9/10

TrackMania - Test

TrackMania n'est pas que de la course, c'est aussi vivre une expérience unique au travers d'une foultitude de facettes variées offertes pas le jeu : insctinct, réflexion, création, partage. Un opus fidèle au concept PC, à son pouvoir addictif. Incontournable pour les possesseurs de Wii, surtout s'ils n'ont jamais essayé TrackMania.

Repenser le jeu de course, tel est le mot d'ordre de TrackMania, mais en réalité avec pour seul objectif de mieux faire plonger le joueur dans les subtilités de la conduite sur un circuit. Pour ceux qui ne le savent pas, à TrackMania, le concept est simple, on n'a qu'un seul adversaire : le chronomètre. Sur un circuit assez court (de 15 à 50 secondes), il convient de battre un temps fixé par les développeurs et de gagner ainsi des médailles afin d'accéder aux courses suivantes. Et même si d'autres voitures roulent pas loin, ce ne sont que des fantômes donnant une réalité, éthérée seulement, à un temps à battre. Il n'y a de ce fait aucune collision. Né sur PC il y a maintenant bien longtemps (en 2003), TrackMania est arrivé sur DS en 2008, et le voici enfin sur Wii (en même temps que sort un second opus DS), un tel titre méritant bien une console de salon.

L'entrée en jeu est envoûtante : un menu fluide, bordé de vidéos d'arrière plan très esthétiques, sur fond de musiques et sonorités douces et claires ; la wiimote vibre et tinte dans la main, le pratique volant Mario Kart est compatible, les commandes sont reconnues automatiquement sans nécessité de passer par les options. Que de fluidité ! La séduction première se joue bien souvent à peu de choses, le pari est ici immédiatement réussi.

6 types de circuit, ici Snow
6 types de circuit, ici Snow
S'agissant du jeu en lui-même, on ne peut que louer la façon dont ont été gommés les premiers défauts de l'adaptation DS et comment la richesse du jeu est toujours au rendez-vous : un mode solo qui inclut course ou puzzle (car il faut aussi réfléchir à TrackMania et reconstituer des circuits avec des morceaux prédéterminés) ; dans ce mode course, on dispose de 6 types de circuits comprenant chacun 5 niveaux de difficulté (entraînement, facile, moyen, difficile, expert) ; et chaque niveau dispose de 5 circuits. Vous suivez toujours ? 6 X 5 X 5 = 150, oui cela fait 150 circuits disponibles ! Et cela sans compter les circuits puzzle et plateforme... Voilà des chiffres vertigineux.

Ensuite, pendant nécessaire du mode solo, le mode multi-joueur. En cela réside la grande valeur ajoutée de cet opus : sa compatibilité avec le wi-fi Nintendo qui manquait cruellement à la version DS. Jusqu'à 6 en wi-fi, jusqu'à 4 en écran partagé ou 8 en jeu en alternance, le multi-joueur s'est voulu très riche lui aussi.

Dernier grand atout de prospérité du jeu : l'éditeur de circuit. Créer ses propres courses, avec son paysage, ses décors, créer ensuite ses chronomètres, c'est donner au joueur un plaisir supplémentaire, peut-être le plus beau : mettre à l'œuvre sa créativité et son imagination, devenir plus qu'un simple joueur consommant un produit jetable une fois terminé, devenir un peu concepteur. Et sur ce point, la wiimote, pendant de la souris PC, rendait nécessairement le choix de la console Nintendo plus indiqué que les autres.

Et maintenant, à moi de faire un circuit !
Et maintenant, à moi de faire un circuit !
Pour autant, les aspects classiques d'un bon jeu vidéo, des trophées, une monnaie d'échanges (les coopers), des circuits à débloquer, des succès spéciaux à obtenir, un niveau d'expérience à augmenter, sont très présents, afin de maintenir bien sûr l'attrait du jeu. Quant à la difficulté, elle est dosée également comme dans tout bonne oeuvre vidéo-ludique : une augmentation progressive avec ses différents niveaux, une maniabilité différente des véhicules selon le type de circuits, une vision directe ou de haut, une conduite au volant ou à la manette + nunchuk, chacun d'entre eux présentant ses avantages et ses inconvénients. La petite dose de stress est elle aussi au rendez-vous, et il arrive ainsi de recommencer jusqu'à 15 fois le même circuit avant de trouver la trajectoire et la vitesse parfaite pour accomplir le temps or. Car il n'y a point de mini-plan du circuit sur l'écran, il faut donc dans un premier temps découvrir et mémoriser la course (partie très agréable) puis ensuite réfléchir à comment on s'y prendra pour l'accomplir idéalement (partie plus stressante). A l'improvisation, aux réflexes et à l'intuition d'un pilote, place est donc aussi faite à réflexion et temporisation.

Le mode wi-fi contient lui aussi tout ce qu'on y espérait : la possibilité de se créer un réseau d'amis via le code ami, ou via un système moins poussé de rivaux ; la possibilité d'affronter des joueurs du monde entier, un petit classement mondial, le téléchargement des circuits imaginés par les autres (à condition qu'ils soient parmi nos amis) et l'envoi de ses propres créations. Les joueurs ne se bousculent pas encore au portillon pour se confronter ou partager leurs circuits mais l'attente n'est en général par trop longue et aucun bug n'est à signaler (étant rappelé que le wi-fi Nintendo est en prime gratuit).

Elle est belle la rivière... Oups, pas tomber
Elle est belle la rivière... Oups, pas tomber
Enfin, quant aux circuits eux-mêmes, il fait bon de savourer des graphismes aussi esthétiques et travaillés sur la petite Wii. Il fait bon d'admirer des cieux aux couleurs enflammées, ou des pics enneigés, de traverser un cylindre métallique aux allures futuristes, de dégringoler d'une piste et de poursuivre librement son chemin sur les terres environnantes, de s'envoler à une vitesse folle au-dessus des rivières, de voir le monde à l'envers après avoir lamentablement raté un looping ou de quitter le tracé de la course pour visiter les bifurcations adjacentes qui ont presque l'allure de passages secrets.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur TrackMania. Mais rien ne vaut la pratique. Alors, à vos wiimotes pour vivre une expérience unique au travers d'une foultitude de facettes variées offertes par le jeu : instinct, réflexion, création, découverte, amusement, partage, communauté. Cette version Wii respecte totalement le concept PC et son pouvoir addictif. Un jeu incontournable pour les possesseurs de Wii, surtout s'ils n'ont jamais essayé TrackMania.

A découvrir

F1 2010 - Test

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques