Transformers : La Chute de Cybertron - Preview Hands Off

Les adaptations vidéoludiques des Transformers n'ont pas connu un franc succès, critique du moins, et seul un épisode s'est démarqué : La guerre pour Cybertron. Tout d'abord par son histoire à des années lumières de celles du film, enfin plutôt des millions d'années avant, alors que les Autobots et Decepticons se livraient une bataille qui allait détruire leur monde. Et surtout par sa qualité bien supérieure aux autres titres, même s'il ne s'agit pas non plus d'un chef d'œuvre.

Fort de ce premier succès, les développeurs de High Moon Studios étaient fiers de nous présenter plusieurs phases de jeu de sa suite qui sortira cette automne : La chute de Cybertron.
Fiers mais pressés... Ce premier aperçu fut donc court, mais suffisamment complet pour pouvoir nous faire une première opinion grâce à plusieurs séquences illustrant différents aspects du jeu.

Premier contact de haut vol ?


Vortex se la joue Jet

Notre première rencontre avec ce qui n'est encore qu'une version alpha a donc commencé avec Vortex, membre d'une unité spéciale de combattants des Decepticon. Pour atteindre son objectif et quelques plateformes éloignées, il se transforme en jet ou en hélicoptère (suivant son humeur) afin de se rapprocher de ses ennemis et froisser un peu de tôle. Ses déplacements en vol, bien que fluides et variés ; avec envois de projectiles et tout le tintouin ; semblent cependant un peu lent, ce qui n'est heureusement pas le cas des combats rapprochés, du bon gros bourrinage pour faire simple.

Car les Transformers, ce ne sont finalement que de grosses carcasses métalliques se changeant en véhicules surdimensionnés, puant l'huile et la testostérone. Et dans ce cas, seul un gameplay bien expéditif gonflé au beat'em all peut faire l'affaire.

Du gros, du lourd, du gros lourd


Hooooo, le gros Bruticus...

D'ailleurs, en parlant de gros et de gonflé... La deuxième séquence jouée devant nos yeux présente Bruticus, monstre Decepticon né de la combinaison des cinq Combaticons, dont Vortex rencontré précédemment. Ce géant haut d'une vingtaine de mètre s'énerve sauvagement contre les Autobots et leur vaisseau de transport, réalisant plusieurs attaques dévastatrices à base de lance flamme ou d'onde de choc, se protégeant parfois avec les pales d'hélicoptère de Vortex, qui n'est autre que son bras gauche.

Tout comme dans le premier épisode, le joueur alternera entre les deux camps, et nous voici donc enfin du côté des gentils, représentés ici par le célèbre Optimus Prime qui fait appel à un Titan encore bien plus impressionnant que Bruticus : Metroplex. Il est donc possible de commander pour une durée limitée ce robot d'une taille incommensurable, grand comme une ville, et qui montre que les développeurs ont voulu en mettre plein la vue niveau réalisation.



Optimus Prime, the Boss.

De ce point de vue, le jeu est plutôt propre pour une version alpha, et même si le level design restera un peu terne pour certain (c'est l'univers Transformers qui veut cela), il s'améliore par rapport au premier opus, avec une profondeur de champ mieux gérée par exemple.

Transformations, personnalisations, et petite déception

Revenons au principal : la transformation. Car c'est bien sympa de se changer en une multitude de véhicule, mais il y a t-il une place pour les amoureux des bêtes dans ce monde d'acier froid ? Et bien oui, enfin pour ceux qui aiment les animaux un brin sauvages et violents comme les Insecticons, bestioles métalliques que Grimlock affronte dans l'une des séquences présentées. Cet Autobot prend le dessus sur ses ennemis en se transformant lui aussi en bête sanguinaire : Un T-Rex bien énervé qui crache des flammes, broie ses adversaires d'un coup de patte et les projette d'un coup de queue. Comme dirait l'autre, les Dinobot, ça me botte.


Gentil le dino !  Gentil !!!

Nous finirons cette première présentation de Transformers : la chute de Cybertron avec un petit aperçu du multijoueur. Les membres de High Moon Studios présents ont insisté sur la personnalisation avancée des robots, car vraiment tout semble pouvoir être modifié comme on le souhaite ; du cosmétique au technique : tête, bras, jambes, roues, ailes, couleur et aspect du métal, armes, aptitudes,... De quoi passer de longues heures à customiser son perso, lui même caractérisé par quatre classes de combattants (enfin d'après ce que nous avons aperçu rapidement à l'écran) : Infiltrator, Scientist, Destroyer, et Titan.

Transformers : la chute de Cybertron promet de satisfaire les fans de la licence voire même les non-initiés avec du jeu d'action bien démonstratif. Ceux qui ont apprécié la guerre pour Cybertron devraient être conquis, sauf s'ils espèrent encore jouer en coopération à trois comme dans le premier épisode car cette possibilité a été simplement supprimée, jugée inadaptée pour ce nouveau chapitre. Un premier aperçu qui reste cependant convaincant, du moment que l'on aime les robots et les camions...

 


"Ca va rouiller !"

Partager cet article
A voir

SSX

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques