8/10

Supreme Commander 2 - Test

Bien qu'il ne soit pas exempt de tout défaut, Supreme Commander 2 brille par son accessibilité et sa technicité. Une arrivée en fanfare pour ce type de jeu. Comme quoi, un RTS a bien sa place sur console.

La guerre, ses stratégies et les jeux d'échec sont vos amis. Vous aimez prendre la pose dans votre fauteuil en vous grattant le menton tel Takeda Shingen durant une bataille. Par conséquent, lorsque vous allumez votre console, vous vous empressez de jouer à un RTS (Real Tactic Strategy), ces jeux de stratégies en temps réel où vous lancez vos hordes de soldats à travers des conflits réclamant vivacité d'esprit et tactique. Dans Supreme Commander 2, on retrouve à la publication, les petits gars de Square Enix, célèbres pour leur Final Fantasy. Ils ont déjà prouvé leurs capacités de stratèges dans les jeux qu'ils ont produits. Comme son nom l'indique, ce jeu est le successeur de Supreme Commander. Dès lors, nous allons tâcher d'étudier leur petit dernier afin de montrer en quoi celui-ci est un digne fils de la famille (ou le vilain petit canard qui porte sur lui un excès de confiance).

Thomas !!! range tes jouets !
Thomas !!! Range tes jouets !
Dès les premières minutes de jeu, nous nous plongeons dans le didacticiel et ce dernier est très bien fait. Tout un chacun comprendra comment déplacer son unité mobile (un robot géant façon Gundam ) et comment créer, déplacer et gérer ses troupes. Ainsi, après quelques minutes d'échauffement, nous nous lançons dans le mode histoire et sa guerre. Tout est suffisamment bien fait pour nous rendre heureux. Les choix rapides, les stratégies éclairs et quelques raids sur les forces ennemies, rendent le jeu jouissif. Difficile de ne pas trembler devant une flotte ennemie se dirigeant vers votre base. Les tours de défense ou les bataillons de chars suffiront-ils ? Mes bombardiers seront-ils prêts ? Le suspense est à son comble dans chaque partie et la gestion des ressources est aussi importante que le déplacement coordonné de toutes les unités. Sur ce point, nous sommes gâtés : la présence d'une carte lointaine est salutaire autant que vitale. Vous avez ainsi la possibilité de voir vos troupes au plus près mais également de voir la carte dans son ensemble afin de mieux prévoir vos futurs agissements. Là où le jeu prend toute son ampleur, c'est lors des escarmouches en ligne ou contre l'ordinateur. Ici, vous n'êtes pas tributaires des évènements scénaristiques et seules vos compétences de gestionnaire comptent. En équipe ou seul, vous ne compterez pas les heures dans ce mode de jeu.

ce n'est pas Optimus Prime, c'est le général le gros robot rouge
Ce n'est pas Optimus Prime,
c'est le général le gros robot rouge
Les grandes qualités de celui-ci reposent sur un univers futuriste dans lequel votre robot géant fait office de général, de bâtisseur et même de soldat. Sa mobilité est certes réduite mais votre mécha peut s'avérer déterminant si vous le faîtes monter en puissance. En effet, au fil de la bataille et de vos choix, vous débloquerez des points de recherches. Ces derniers permettent de débloquer de nouvelles unités ou de renforcer celles qui existent. Si vos tanks ont un blindage renforcé et des canons plus efficaces, vous l'emporterez sur vos opposants. Ainsi, la simplicité peut s'avérer payante. Moins de diversité dans vos troupes mais davantage d'efficacité. Le nerf de la guerre reposera donc sur votre capacité à gérer vos ressources (énergie et masse) ainsi que vos choix d'équipement. Supreme Commander 2 est donc tactique au plus haut point et il n'y a pas de recette valable pour toutes les parties. Que vous soyez agressif ou défensif, vos sens seront en éveil. Les troupes à votre disposition ne sont pas si différentes d'une faction à l'autre mais l'apparence de chacune a été soigneusement étudiée.

George Lucas serait jaloux d'une scène comme celle-là
George Lucas serait jaloux d'une scène comme celle-là
A ce sujet, nous remarquons un changement graphique et narratif entre les deux épisodes. Dorénavant, les graphismes ont un petit côté dessin qui rend l'action plus lisible. Les cinématiques ou les visages des protagonistes en pâtissent toutefois. Le constat est le même pour les musiques et les bruitages qui sont si banals qu'il vous arrivera de les oublier. D'ailleurs, il est regrettable que les dialogues soient si peu convaincants. Les personnages vivent et meurent avec la même intensité dans la voix ou le regard. Pour ceux qui passeront du temps dans le mode histoire, vous apprécierez sûrement l'intrigue. Dans l'opus précédent, chaque faction mettait à sa disposition un parfait petit soldat prêt à tout pour sa patrie. Ici, les héros ne sont pas parfaits et ils sont loin du modèle de leurs aînés. Ce petit changement narratif est salutaire et donnera une bouffée d'air frais pour ceux qui exploreront ce mode.

la balade des éléphants !
La balade des éléphants !
Supreme Commander 2
est donc un jeu de stratégie agréable. Les joueurs inquiets de voir ce type de jeu sur console peuvent être rassurés. Technique et tactique, le jeu offre de grandes possibilités aux apprentis stratèges. La partie recherche et développement est suffisamment bien faite pour être à la fois facile d'accès et fouillée. Ainsi, que vous débutiez sur ce genre de jeu ou que vous ayez fait la Sun Tsé Académie, vous trouverez votre bonheur dans Supreme Commander 2.

A découvrir

Metro 2033 - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques