7.5/10

Typoman - Test Wii U

Un puissant hommage à la force des mots et des livres sur le mal, la violence, la haine et la barbarie.

En juin dernier, lors de sa présentation au cours du programme "nindies", Typoman nous avait interpellés par l'originalité de son concept, consistant à utiliser des lettres et créer des mots pour progresser dans un univers glauque à deux dimensions, et associant réflexion à plates-formes. Nous ne pensions pas que le jeu irait aussi loin et qu'il serait d'une si vibrante actualité. Avez-vous déjà vu des citations littéraires comme aide dans un jeu vidéo ? Typoman l'a fait. Avez-vous déjà vu un mot se transformer en monstre sous vos yeux dans un jeu vidéo ? Typoman l'a fait. Avez-vous déjà vu une bestiole vous donner l'antonyme d'un nom ? Typoman l'a fait. S'agit-il d'un jeu éducatif ? Mais pas du tout. Typoman est un jeu vidéo à part entière, soigné graphiquement, à la maniabilité impeccable, qui vous prend aux tripes dès les premières minutes par son atmosphère envoûtante. S'inscrivant dans les classiques de la plate-forme en 2D, il nous fait incarner un petit bonhomme fait de trois lettres, que l'ont fait avancer sans fin et qui doit, bon gré mal gré, surmonter des obstacles de plus en plus grands et puissants. La variété de ceux-ci, passage obligé pour maintenir l'intérêt de jeu, s'associe avec la multiplication des jeux de lettres qui sont proposés. Les lettres sont tantôt des lianes, tantôt amovibles de manière autonome pour nous piéger, tantôt cachées. Les obstacles sont aussi bien des objets (murs à baisser, plates-formes à monter, becs à gaz enflammés, vastes trous, seringues empoissonnées) que des ennemis tangibles, plus ou moins grands. 


Séparer RE de VOLT, ça baisse la caisse du bas, puis faire l'antonyme de LOSS et, je vous laisse deviner la suite ; bref, c'est loin d'être facile.

Les énigmes, par la variété des mécanismes, sont toujours nouvelles et ne créent aucun sentiment de répétition ni de lassitude. Loin d'être aisées, elles sont même parfois particulièrement ardues, car il ne suffit pas toujours de trouver le bon mot. Il faut aussi parfois penser à l'écrire plusieurs fois pour actionner certains mécanismes, à récupérer des lettres dans des endroits peu accessibles, à actionner des leviers pour libérer des lieux, ou à placer les mots ou les lettres à des endroits précis, parfois au millimètre près, sans parler du système, qui apparaît au chapitre 2, et permet de créer des antonymes ! Le tout combiné, nos neurones chauffent bien, comme l'illustre l'image ci-dessus. Fort heureusement, un système d'aide nous donne le mot à utiliser quand on ne le trouve pas. Il n'est pas juste balancé bêtement sur l'écran de la mablette, mais proposé sous la forme, comme je le disais plus haut, d'une citation lourde de sens et de puissance. Personnellement, bien que j'ai horreur de regarder la solution comme tous les fans de jeu de réflexion, je prends presque plaisir à la regarder systématiquement pour profiter de ces phrases emblématiques. Et puis, le jeu n'étant qu'en anglais, c'est parfois indispensable. Certains mots, c'est à peine si je les connaissais. On regrette d'ailleurs l'absence de traduction, ce qui interdira l'accès du jeu aux plus jeunes. C'est d'autant plus dommageable vu l'extraordinaire facture de Typoman.


Les gaz en vert : une symbolique multiple.

Cette aide est aussi indispensable dans certaines phases d'action très ardues où le timing est particulièrement serré. À la fin du chapitre 2 notamment, il est complètement impossible de créer le mot nécessaire sans se faire tuer par un très vilain ennemi. Fort heureusement, on peut alors le créer via la mablette en touchant le mot adéquat de la citation puis en remettant les lettres dans le bon ordre avec le stylet. Autant vous dire que l'aspect plate-forme est donc loin d'être secondaire. C'est en tout cela que Typoman est un jeu vidéo à 100 % mais avec un sens et une symbolique des plus profonds et des plus rares, par son concept. L'univers graphique et sonore, et le choix des images soutiennent et développent cette symbolique : l'univers grisâtre, enfumé, parfois enflammé et de dépotoir industriel n'est pas sans nous faire penser à l'immense problématique de la pollution ; les montagnes de lettres en train de brûler nous rappellent les autodafés ; les seringues et les gaz de la fin du chapitre 1 peuvent nous rappeler au choix la peine de mort par injection, les ravages de l'industrie chimique (médicamenteuse ou non), les chambres à gaz de la deuxième guerre mondiale, les armes à gaz de la première guerre mondiale ; les armes pointues et tranchantes des membres des ennemis font à l'évidence écho à toutes les armes blanches utilisées pour la guerre et la torture. Et j'en passe. La symbolique est constante et permanente. C'est véritablement impressionnant.


Si petit et fragile, mais les mots sont puissants.

A l'heure où la barbarie fait toujours rage dans notre monde, à l'heure où encore la moitié des pays de la planète ont recours systématiquement à la torture (pas besoin d'aller plus loin qu'au Maroc pour s'en rendre compte), à l'heure où des hommes et des femmes dont on ne connaîtra jamais le nom subissent les assauts de la haine dans la plus grande violence, Typoman nous rappelle que les mots des écrivain-e-s du passé sont et seront toujours les plus forts. Les images du jeu où des montagnes de lettres sont jetés au bûcher, parallèle évident avec les autodafés, nous montrent que les régimes despotiques l'ont très bien compris. Leur premières cibles sont les livres, l'art et la culture. Alors, même si les développeurs n'y avaient certainement pas pensé quand ils ont commencé à travailler sur Typoman, merci à eux de nous offrir cette ode pleine d'espoir en ces temps que les gens trouvent si sombres. 

Crédits 

Durée de vie : bien trop courte pour un jeu si génial, à peine 5H ! 

Sauvegardes intermédiaires automatiques à la fin de chaque défi : très bien vu, cela évite de trop recommencer et donc de se lasser et s'énerver.

1 prologue et 3 chapitres avec un boss de fin.


Parfois, il faut juste courir et fuir, comme dans la vie.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques