catalogue d'exclusivités que nous proposaient les consoles de l'époque. Et c'est ainsi qu'une compilation telle que Mega Drive Ultimate collection nous proposera une majeure partie des titres de la franchise pour raviver notre vieille flamme nostalgique et nous replonger dans ces sensations perdues au milieu d'un gameplay archaïque mais si délicieux.

Après de longues heures à se prélasser dans une commémoration presque maladive et quelques dizaines de parties de Sonic pour se remettre en jambe et faire friser ses poils (aux hérissons bien sûr), il est temps de jeter un oeil à la
multitude de softs qui sont proposés dans cette première compilation sur consoles nouvelle génération. On nous promet notamment un remix HD d'un autre monde sur l'éventail des quarante jeux que réunit le disque. Histoire de faire simple, il ne vous manquera pas grand chose dans la liste proposée si ce n'est ces petites perles d'inutilité exquise que sont des jeux comme Cool Spot,  ou encore des jeux de baston tels qu' Eternal Champions qui sont au nombre de zéro présentement. Mais rassurez-vous car si Ristar ressemble à s'y méprendre à un copié collé des textures de Sonic & Knuckles (car développé par la Sonic team) l'ambiance pastille rouge et relax attitude est complètement présente. De plus, l'étoile se balade dans les niveaux en filant des coups de boule.

En tout cas, beaucoup de titres sont particulièrement vieillots mais la plupart gardent une saveur délicate sous nos ongles bleuis par l'effort typé arcade que
les divers shoot them up et beat'em all demandent. Le lointain souvenir a certes subi un lifting plutôt agréable mais on ne peut pas dire que le résultat soit flagrant. Toutefois il permet à nos yeux de rester en vie durant ces longues heures d'attaques rétiniennes du passé. On se rappelle encore des premiers procès qui ont donné lieu à la contre indication épileptique présente dans tous les manuels d'utilisateurs actuels. Ce n'est pas du niveau des derniers portages HD par exemple mais les jeux d'origine sont jolis pour la plupart et le plaisir n'est donc vraiment pas gâché. Je vous rassure toutefois en précisant que les Golden Axe sont toujours aussi moches mais que ce n'est pas la faute du portage.

L'interface est sympa et prend la forme de la première Mega Drive. Vous pourrez grâce à vos exploits débloquer quelques petites pépites version arcade ainsi que des interviews de concepteurs et autres margoulins japonais. L'un dans l'autre, c'est donc une belle petite promenade en amnésie malgré des erreurs de parcours comme Bonanza Bros dont l'utilité est bel et bien incompréhensible. Parfois aussi le son crachote comme un p'tit vieux. On sera particulièrement déçu de ne pouvoir utiliser Sonic & Knuckles avec les autres
Sonic comme le permettait la cartouche initiale avec sa fente supplémentaire. On sera tout aussi déçu de perdre lamentablement à ces mêmes jeux auxquels on étaient « trop fort ». Ça permet d'ailleurs de se rendre compte que la difficulté des jeux actuels n'est pas forcement insurmontable. Je suis même prêt à parier que certains se plaindront de ne pas trouver beaucoup plus de titres que dans les pack collection précédemment édités. On regrettera bien des choses mais on est quand même très contents.

Bien évidemment le format d'origine est respecté et c'est en 4/3 que vous allez jouer sans relâche. Toutefois vous avez l'option de réaligner les
bordures à votre télé 16/9 mais le résultat n'est franchement pas optimal. Le reste de l'écran sera donc occupé par une texture simple qui vous fera penser à la bordure extérieur d'une borne d'arcade, ce qui n'est pas plus mal au bout du compte. Finalement, vous trouverez peu de fautes de goût si ce n'est les jeux eux-même dont certains sont devenus des oubliés de la nature, des erreurs du passé ou encore des abominations culturelles. Donc c'est un peu tout ça avec d'excellentes surprises comme les deux volets de Vectorman et sa recherche incessante de Photons.

L'un dans l'autre, pour cette somme avantageuse de 40 €, votre console de salon Next gen traverse le temps et courbe l'espace pour s'insérer dans un tableau plus vaste qui ne considère plus le point d'origine comme un instant mais comme un crépuscule doré et éternel où se posent gentiment des instants de grâce assez flous. En moins poétique c'est plutôt chouette de vieillir.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques