6.5/10

Spider-man : Aux frontières du temps - Test

Walter Sloan, un scientifique machiavélique, perfide, mégalomane et j'en passe, travaillant pour Alchemax en l'an 2099 a découvert le moyen de voyager à travers le temps. Tel Biff Tannen dans Retour vers le Futur, il va utiliser ce pouvoir à des fins personnelles pour dominer Alchemax, écraser la concurrence et ainsi changer totalement le cours normal des choses. Hors de question pour le Spidey de 2099, alias Miguel O'Hara, de laisser Sloan faire comme il l'entend. Il s'injecte donc un échantillon d'ADN de Peter Parker pour entrer en contact spirituel avec ce dernier, et mettre fin aux plans ennemis.

Du gameplay basique


Spidey pour Spidey, tu me reçois ?
Un peu abusé me direz-vous...je vous l'accorde. Mais ce scénario bien qu'alambiqué va être la base d'une mécanique de jeu plutôt sympathique : le principe de causalité quantique. Oyo ? Ce terme un peu barbare se rapporte au principe de cause à effet. Ainsi, les actions engendrées par ce bon vieux Spider-man classique de notre ère auront un impact sur le monde de 2099. Par exemple, il faut détruire un robot en construction pour que le Spidey du futur ne se fasse pas broyer par cette même machine. Plutôt intéressant (et pas sans rappeler le principe de Shadow of Memories). Pourtant, le gameplay reste assez basique et proche de ce qu'a pu nous offrir Spider-man Dimensions (Beenox Studios oblige). Mais "basique" ne veut pas forcément dire "mauvais". Les combos sortent assez facilement, et le panel de coups et de techniques disponibles est loin d'être négligeable. On utilisera à souhait le sens de l'araignée, un ralentissement du temps, des combinaisons au corps à corps où à distance. On peut également augmenter ses capacités et acheter de nouveaux mouvements à la sauce RPG. Au final, les ennemis rencontrés sont souvent les mêmes et on à un peu l'impression de refaire sans cesse les même scènes, mais l'ensemble reste malgré tout sympatoche !

Spidey n'est pas claustro

L'un des trucs qui m'avait fait le plus kiffer sur le Spider-man sorti à l'époque sur PS2, était le fait de pouvoir se balader de building en building, de grimper et sauter un peu partout. Ce Spider-man : Aux Frontières du temps ne nous laisse malheureusement pas autant de liberté. Vous passerez votre temps en intérieur, enfermé (voire même dans des conduits d'aérations). Dommage... Outre
On aurait aimé aller se balader à l'extérieur
l'aventure principale, on note la présence d'une toile des défis qui permet de rejouer certains moments du jeu en réalisant les missions imposées : tuer dix ennemis en ne se faisant toucher que trois fois, récolter 70 orbes en moins d'une minute. Pas indispensable, cette roue a au moins le mérite d'exister et de rajouter du challenge aux joueurs les plus coriaces.

Sans être mauvais, les graphismes ne vous feront pas saigner des yeux. Les doublages sont plutôt corrects et l'humour est omniprésent lors des dialogues télépathiques entre nos deux Spider-men (un Spider-man se doit de toujours faire une petite blague bien placée, même quand il se fait broyer la colonne vertébrale par Anti-Venom).

Conclusion

Spider-man : Aux Frontières du Temps n'est sûrement pas la meilleure adaptation vidéoludique de l'homme araignée. Un peu répétitif, mais même si le manque de liberté se fait cruellement ressentir, le titre reste tout à fait correct et plaisant à jouer.


Stargate Inside !

A découvrir

Blizzcon 2011

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques