5/10

Super Stardust Ultra VR : le test

Un jeu de vaisseau spatial ultra basique, qui explose dans tous les sens, et qui ne fait pas grand chose de la VR. Dommage.

C'est surprenant comme on peut parfois ressentir de la sympathie en jouant à un jeu. Pourtant, Super Stardust Ultra VR est loin d'être un triple A. Ce n'est donc pas pour des montagnes de billets que l'on a envie d'aimer ce jeu. 

C'est plutôt parce qu'il nous rappelle sans faillir notre enfance, l'époque où sur un vieil ordinateur en noir et blanc on faisait s'affronter deux poignées de pixels  à coup de tirs dans un univers que l'on devait imaginer spatial. C'était simple, c'était moche, ce n'était pas la panacée, et pourtant, on s'amusait comme des petits fous. 

Plusieurs dizaines d'années plus tard, les grands enfants que nous sommes devenus ont donc envie d'aimer Super Stardust Ultra, cet hommage à Asteroïd. Parce qu'on ressent, dans la plupart des modes de jeu, ce côté simpliste et basique.


DR.

Une sphère qui représente une planète, un vaisseau dirigé par le joueur qui tourne autour, des pluies d'astéroïdes, des tirs pour les exploser impitoyablement. De temps en temps quelques ennemis. Et boom. C'est tout ce qu'il faut faire. Et aller de plus en plus loin. C'est exigeant, assez frénétique, si purement arcade qu'à part faire du hi-score, l'intérêt est proche de zéro. Ni le graphisme, ni le fun ne permettent de rester longtemps devant sa machine. 

Si ce n'était que les modes de jeu classiques, on pourrait facilement arguer que Super Stardust Ultra VR ne mérite pas particulièrement qu'on s'y attarde, si ce n'est pour combler quelques minutes de désoeuvrement.

Mais avec le mode VR, c'est encore pire. D'un coup, le jeu prend une baffe supplémentaire en ajoutant une composante réellement sans attrait à un jeu qui sans être incroyable, se comprenait par ses intentions sans prétention. En effet, le mode VR met le joueur dans la peau de son vaisseau, façon shoot'em up à la première personne, dans des arènes qui sont à la fois petites, sans attrait et profondément ennuyeuse. Les ennemis arrivant par vagues font pâle figure, n'offrant rien de bien palpitant si ce n'est quelques pixels bien gros.


DR.

Si la visée au regard se révèle être un moyen excellent pour viser les ennemis : à la fois naturel et efficace, l'immersion est vraiment trop pauvre, la faute à un graphisme vraiment faiblard et à l'envie de décrocher au plus vite pour aller faire quelque chose de plus intéressant.

Finalement, Super Stardust Ultra, hors VR, sans être incroyable, peut se laisser jouer quelques minutes, voire heures pour les plus pugnaces, mais la VR n'apporte vraiment rien d'assez incroyable pour justifier un achat encourageant à se mettre sous le casque.

A découvrir

Tumble VR : le test

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques