8/10

Subnautica - Test PC

Après une sortie en early access fin 2014 et sur Xbox One en 2016, voici venu sur PC un Subnautica brillamment abouti.

Comme son nom le laisse pressentir, Subnautica propose un jeu d'exploration sous-marine, mais il est tellement plus que cela... Dans Subnautica, il y a tout : une histoire, de la survie, de l'exploration et de la fabrication.

Une véritable histoire d'abord, qui s'égrenne régulièrement. Notre personnage, passager d'un vaisseau-spatial appelé Aurora, échoue au milieu de l'océan d'une planète extra-terrestre après avoir échappé à l'explosion de l'Aurora. Et tout au long de notre aventure, cette catastrophe sera le fil conducteur de plus ou moins grands rebondissements, qui maintiennent l'intérêt de continuer à explorer les fonds sous-marins pour survivre et, objectif ultime, repartir. Malins, les développeurs ont su provoquer notre progression et créer du suspense par des appels radios, des comptes à rebours, et nous offrir des surprises de tailles, au sens propre comme figuré. Je ne vous en dis pas plus afin que vous puissiez savourer par vous-même.


Une histoire bien menée pour porter les joueurs-euses vers les atouts du jeu.

Au-delà de cette spécificité, l'autre point fort du titre, c'est sa dimension construction. Une palette phénoménale d'objets à fabriquer s'avère indispensable pour progresser, explorer toujours plus loin et, directement ou indirectement, survivre. Mais attention, Subnautica est très exigeant. Il fait partie de cette catégorie de jeux qui nécessite de galérer pour comprendre les mécanismes, le fonctionnement des objets et des procédés. Franchement, on se dit qu'un minimum de tutorial ou une sorte de mode d'emploi minimaliste n'aurait pas été de trop... Certes, il y a un manuel dans la tablette qui nous sert d'interface de gestion, mais il fourmille de tant de renseignements et de textes qu'on est bien en peine de savoir par où commencer quand on débute le jeu. Quoi qu'il en soit, pour vous donner une idée, on peut fabriquer les objets les plus simples - batterie, boussole, torche, couteau, masque recycleur d'air, pile, armoire - comme les plus compliqués - circuits intégrés, scanners, outil de réparation, constructeur d'habitat, vaisseaux sous-marins, scaphandre ultra-sophistiqué, kits de câblage...

Ce qui nous fait ramer d'autant plus, c'est de se sustenter, en supposant qu'on ait choisi de jouer en mode "survie", ce qui vous oblige à gérer la faim et la soif en plus de l'oxygène et la santé. Car on a la possibilité de jouer l'historie sans ces deux premiers paramètres. Eh bien figurez-vous qu'on ne sait même pas comment produire de l'eau... ce qui n'est indiqué nulle part, sauf à farfouiller dans le manuel et à scanner tout ce qui bouge pour avoir des informations. Tel est en réalité le secret de Subnautica, il faut se dépêcher de fabriquer un scanner et scanner la faune et flore alentour, dont les caractéristiques s'inscrivent alors dans le manuel. Et surtout, il faut scanner tous les morceaux d'épaves qui traînent pour en obtenir les plans de fabrication. Sauf qu'on ne devine pas ce secret dès le départ.


Le secret de Subnautica : scanner, toujours scanner pour survivre et pouvoir construire.

Cependant, cette galère n'est que temporaire (comptez 5H quand même), les efforts et la pugnacité finissent par être récompensés et l'on se dit, après coup, que cette difficulté initiale donne en définitive une saveur supplémentaire à Subnautica. Par cette exigence, il nous met véritablement dans la peau du naufragé et cette expérience donne un sentiment d'immersion - notez le jeu de mots - assez unique. Ce sentiment est ainsi décuplé par le niveau de difficulté initial et c'est bien. De plus, si vraiment on bloque, l'opportun hub de la communauté propose deux guides en français (ce qui est suffisamment rare sur steam pour le souligner). Ils sont complets et particulièrement détaillés. Leurs rédacteurs répondent en prime aimablement aux questions de détails quand on tourne un peu en rond.

Notez au passage que depuis la sortie du jeu (en early access), les développeurs font des mises à jour régulières, corrigent les bugs qu'on peut signaler en cours de jeu via un raccourci et ajoutent sans arrêt de nouveaux éléments à l'univers. J'en finirai ainsi par ce dernier aspect, le plus extraordinaire : l'univers époustouflant proposé par Subnautica, tout à la fois dangereux et féerique. On évolue aussi bien sur ce qui ressemble à des barrières de corail, pour tomber ensuite régulièrement dans des cavernes quasi-labyrinthiques, puis des forêts d'algues gigantesques ou de grands champignons phosphorescents, ou encore des grottes gardées par des tentacules luminescents mortels, volcans sous-marins, épaves. Nous découvrirons plus tard, avec nos véhicules, les grands fonds désertés, puis des abysses, et à chaque fois nos yeux s'émerveilleront. Dans le même temps, la faune saura nous interpeller, nous surprendre, et même carrément nous effrayer, tant par la démesure de certains monstres que par leurs rugissements. Quelques univers terrestres ponctueront de manière bienvenue notre aventure où de nouvelles grottes étranges nous attendront.


Une exploration qui n'en finit pas.

Tout cela s'inscrit évidemment dans une qualité graphique sublime dont on mesure la difficulté qu'il y a eu à la créer, tant les mouvements, la luminosité et les ondes dans un univers totalement aquatiques relèvent d'un travail très différent de ce qui se fait habituellement. De temps à autres, l'image saute quand les détails se précisent, mais cela reste très anecdotique. Cela explique probablement l'extrême lenteur du temps de chargement lors du lancement de notre partie. 

Logiquement, Subnautica dispose ainsi d'une durée de vie exceptionnelle, et ce d'autant plus rare vu le prix modique (22,99 €). Elle est même quasiment infinie si on se lance dans le mode créatif après avoir fini le mode histoire, lequel peut vous tenir en haleine une bonne vingtaine d'heures. 

Enfin, la prise en main des commandes au clavier et la mise en place du menu sont impeccables. Un ligne de cinq emplacements rapides en bas de l'écran permet de saisir les objets qu'on y a mis, sans être obligé de passer par le menu et fait gagner en fluidité. La boussole est idéalement placée au même endroit que le profondimètre, en haut de l'écran. On joue bien sûr à la première personne pour une meilleure visibilité et mieux profiter de la magnificence, mais on peut régler à sa guise la largeur de l'angle de vue du masque, selon nos préférences. En prime, on dispose de la possibilité de sauvegarder à tout moment sa progression. Il n'y a en revanche qu'une unité de sauvegarde.

La bande-son particulièrement discrète, douce, presque zen, s'adapte parfaitement à cette atmosphère féerique, tout autant marquée par un fort sentiment d'isolement, parfois d'étouffement voire d'angoisse.
Sensation de vertige, crainte, étouffement et fascination.
 

Conclusion

Vivre l'expérience unique et fascinante proposée par Subnautica est incontournable pour tout-e joueur-euse qui se respecte. Malgré sa prise en main difficile au départ et son temps de chargement assez long, il nous offre une aventure intense et riche en émotions, grâce à son mélange des genres, sa dimension exploratoire poussée, ses graphismes sublimes et son histoire solide. En prime, il a une durée de vie exceptionnelle pour un prix modique.

Conseils pour bien débuter

Afin de diminuer un peu votre temps de galère lors du lancement du jeu, voici quelques conseils.

1) Fabriquez en priorité les objets suivants :

- couteau (pour casser les différents fragments de minéraux ou les morceaux de corail),

- scanner (pour scanner au plus vite tous les plans),

- torche (pour voir dans les grottes ou la nuit),

- boussole et outil de repérage (afin d'éviter de vous perdre),

- outil de réparation pour accéder entre autres à la radio et avancer dans l'histoire,

- réservoir haute capacité pour avoir un temps d'oxygène allongé,

- constructeur d'habitat afin de vous créer une vraie base de vie (mettez un panneau solaire sur votre première station pour avoir de l'oxygène et placez une écoutille pour y entrer).

2) Pour fabriquer de l'eau, sachez qu'il faut soit le poisson appelé "pochon" de couleur mauve, soit du dépôt de sel + corail tubulaire (que l'on casse sur les tubes naturels avec le couteau).

3) Sachez que de nombreux plans de machines et objets divers se trouvent dans les petites boîtes métalliques cubiques à côté des épaves ou dans les forêts d'algues, donc pensez à regarder tous les côtés de ces boîtes.

Si vous bloquez vraiment, des cartes sont disponibles sur internet et deux guides en français sont proposées dans le hub de la communauté steam.

Informations complémentaires

- Compatible avec l'Occulus Rift, en toute logique pour un jeu aussi immersif et beau.

- 3 modes de jeu : créatif (sans mode histoire et donc pas d'accès à l'Aurora) ; libre (gestion de la santé et l'oxygène) ; survie (gestion de la faim et de la soif en plus de la santé et l'oxygène). 

- Il ne semble pas possible de jouer à deux modes en même temps. Donc prudence avant de lancer une nouvelle partie.

- Pour des raisons évidentes de fluidité et de plaisir de jeu, et parce qu'il s'agit aussi d'un jeu de science-fiction, les règles physiques actuelles relatives à la plongée sous-marine n'ont pas été respectées (possibilité d'atteindre avec simple combinaison des profondeurs de plus de 200 m ; absence de paliers de décompression ; recharge de l'oxygène en revenant simplement à la surface etc...). 


Jusqu'où irez-vous ?

A propos de l'auteur

Aventures, enquêtes, mille et une énigmes, réflexion ; jeux aux thématiques profondes, originaux, décalés, indépendants, telles sont mes passions. De temps à autres, aussi du 100 % action. Féministe avertie, assoiffée de justice, je rejette toute forme de discrimination ; donc j'écris aussi en manga, BD, cinéma, livres, séries ou jeux de société.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques