6.5/10

Spectrobes : Les Portes de la Galaxie - Test

Spectrobes nous revient dans une suite un cran au dessus de l'original, mais toujours tirée vers le bas par des défauts techniques et de très bonnes idées mal maitrisées.

Spectrobes ayant dépassé le million d'exemplaires, il est normal de voir une suite débouler. Ce n'est pas que le jeu affichait de très grandes qualités, sujet à des limitations techniques assez fâcheuses, mais le jeu « à collection » a toujours bien fonctionné. Car Spectrobes, c'est avant tout du Pokemon-like : chercher des bêbêtes, les entraîner, et les faire combattre. Présenté comme ceci, évidemment, c'est pas folichon, pourtant le jeu présente quelques subtilités qui le démarquent efficacement de la franchise très rentable de Nintendo.

Vous revoici dans la peau de Rallen, agent d'une organisation de défense galactique utilisant les Spectrobes. Ces créatures, éteintes depuis des lustres, sont les seules à pouvoir affronter la grande menace intersidérale locale, les Krawls, qui se nourrissent de planètes - rien que ça. Les voilà de retour, plus méchants et plus puissants que jamais, tout du moins en théorie. Votre mission sera alors de découvrir ce qui se cache derrières leurs opérations récentes, et de les bouter hors de la galaxie si possible et plus si affinités. Cet objectif donnera lieu à une sorte de RPG basé sur la récupération des Spectrobes et leur entraînement.


Avant de parler de cette récupération proprement dite, parlons de l'environnement. Vous évoluez en tant que Rallen dans des décors intégralement en 3D, allant de planète en planète pour remplir vos différents objectifs. Sur le terrain, vous serez confrontés à des vortex que votre personnage ne pourra pas franchir, et qui seront le lieu de combat des Spectrobes. Ces vortex sont généralement protégés par des entités autonomes que Rallen pourra directement combattre avec son épée, son fusil, ou ses poings. Le système de visée à la Zelda simplifie grandement ce genre d'opération, permettant à votre personnage d'avancer dans la zone tout en mitraillant sa cible, celle-ci ne représentant généralement pas un grand danger direct.
Une fois en contact du vortex, nous passons en mode Spectrobes ! Soit, une arène fermée où vont se battre deux des créatures que vous aurez sélectionné au préalable contre deux krawls vindicatifs.  Le système de combat est simple : un bouton attaque, un bouton attaque spéciale, et un bouton attaques spéciales combinées. Vous contrôlez l'un des deux monstres au choix, avec possibilité de changer en cours de route, tandis que l'autre est géré par l'ordinateur, parfois de façon bienheureuse, et parfois de façon scandaleuse. Les affrontements en tant que tels sont donc particulièrement simplistes, et c'est pourquoi deux paramètres viennent compliquer un poil. Tout d'abord, il vous faudra prendre en compte le type des Spectrobes affrontés, au nombre de trois : Aurora (terre), Corona (feu), et Flash (eau). Ces types fonctionnent selon un principe de triangle. Par exemple, Corona est fort contre Aurora mais faible contre flash. D'autre part, tous les Spectrobes ont leur propre attaque : certains tapent vite, d'autres très lentement mais de façon circulaire, d'autres peuvent attaquer à bonne distance, etc. La préparation est la base de la réussite, même si le combat en lui-même n'est pas assez développé pour être intéressant.


Pour affronter les multiples dangers qui vous attendent, il va donc vous falloir des Spectrobes. Ceux-ci ont théoriquement disparu, mais il est possible de trouver des fossiles de ces grandes créatures, sous la terre. Un petit Spectrobe vous accompagne dès le début du jeu, qui a le pouvoir de scanner un certain périmètre du terrain autour de vous (pour peu que la zone soit vide de dangers). Si il y a quelque chose sous terre, un petit halo lumineux apparaît, vous signifiant que quelque chose est caché sous terre. Cela peut être un fossile de Spectrobes, un minéroc (nourriture des Spectrobes), des objets à vendre, des cubes d'informations, etc.
L'extraction de ces objets donne lieu à un mini-jeu sympathique au stylet, où vous devrez selon le contexte faire fondre la glace, enlever le sable, ou encore utiliser la foreuse pour dégager l'objet, en faisant attention à ne pas l'abîmer. Au bout de quelques fois, la procédure est pigée et deux dizaines de secondes seront nécessaires pour extraire votre trésor.
Tant mieux, car de l'extraction, vous allez en bouffer ! Car pour avancer efficacement dans le jeu, il n'y a pas de secrets : il vous faut des Spectrobes forts et en bonne santé ! Il s'agit de scanner chaque mètre carré de terrain à la recherche d'artefacts et de fossiles, un boulot qui se révèle assez rébarbatif sur la durée.
Une fois votre fossile entre les mains, il faut le réveiller, et au moyen de votre voix (ou de votre souffle, ça marche aussi). Ici, il s'agit de produire un son le plus régulier possible pendant trois secondes, afin d'éveiller la bestiole. Le jeu nous dit que selon le son émis, la créature sera de couleur différente, mais j'avoue que la subtilité m'a échappé. Ensuite, direction l'incubateur, où vous pourrez nourrir et faire évoluer vos Spectrobes à l'âge adulte. Vous n'avez plus qu'à en choisir au maximum six à emmener avec vous, et c'est parti ! Les races de Spectrobes dépassent la centaine, les collectionneurs auront de quoi faire.

Physiquement, le jeu adopte une charte graphique typée animation japonaise pas désagréable du tout, associée à une musique environnementale issue de la même source d'inspiration. L'univers graphique, tout en 3D, se montre un petit peu plus réussi que pour le précédent, même si les décors paraissent bien vides et sont susceptibles d'ennuyer le joueur, qui sera amené à faire des looooooongues balades à pieds.
Niveau commandes, c'est un peu plus lourd. La caméra, notamment, fait des déplacements un peu spéciaux et pas très arrangeant, surtout pendant les combats. Heureusement qu'il y a un système de visée, sinon le jeu serait proprement injouable. Le manque de précision dans les déplacements du personnage se fait particulièrement ressentir lors des différents scans effectués par votre petit Spectrobe, où vous devrez parfois faire un détour pour accéder à un point de fouille lumineux pourtant à côté de vous.

Spectrobes : Les Portes de la Galaxie s'avère un peu plus réussi que son prédécesseur. Ce sont bien sûr les collectionneurs en herbe qui seront les plus ravis, le jeu favorisant la recherche et la collecte d'une manière particulièrement évidente. Le système de jeu en lui-même se révèle par contre assez fade pour les autres, la faute à un système de combat très simple et pas très intéressant. Les nombreuses bonnes idées du titre perdent un peu de leur intérêt sur la durée, malgré une utilisation très correcte des fonctionnalités de la Nintendo DS.

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    12/01/2010 à 22h08

    Répondre

    commen on peus avoir un spetrobes de tipe eau

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques