6.5/10

Twisted Metal - Test

Faire du neuf avec du vieux, c'est dans l'air du temps, l'esprit écolo aidant. D'ailleurs, le secteur du divertissement qui utilisait parcimonieusement ce principe l'a maintenant rendu commun. Ainsi, lorsque qu'une franchise s'essouffle car surexploitée, rien de plus simple que de ressortir une licence ou un titre qui a rencontré la gloire quinze ans auparavant, après l'avoir évidemment actualisé.


Enfin des véhicules avec sulfateuses de série

I'm a reboot

Twisted Metal est donc le reboot d'une vieille série à succès ; principalement outre-atlantique ; qui s'était cependant dégradée sur la fin avant de faire un petit retour sur PSP en 2005 avec Head-On.
Décrire le concept est simple, c'est un croisement entre Karmageddon et Destruction Derby, du bon gros jeu bien bourrin où l'on use de la gomme sur une grande carte jusqu'à rester le dernier, unique survivant de joutes sanguinaires et explosives sur fond de musique nerveuse.

Les véhicules ; une quinzaine de monstres d'acier aussi identifiables et loufoques que leurs pilotes ; sont donc équipés en conséquence, armés jusqu'aux jantes, avec des spécificités différentes, des qualités, des défauts, et bien entendu la possibilité de les améliorer au cours de l'aventure.


Le camion de glace se prenant pour un Transformers n'est que l'un des 17 engins fous.

C'est un beau roman, c'est un beau défouloir

Dans le principe, elle s'articule comme dans les précédents épisodes autour de chapitres axés à chaque fois sur un participant différent, sauf qu'ils sont ici réduits à trois : l'emblématique clown psychopathe Sweet Tooth, Mr Grimm, et la petite Dollface. Leur objectif commun : remporter le tournoi du Twisted Metal organisé par le puissant Calypso, promettant de réaliser le vœu le plus cher du gagnant.

Dans la réalité, on enchaîne des combats au volant de son bolide, traversant en long et en large de grand niveaux plus ou moins destructibles afin d'éliminer tous ses adversaires, gagnant plusieurs « courses » avant d'affronter un boss coriace. La jouabilité est évidemment purement arcade, avec des véhicules raides, des graphismes un peu daté, et des commandes peu intuitives par défaut. Un tour par la case entraînement est donc préférable car tous les boutons sont sollicités, et maitriser les vrais rouages du titre et les "subtilités" de l'armement demande de l'expérience. Une fois le difficile moment de la prise en main passé, on peut alors commencer à se distraire réellement en froissant de la tôle, beaucoup de tôle, et en pestant contre ses ennemis qui donnent l'impression de tous s'acharner contre vous, quelle injustice.


Quand on vous dit que leurs véhicules ne tournent pas rond ! Et pourquoi pas un hélicoptère aussi !

À plusieurs, c'est meilleur

Et oui, seule la loi du talion règne dans Twisted Metal et il ne vous restera qu'à vous allier avec un ami en écran splitté pour vous venger et massacrer tous ces bots, avant d'en profiter pour le détruire lui aussi !
Car le principe de la série, un bon gros défouloir, n'est véritablement plaisant qu'à plusieurs. Les joueurs qui ont encore des attaches sociales seront ainsi ravis de pouvoir affronter jusqu'à trois copains assis dans le même canapé, possibilité se raréfiant avec le développement des gros modes multijoueurs en ligne. Celui de Twisted Metal propose d'ailleurs des combats acharnés jusqu'à 16 concurrents sur 8 grandes cartes diversifiées et portionnables pour donner plus de rythme.

Ne reste alors qu'à choisir le mode de jeu vous convenant, entre les classiques « Match à mort », « dernier homme debout », « Chasse », seul ou en équipe, et le plus original « Explosion nucléaire » qui consiste à attraper un membre désigné de l'équipe adverse afin de le transformer en missile pour détruire des cibles ennemis, du grand délire !



Tu as bien rebooté ?

Twisted Metal nouvelle version satisfera les fans de la premières heure qui retrouveront l'esprit glauque et dérangé de la licence. Ils seront peut être déçus par le peu de personnages du mode solo, mais devraient se satisfaire en se défoulant de longues heures en ligne.
Un titre à conseiller pour les mordus de jeux sans prise de tête typés arcade/action, pas vraiment beaux mais simplement fun. À éviter pour tous les autres, ceux qui se lassent vite lorsqu'il n'y a pas vraiment de trame scénaristique ou qui n'aiment simplement pas tourner en rond en tirant sur tous ce qui bouge. Bref, ça défoule un moment mais ça peut vite ennuyer.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques