7.5/10

Star Ocean : The Last Hope - Test

Un bon RPG pour la PS3 qui en manque il faut l'avouer. C'est dommage de ne pas proposer aux joueurs une copie révisée et améliorée. Malgré son design lourd le gameplay que propose Star Ocean est varié et appuyé par un sytème de combat en temps réel addictif.

Star Ocean avec Valkyrie Profile est une des deux grandes sagas qui ont fait briller le nom de Tri-ace comme une étoile dans la grande voûte céleste du monde vidéoludique. Et à juste titre Square et son développeur nippon préféré ont eu une très belle histoire jusqu'à leur récente séparation ; laquelle a donnée le doux soft qu'est Resonance of Fate, réalisé en collaboration avec Sega pour la première fois depuis l'histoire du studio. Avant de partir vers d'autres vertes prairies toutefois, Star Ocean : The Last Hope voyait le jour sur Xbox 360 un beau jour de juin de l'année 2009 et ainsi l'espoir d'un horizon nouveau pour toute une tripotée de beaux jeux en HD. A l'époque exclusivité pour les amateurs de Microsoft voici une version rien que pour nous autres les fanas du côté obscur, une version au doux nom d' "international" qui serait censé nous rappeler la bonne époque des versions japonaises dédiées de certains RPG ... ou pas.

Pour vous donner le scénario en petites coupures de journaux  de l'époque (le futur relativement proche) c'est assez simple. La troisième guerre mondiale a fait un sacré
ravage et la Terre fuit vers l'espace avec le peu de survivants qu'il lui reste. L'humanité envoie donc une partie de sa flotte tel un espoir ultime vers des étoiles presque inconnues dans une galaxie hostile pour y effectuer les repérages finaux dans le but d'une jolie colonisation. Bien sûr tout se complique en route pour le personnage que vous incarnez et qui porte l'incroyable nom de Edge, et vous voilà à la tête d'un petit commando des plus efficace et des plus varié.

Une histoire très simple donc et orchestrée de manière assez commune. On apprécie toutefois le côté jap' très présent dans les dialogues et les diverses interactions entre les personnages comme la plupart des événements scénaristiques qui même si ils
paraissent créer un joli fouillis prennent bien possession de l'ensemble des environnements que propose le soft. On appréciera ainsi de pouvoir débloquer quelques dix personnages différents, chacun possédant des compétences bien particulières qu'il vous faudra mettre à profit pour vous sortir des situations compliquées et des boss colossaux que vous croiserez en fin de chapitre.   Ainsi même si au départ vous serez tout seul avec votre héros à grande  épée et votre amazone sortis tout droit d'un imaginaire japanimatif, on retrouvera sur la route un  genre d'elfe un peu sybilin ou encore un géant de fer et des histoires de famille, de jalousie et d'amour à plus savoir qu'en faire. Les traits qui filent l'histoire sont gros mais restent délicats et sont surtout prétextes à une grande variété de situations et de cinématiques ... un poil longues.

Malheureusement si l'on reste relativement admiratif devant un bestiaire fort fourni, une arborescence de compétences assez bavarde, une notion de crafting particulièrement fun et évoluée qui n'est pas sans rappeler la sainte alchimarmite en légèrement plus fun, 
une gestion tactique parfaitement orchestrée et un système de combat dynamique sur lequel nous reviendrons plus tard ; on est peiné de ne pas reconnaitre cette excellence dans l'univers graphique. Tout d'abord le design est relativement agressif au premier abord et ne mets pas à l'aise. Si les personnages sont jolis, il restent sensiblement clonés sur des statues à l'œil de verre. Ça reste très joli et la modélisation n'est clairement pas à jeter, surtout pour un jeu qui date maintenant un chouilla, mais c'est malheureusement un bon poil en dessous du nécessaire. On s'y fait assez vite et les dix premières heures feront de vous un adepte si vous allez jusque là,  mais on regrette un manque d'attention à cette composante si importante pour notre plaisir. Il ne faut pas oublier qu'en terme de jeu tout est fait pour vous captiver et il y a donc peu de risques que vous n'arriviez pas jusqu'à cette étape si vous êtes un tant soit peu attiré par ce genre de jeux. Il en restera toujours pour préférer telle ou telle série, et si on regarde de plus près on pourra toujours décider de se porter vers quelque concurrent tel un FF XIII ou encore à l'époque de la sortie sur Xbox sur un Tales of Vesperia, voir se laisser aller à titiller le destin et sa raisonance.

Une seule chose fera la différence ici, le système de combat. Et dire que ce dernier est savant n'est pas usurper d'un titre arbitraire. Outre une jauge que l'on peut remplir sous la forme de cristaux et qui vous permettra d'augmenter votre bonus de fin de combat soit en xp soit en droping et j'en passe, vous aurez accès à une pluie de combats dans un
système en temps réel très bien équilibré. Ce dernier est assez simple à prendre en main et donne une liberté totale dans l'action malgré quelques contraintes liées au genre. Il vous sera aussi possible de vous arrêter pour absorber vos potions et revoir votre tactique ce qui permet d'introduire des éléments de tour par tour dans un sens et donc une certaine ouverture vers la tactique. Il vous sera également permis de changer de personnage et ainsi de varier les plaisirs en passant d'un beat them all jouissif à un jeu de positionnement avec votre archer intrépide tout en donnant des ordres préétablis aux autres membres de votre groupe de quatre combattants. La combinaison des pouvoirs, techniques et autres billevesées dont regorge le titre prend ici une proportion particulièrement heureuse. On regrette toutefois le paramétrage de lock qui pour le coup est particulièrement mal vu. La rencontre un peu trop systématique d'un bataillon d'ennemis dans les niveaux avant d'en arriver au boss final est également à déplorer. On aurait préféré un peu plus d'énigmes et de puzzles pour ressentir l'appel du jeux de rôle ici symbolisé essentiellement par un level up automatique efficace mais trop classique.

On ne se plaint pas toutefois car le jeu du haut de ses cinquante heures d'expérience reste très bon. Il possède de nombreux atouts pour plaire aux amoureux du genre entre
deux gros titres et proposera assez de challenges pour vous tenir en haleine  quelques semaines ou quelques  mois. De plus la collectionite qui habite les méandres virtuels du soft n'a pas de limite et que ce soit les trophés de bataille à débloquer pour chaque personnage (cent par tête), les objets à créer, les formules à découvrir, les recherches à faire sur les différentes faunes, les vaisseaux à retrouver, il y en a pour tous les goûts. Un bon jeu donc, bâti sur des bases très solides et dont on espère un nouvel episode avec une patte visuelle moins lourde et des cinématiques moins nombreuses et surtout moins longues et plus matures. Sinon tout le reste est bon, mais on le savait déjà puisque rien n'a changé entre la version Xbox 360 et celle-ci sur PS3 mis à part le choix de prendre un affichage classique dans l'écran de sauvegarde.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques