7/10

Trivial Pursuit - Test

Trivial Pursuit ne rivalise qu'avec lui-même au final. Mais c'est toujours sympa.

Il n'y a pas si longtemps de cela nous avons vu débarquer un Monopoly sur consoles. Le concept n'est certes pas nouveau puisque les jeux de société sont depuis longtemps repris sur nos petites bêtes de salon mais en cette époque de challenges graphiques, il faut avouer que ces sorties font tache dans le paysage. Il va sans dire qu'on comprend bien les motivations des éditeurs. De plus il est intéressant de créer la convivialité familiale dans cet univers initialement plutôt solitaire, les chiffres de Nintendo sont là pour en témoigner.

Trivial Pursuit possède au départ un habillage assez sobre sur plateau dans votre salon. A ce niveau, pas de changement. Il n'y a donc qu'un plateau proposé,
celui-ci perdu dans une grande pièce noire semble-t-il et ce probablement dans le but de vous donner l'impression de rester dans votre salon. Ca tombe bien, vous y êtes justement. Du coup, mis à part la manette qui sert à lancer les dés on n'imagine pas trop l'intérêt. Mais c'est sans compter sur l'ingéniosité des fabricants de rêve que sont les concepteurs de jeux vidéo. Sans aller jusqu'à proposer de leur ériger des statues, on remarque tout de même de nombreux efforts. Si dans Le Monopoly on se basait essentiellement sur les différents plateaux et un passeport à remplir pour débloquer des options, ici, rien à débloquer et rien à changer. Toutefois le plateau se modifie par lui-même.

En effet, bien que le jeu dispose d'un mode classique, les autres modes rendent le décor sobre presque futuriste. Les cases disparaissent une fois la question posée,
le stress augmente au fur et à mesure que le chrono affiche les secondes qui passent et que les cases se volatilisent par dizaines pour ne laisser qu'un espace vital assez restreint. Tout est fait pour rajouter un peu de fun dans un jeu assez conventionnel. Malheureusement ces diverses possibilités ne sont pas non plus en grand nombre et il vous faudra soit jouer aux défis solos (plutôt marrant et prenant) soit jouer à plusieurs et se battre avec acharnement dans un mode sympa mais pas non plus faramineux ou il vous sufira d'être vil ou malin plutôt que cultivé.  Le mode classique est d'une longueur insupportable et rappelle sans cesse les raisons pour laquelle la boîte du jeu prend la poussière depuis dix ans dans le garage. 

Les questions restent bien évidemment le nerf de la guerre. Il y en a assez pour ne pas se répéter et déjà une première série bonus est proposée en téléchargement sur le PSN. Notez que cette version cinéma est gratuite ce qui laisse présager de l'intérêt à long terme de l'achat du jeu. En effet celui-ci est relativement peu cher
par rapport au prix moyen des jeux vidéo. Notez aussi que le jeu de société est à peu près dans les mêmes prix en version papier et carton dans les magasins. Si les nouvelles séries de questions sont données cela devient particulièrement rentable.  Pour les questions donc cela se passera comme chez Buzz mais sans buzzer. Toutefois les touches de la croix directionnelle seront tout aussi efficaces. Parfois il faudra se déplacer sur une carte pour proposer une réponse ce qui est un peu ennuyeux lorsque l'on ne nous donne pas le nom des régions ou villes sélectionables. Cela rend la question  plus dure et légèrement plus frustrante. On ne comprends pas très bien ce choix. Même si ce n'est que pour rajouter un élement un tant soit peu interactif, celui-ci est mal calibré.

Trivial Pursuit est donc un agréable divertissement mais ne rivalise carrément pas
avec Buzz! le grand quizz en terme d'interactivité ni avec la gogolerie cartoonesque de Scene it. La voix de l'animateur est répétitive et pénible à supporter à la longue. On finit par couper le son après la première demi-heure. Le lancer de dé informatique est modélisé une fois de plus un peu n'importe comment. On aurait préféré une animation simple de dés lancés ou un résultat donné directement. L'animation du déplacement des pions est trop peu variée mais un effort à été fait depuis le dernier titre édité par EA. Ici les camemberts se font pousser des ailes ou des fusées à propulsion. Tout ceci n'est pas grandement remarquable dans un sens ou dans l'autre puisque la principale motivation de ce jeu est d'avoir raison.

Non ! Trivial Pursuit ne rivalise qu'avec lui-même au final. Mais c'est toujours sympa.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques