7/10

Soul Sacrifice - Test Vita

Quel est le point commun entre Megaman, Onimusha, Street Fighter et Resident Evil ? La réponse est Keiji Inafune, ce surdoué du jeu vidéo, impliqué dans de très nombreux projets et succès vidéoludiques. Pourtant le bonhomme s'est attiré les foudres d'un paquet de monde après avoir critiqué le jeu vidéo japonais et avoir quitté Capcom. Soul Sacrifice est ainsi très attendu.


DR.

Poisseux et sanguinolant


Ambiance Morbide
Vous rêvez de basher du monstre et de faire étalage de votre gros skill au monde entier ? C'est loupé puisque vous commencez l'aventure enfermé dans un cage, ou la seule issue semble être la mort. C'est d'ailleurs ce qui arrive à votre voisin de cellule qui ose se rebeller contre Magusar, votre bourreau. Alors que tout semble perdu et que Saint Pierre vous attend de pied ferme, vous mettez la main sur un livre avec des yeux et une bouche (ouais, un livre qui parle quoi...), qui va apporter la solution à vos problèmes. En le parcourant, vous allez découvrir l'histoire du puissant sorcier qui l'a écrit, et, à la manière de Matrix, assimiler son savoir et son pouvoir pour espérer terrasser le terrible Magusar.

Voici donc le départ de votre quête virtuelle, retraçant le parcours de cet écrivain sorcier, dans une ambiance poisseuse et désagréable. Votre prison est jonchée d'os, les décors sont glauques à souhait et le sang de vos ennemis gicle à la Kill Bill. La lecture du livre sera assurée par des doublages en anglais flippants (très proches de la narration dans Amnesia, pour ceux qui ont pu s'essayer à ce jeu complètement terrifiant) qui sauront vous plonger un peu plus profondément dans cette ambiance glaciale. L'histoire est d'ailleurs cohérente, servie par un gameplay novateur comme on va le voir par la suite. Petit bémol quand même pour les graphismes d'un titre qui n'aura pas su exploiter la puissance de la PS Vita et qui restent assez grossiers.

Monster Bashing

L'histoire, découpée en chapitres, vous donnera à chaque fois l'occasion d'entrer dans de petites arènes de combats, dont le but sera de venir à bout des ennemis. Ca vous rappelle un certain Monster Hunter ? C'est normal ! Soul Sacrifice ne s'est d'ailleurs jamais caché d'être un rival au titre de Capcom (tiens tiens...). Vous allez pour celà disposer d'objets magiques vous apportant toutes sortes de pouvoirs, à la manière d'une matéria : projectiles, armes, magie etc...On retrouve également les éléments basiques comme la terre, la glace ou l'eau par exemple. Ces objets pourront, pour plus de puissance être améliorés. Ils se casseront également si vous les utilisez trop sans les recharger. Heureusement, des larmes magiques récupérées sur votre livre Librom vous permettront de les réparer. Mais jusque là on reste dans le déjà vu et c'est le principe suivant qui va être intéressant.


Un dilemme constant
Comme son nom l'indique, Soul Sacrifice repose sur la théorie de la réciprocité (on a rien sans rien), ou alors la fameuse maxime de Lavoisier qui dit “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme” (on se croirait presque dans Full Metal Alchemist). A chaque mort sur le champ de bataille, vous allez ainsi devoir choisir entre épargner ou le sacrifier le monstre tué. L'épargner vous fera gagner des points de vie, et le sacrifier vous rendra plus puissant en faisant grimper votre magie. Là où les autres RPG ne proposent qu'une barre d'expérience, vous allez ici devoir en gérer deux, en ayant à chaque fois un choix à faire sur chaque ennemi tué : Dois-je l'épargner ou dois-je le tuer. C'est bel et bien là que se situe tout l'intéret de Soul Sacrifice, qui vous implique à 100% dans le jeu et ne vous laisse pas indifférent.

Le jeu prend également une nouvelle dimension en multi. Autant vous pourrez choisir des alliés PNJ en solo, autant jouer avec trois de vos amis au maximum vous permettra de mettre en place de véritables tactiques. Autre vrai intérêt de jouers à plusieurs : éparger ou sacrifier (encore une fois). Car oui, là aussi il faudra prendre la bonne décision quand l'un de vous mourra. Et autant sacrifier un personnage non joueur, on peut le faire facilement, même s'il vous supplie de le laisser en vie, autant tuer un de vos potes pour devenir plus fort, c'est beaucoup plus compliqué !

Conclusion

Vous l'aurez compris, l'intérêt de Soul Sacrifice réside dans la choix que vous allez devoir faire à chaque instant, épargner ou sacrifier, qui influenceront le développement de votre héros. Comme en attestent les nombreuses références de cet article, le titre va allier beaucoup de principes déjà vus à droite à gauche, pour en faire un jeu unique. Il n'en reste pas moins que le but sera toujours de tuer des montres encore et encore, avant de pouvoir battre le boss final, et il est clair que basher du monstre à gogo ne fait pas rêver tout le monde.


Ce bon vieux LIbrom

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques