7.5/10

Twin Mirror - Test PC

Tags : twin mirror test sam video xbox dontnod

DONTNOD, le studio bien connu pour avoir créé une nouvelle forme de jeu narratif avec Life is Strange, démontre une nouvelle fois sa capacité d'innovation en nous offrant un thriller narratif et psychologique d'une finesse impressionnante : Twin Mirror.

Tout commence un peu comme dans les Life is Strange : une petite ville aux Etats-Unis, des dialogues à choix multiples, un peu d'observation, des personnages variés, un mystère policier, en l'occurrence une disparition puis un meurtre. Et puis tout bascule. À l'opposé de Life is Strange 2 où il n'y avait pas de véritable mécanique de jeu, ou trop peu, Twin Mirror nous fait soudain plonger dans le tourbillon des émotions du personnage que nous incarnons, le journaliste Samuel Higgs. Et dans ce tourbillon, nous, joueurs et joueuses avons du boulot. Car Samuel Higgs est dans un état total de dépression, accentuée par une tendance à la misanthropie qui s'est aggravée avec le temps et les expériences douloureuses qu'il a vécues, comme tout le monde.


Trouver le vrai soi.

Plusieurs séquences de jeu très immersives et nerveuse nous demandent ainsi de sortir Samuel de crises de panique en effectuant certaines actions à l'intérieur de son mental, où toutes ses angoisses et peurs seront matérialisées par des objets ou lieux différents. Il y a sur ce point un brillant travail graphique sur les symboliques artistiques, d'où la grande immersion évoquée. On aura ainsi droit à une course-poursuite très sombre ou à la filature d'un personnage dans une place vide aussi glauque que gigantesque. Sauf erreur de ma part, le seul jeu qui avait pu à ce point transformer les errances mentales de l'être humain en mécaniques de jeu était Illusion : A Tale of the Mind, mais dans un style bien différent quoique toujours très onirique. Autant dire que l'exercice de nous faire naviguer dans un tel univers mental est extrêmement difficile.

Autre innovation de taille, et totalement liée à l'introspection psychologique du personnage, ce sont des phases de jeu jamais vues jusqu'ici, en tout cas pour moi, consistant à mentaliser le passé ou le présent d'une scène, soit pour reconstituer des faits soit pour anticiper l'avenir. Car notre héros n'a pas que des faiblesses, il a aussi ses forces, et sa plus grande force, c'est sa capacité d'observation, de déduction et de réflexion. Bref, c'est la qualité de son défaut de misanthropuie ou l'inverse, l'un nourissant l'autre. On navique ainsi avec passion entre enquête policière et jeu d'action. Ces phases de jeu appelées "Palais Mental" requièrent une dose de réflexion et sont elles aussi dotées d'une très forte puissance artistique et symbolique qui nous absorbe totalement.


Reconstituer le passé

Enfin, dernière innovation, toujours liée aux précédentes et fruit là encore du travail génial effectué sur la personalité de Samuel et la navigation dans les chemins tortueux de l'esprit humain, c'est l'apparition de son ami imaginaire et les dialogues récurrents avec celui-ci. Non, il ne s'agit pas d'un Magnus façon Mortelle Adèle, ce ne serait pas assez glauque ha ha, mais il s'agit d'une partie de lui-même, la partie philanthrope et empathique qui veut aimer les autres, être aimé et partager. On ne comprend pas cela tout de suite mais peu à peu, et cela provoque un sentiment de mystère ajoutant à l'intérêt déjà grand pour ce jeu que, définitivement, on n'arrive plus à quitter. On imagine toute la réflexion que les développeurs ont  dû mettre pour la rédaction d'aussi subtiles dialogues. Vraiment chapeau bas pour ce boulot, cette créativité et l'imbrication de toutes ces séquences de jeu, le tout porté par la magnifique ban-son de David Wingo aux frontières d'un jazz un peu électro, du blues et de la country

Dans tout ce cocktail ultra-efficace, autant vous dire que les choix proposés seront plus difficiles que jamais. J'ai l'impression de dire cela à chaque nouveau jeu à scénario alternatif qui sort, mais là, on est carrément un cran au-dessus. Deux choix cruciaux seront proposés (un avant le dernier chapitre, un à la fin mais dans l'un des deux branches seulement). Pour le premier, ce n'était même plus de l'hésitation c'était une ambivalence totale qui m'a paralysée pendant au moins 5 minutes, pour le second, la tentation était grande de céder. Certains pourraient reprocher à ce choix crucial d'avant-dernier chapitre d'être peu schématique, de trop séparer l'inséparable, mais c'était un choix hyper intéressant, et ce choix d'un instant n'empêchait pas pour Samuel de faire l'autre plus tard dans un autre situation.


Ou anticiper l'avenir.

Le plus réussi au final dans cette oeuvre de DONTNOD est que les cinq fins différentes auxquelles on aboutit (à ce propos, 5 fins c'était vraiment bien) ne sont pas véritablement des bonnes ou mauvaises fins.Pas de manichéisme, pas d'idée de bon ou mauvais choix ; la vie, la vraie c'est bien plus compliqué même si parfois il est évident que certains choix sont à éviter tant ils sont mauvais. Si certes deux fins sont ainsi quand même très pourries, trois autres ne sont ni complètement positives ni complètement négatives. Chacune de ces trois fins fera payer un prix quelque part. J'invite ainsi absolument celles et ceux qui auront fait le choix d'un Samuel qui fait reculer sa misanthropie, à jouer l'autre alternative car il y a un coup de théâtre juste énorme qu'ils auront loupé. Pour ma part, ayant fait le choix d'un Samuel fidèle à sa capacité d'analyse, tout en lui donnant des touches d'empathie, je ne regrette pas, même si le prix à payer était lourd comme je m'en suis rendu compte en essayant apès coup l'autre alternative. J'ai ainsi eu une aventure à mon image, comme tous les bons jeux narratifs à scénarios alternatifs savent le faire, en premier lieu The Walking Dead bien sûr.

Seul immense regret : que c'est court et bien trop court ! Même pas 7H pour le finir, ajoutez une heure ou deux pour essayer les autres fins, et on n'atteint même pas les 10H. Quel dommage ! Ces idées étaient tellement brillantes que des séquences supplémentaires n'auraient vraiment pas été de trop ainsi qu'un peu plus de développement sur les conséquences de nos choix dans les fins. On a l'impression que DONTNOD voulait se dépêcher de finir et que certaines choses sont passées à la trappe. Loi des affaires oblige probablement, car il faut bien vivre et se nourrir.

À noter aussi un problème de proportion dans la taille de la jeune adolescante Joan, aussi bien sur le visage que le corps en lui-même. On dirait une gamine de 8 ans et non une adolescente de 13 ans.


Des choix cruciaux, ni bons ni mauvais.

Conclusion

Twin Mirror est un brillant jeu narratif à scénario alternatif, à la frontière de l'enquête policière et de l'introspection psychologique, qui propose des séquences de jeu de navigation mentale particulièrement immersives et envoûtantes, ainsi qu'une réflexion profonde et saisissante sur les chemins tortueux de l'esprit humain. Une telle oeuvre fait du bien dans notre époque numérique et binaire où on met tout dans des cases sans la moindre nuance ni subtilité.

Dans cette aventure que l'on peut construire à notre image, comme tous les bons jeux narratifs à scénarios alternatifs savent le faire, à aucun moment on ne s'ennuie et on dévore le jeu à toute vitesse, trop vite justement. Vous en aurez pour 8H maximum, rejouabilité incluse, ce qui est bien trop court et les fins, si elles sont passionnantes, s'avèrent malheureusement bien trop peu développées sur le détail des conséquences de nos choix.


Que faire avec cet ami imaginaire ?

Partager cet article

A propos de l'auteur

Aventures, enquêtes, mille et une énigmes, réflexion ; jeux aux thématiques profondes, originaux, décalés, indépendants, telles sont mes passions. De temps à autres, aussi du 100 % action. Féministe avertie, assoiffée de justice, je rejette toute forme de discrimination ; donc j'écris aussi en manga, BD, cinéma, livres, séries ou jeux de société.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques