7.5/10

State of Emergency - Test

Support : PlayStation 2.

Dans un futur proche, une corporation contrôle tout un pays dans un régime limite fasciste. Tout est sous contrôle jusqu'au jour où tout explose à Capitol city, théâtre de la plus grande émeute vidéo-ludique. Vous choisissez votre perso parmi 6 joyeux drilles (4 sont cachés) dont une ex-avocate qui s'est reconverti dans la destruction de masse. Votre but ? Mettre la pagaille ! State Of Emergency est un beat-em-up ou plutôt un blast-em-all vu à la troisième personne. L'originalité c'est qu'au lieu d'affronter 3 pelés et six tondus, vous vous battez contre la corporation au milieu de centaines de personnes qui courent dans tous les sens, pillent les magasins, crient... sans que ça rame. Autant dire que l'effet est saisissant.

Deux modes de jeu sont disponibles : chaos et révolution. Révolution vous permet d'effectuer des missions pour la Freedom, un groupe terroriste du genre tabasser un cadre ou escorter un poseur de bombe. Peu variées mais assez fun, ces missions sont vite répétitive et on ne les finit que pour obtenir les nouveaux persos. Pour vous battre, vous pouvez utiliser point, pieds ou tout ce qui vous tombe sous la main : magnétoscope, pancarte, tabouret sans oublier les tonnes d'armes type minigun, M16, bazooka, tazer... C'est vraiment très gore d'autant plus qu'on ne tue pas forcément que des méchants avec un bazooka mais plutôt une bonne quarantaine de civils...
Le mode chaos est très simple : vous devez tout détruire en un minimum de temps : bâtiments, voitures, flics, civils... C'est du pur bourrinage mais que c'est jouissif de pouvoir tirer à la roquette dans un centre commercial style parly 2 ou de vider son chargeur sur tout ce qui bouge... Il est clair qu'il ne faut pas y jouer des heures d'affilée car on finit par ce lasser.

Évidemment, ce jeu va en choquer plus d'un surtout après le carnage de Nanterre. Certains petits détails sont aussi très limite comme de pouvoir s'acharner sur un corps ou de pouvoir frapper avec des bouts de cadavres. Mais bon, quand on revient chez soi après une journée vraiment galère, je ne connais rien de plus défoulant. D'autant plus que le jeu n'a rien de réaliste : les armes sont démesurées et les graphisme pas top (nécessaire pour afficher autant de monde).
En résumé, State Of Emergency est un gros jeu de bourrin pas vraiment politiquement correct. On aime ou on n'aime pas. Un de mes gros regrets est l'absence de mode multijoueurs. Mais étant donné qu'il sort direct à 45 euros, pourquoi se priver d'un grand moment de détente?

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques