8/10

Torchlight 2 - Test PC

J'ai découvert Torchlight en cherchant un petit jeu de rôle sympathique sur XBLA. Les joueurs PC avait déjà goûté aux saveurs de ce jeu mais je n'ai pas regretté l'investissement. J'y avais découvert un hack & slash de qualité et qui, grâce notamment à ses donjons à gogo, avait une belle durée de vie. La sortie du second opus a donc été pour moi un grand moment et c'est fébrile que j'ai lancé ce nouvel épisode. On prend les mêmes et on recommence ? Pas tout à fait. Certes, le jeu conserve un certain nombre de mécanismes et une identité qui fait plaisir mais il propose le petit plus qui fait la différence avec son prédécesseur.


Chic enfin en plein air !
On reprend le jeu peu après le premier épisode. Notre alchimiste, à force de traîner dans les ruines des mines de Torchlight, a fini par devenir fou, et lorsqu'il sort des mines maudites, il saccage le village que nous connaissions si bien. C'est donc l'occasion pour le joueur d'aller poursuivre ce forcené et de se « promener » en extérieur. Exit les niveaux souterrains, place aux grands espaces. C'est l'occasion d'explorer des zones plus vastes mais également d'y rencontrer toute une faune aussi agressive que nombreuses. Quitte à faire une suite, autant y mettre un paquet de monde.


None shall pass comme dirait un ami barbu !
Visuellement d'ailleurs, c'est toujours aussi agréable. Le soin apporté au titre est appréciable et malgré son faible prix (20 euros), le jeu se défend bien. Le thème du jeu (que les fans de Diablo 2 reconnaîtront) ajoute grandement au plaisir de jouer. C'est sûr que nous ne sommes pas chez une grosse machine comme Blizzard mais l'ambiance plus « dessins animés » est assumée et participe à tout le bien que je pense de la série. Néanmoins, la saga a largement emprunté à Diablo 2 mais elle a amélioré le côté jeu de rôle de la franchise en ajoutant pas mal de mécanismes. Quitte à emprunter, autant apporter quelques retouches non ? De plus, avec les gars de Runic Games, on sait bien que cela reste dans la famille puisque les studios comptent un certain nombre d'anciens de chez Blizzard North qui avaient développé Diablo et Diablo 2.

Ainsi, nous avons, des armes de compétences plus denses, des améliorations à gogo et malgré tout, une lisibilité qui facilitera la vie aux joueurs de tout horizon.


On a toujours dit que ce personnage était canon !
À tout moment, on peut revenir sur ses décisions et tenter un arbre de compétences qui nous correspond le mieux. D'ailleurs, en termes de jeu, nous avons quatre classes inédites qui s'offrent à nous. Les trois de l'opus précédent ont pris leur retraite mais le nouveau choix vaut le coup malgré tout, même si j'aurais souhaité avoir le choix parmi les sept classes. Enfin bon, nous découvrons alors l'ingénieur qui est une sorte de … paladin mécanique. Avec sa grosse armure, il peut jouer du marteau mais il peut aussi être un artilleur hors pair accompagner de robots aux divers effets (comme les soins). Le berserker sera l'ami des brutes en tout genre, en constante communion avec l'esprit du loup pour augmenter ses capacités. Le mage de l'ambre sera le sorcier de l'équipe et malgré ce que l'on pourrait croire, il est loin d'être faible. Il dispose de sort et de capacités qui lui permettent même de botter des culs au corps à corps (dans les limites du raisonnable). L'outlander de son côté sera le petit prince des armes à distance et des pièges divers et variés. Il se rapproche de la conquérante mais ses pièges fonctionnent différemment et il est redoutable avec ses lames de jet. Vous pourrez paramétrer chacune de ces classes pour intégrer votre style de combat. Prenez par exemple Canette Ultra, le genre de joueur un peu chacal sur les bords. Et bien il peut adapter chaque personnage pour utiliser au mieux ses capacités. En outre, le dit joueur est ravi de pouvoir choisir le sexe, la coupe de cheveux ou le visage de son avatar. Les plus pointilleux choisiront avec soin leur animal de compagnie qui, une fois de plus, sera là pour vous assister dans le combat ou porter du matériel. Bulldog ou aigle royal, un choix qui n'appartient qu'à vous.


Bien choisir son matos est important !
Torchlight 2
possède donc le charme hypnotique des bons hack and slash. À l'instar du précédent épisode mais d'une autre façon, vous pourrez toujours aller dans des milliers de donjons générés aléatoirement et dessouder des hordes de monstres seul ou à plusieurs. Le multi est un ajout de taille pour la franchise. Ainsi vu son prix, sa durée de vie et sa profondeur, les amateurs de ce type de jeu ont de quoi se faire plaisir pour un paquet de temps.


Le monde a toujours besoin d'ingénieur !

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques