A DECOUVRIR
9/10

Uncharted 2 : Among Thieves - Test

C'est dans ce dosage savant de textures et de grands espaces que l'on retrouve le talent des équipes de Naughty Dog avec cette fois-ci un vrai trésor, une vraie fortune vidéoludique pleine de bonnes trouvailles et de vieilles recettes. Un bijou.

Il y a environ deux ans, Nathan Drake, héritier illégitime de Sir Francis, faisait son apparition sur la console de salon de Sony dans un doux jeu au nom explicite de Uncharted :Drake's Fortune. A l'époque, les échos de la critique ne faisaient que scander leur bonheur d'autant de fraîcheur en organisant des buchers à la vanité de Naughty Dog, Le développeur inespéré de cette toute première saga d'aventure sur PS3. Et il faut bien avouer que la fortune de notre Indiana Jones nouvelle génération était effectivement d'une grande fraîcheur et d'une qualité technique qui reste encore supérieure à un grand nombre de jeux sortis depuis sur le même support. On attend donc beaucoup des deux années de travail qu'a nécessité cette suite tant attendue. Alors, fiction, réalité ou photo réalisme? 

Pour la petite histoire, votre protagoniste préféré se voit proposer une toute nouvelle
aventure par un vieil ami baroudeur au look de glandeur international assez détendu. Il est accompagné d'une jolie aventurière que l'on découvre assez vite être la petite copine secrète de Nathan (en mode agent double donc). Ensemble, les voila partis à la recherche d'indices précieux pour retrouver la cité mythique et mystique de Shangri-La. L'aventure commencera un peu plus loin, (de flashbacks en flashbacks) dans une situation périlleuse ou Mr Drake est accroché le long d'un train qui tangue en bordure de falaise. Une première occasion  de mourir à laquelle il vous faudra trouver un échappatoire car cet homme suspendu au bord du gouffre, c'est vous. Rendez vous à Borneo.

Si Uncharted : Drake's fortune nous avait séduit par sa maitrise  de la palette graphique et des effets visuels léchés à son illustre date de sa sortie, on arrive de nos jours à des sommets sur la console de Sony dans ce deuxième volet.Et ici il
n'est pas question que des décors grandioses de l'Himalaya. Les couleurs sont délicieuses et les textures sont travaillées jusqu'à l'extrême limite associant des tonalités criardes et basiques d'une pureté très travaillée. On ne se lasse pas d'observer tous ces murs décrépis et les quelques bouts de ferraille ou écorchures (où l'on pourra se frayer un chemin en hauteur) qui s'y cachent. L'animation des personnages s'associe à cette excellence avec brio et lorsque vous parcourez la Jungle par exemple, des perles de lumière viendront se déposer sur les épaules de votre héros et de ses coéquipiers donnant une impression d'immersion en milieu hostile, nous invitant directement dans ce voyage qui commence au bord d'une plage dans un paradis terrestre. Le lointain sous toutes ses formes est presque trop détaillé pour nos yeux et les vues aériennes lorsque vous parcourrez le Nepal sont tout simplement belles et magiques. Chaque lieu bénéficie d'un traitement de faveur et du savoir faire de la franchise et les progrès entre les deux opus ne se comptent même plus tellement ce soft est abouti. On se sent vraiment dans un film d'aventure, portés par une caméra toujours savamment placée pour le prochain événement scénarisé.

Et dans le monde de Nathan il n'y a jamais un moment de répit ce qui multiplie donc les possibilités d'extase visuelle. Lorsque l'on touche au gameplay d'un peu plus près, on se rend compte que celui ci reste fidèle à lui même ce qui n'est pas pour nous déplaire étant donné le sans faute du premier épisode dans ce domaine. On y
découvrira bien sûr quelques limites des plus subtiles dans les modes de difficulté élevés. Il faut dire qu'ici il ne s'agira que de la composante third person shooter dont l'approximation sur console restera un grave problème pour les non possesseurs de Frag FX ou de Fragenstein. Pour ce qui est de l'ergonomie de la manette et de son utilisation instinctive des multiples boutons qui correspondent à autant d'actions disponibles, il n'y a pas de surprise puisque cela se prend en main à la perfection. L'un dans l'autre, quand on additionne la composante gameplay à la scenarisation efficace (et ses moments de mise en situation filmées en quantité), on pourrait même se sentir engouffrés dans un film interactif ou les actions sont limitées. Cette mauvaise impression ne fait heureusement que nous effleurer l'esprit lorsque certains passages un peu longs ne cessent leur diatribe d'images. Mais on commence à se dire que si le jeu est une magnifique vitrine technique où il yen a pour tout le monde il est aussi un spectacle plus qu'un jeu et que donc par définition il ne se destine pas vraiment aux gamers. Et c'est là qu'on aurait tord puisque pour ces derniers on rajoute un mode multijoueur très efficace qui va au delà de la simple curiosité mais nous en parlerons un peu plus tard.

En plus de toute cette quasi perfection, Uncharted 2 possède une histoire qui fait suite à Uncharted premier du nom avec une bonne dose d'humour et de nombreuses scènes d'action où notre héros reste identifiable à un jeune garçon de tous les jours légèrement baroudeur et très inconscient sur les bords (et peut être un peu au milieu). La puissance du titre réside dans cette simplicité enrobée de magie. Sony nous offre également une durée de vie étendue pour son soft phare de l'hiver en nous présentant  quelques nouveaux personnages secondaires (des méchants et des gentils méchants) et en nous proposant une aventure qui se déroule entre onze et quinze heures selon le niveau de difficulté choisi (contre 7-8 heures précédemment) ainsi qu'un mode multijoueur assez conséquent. C'est donc avec bonheur qu'on se laisse tenter par la nouvelle composition. On passe ainsi de 60 trésors à trouver à une petite centaine. On élargira aussi sa connaissance du monde au passage, le nombre de situations rencontrées donnant lieu à des affrontements contre hélicos suréquipés, des vol planés montagneux, des escalades de poignards
géants, des expéditions punitives depuis les poutrelles anciennes du toit du monde, ... Le mode online est vraiment très sympa et fouillé. Il offre vraiment la possibilité de s'amuser pendant un certain nombre d'heures supplémentaires tel un très bon online de FPS. Outre un mode co-op qui permet de refaire une partie des cartes par groupe de trois, vous aurez accès à un espèce de Deathmatch basé sur plusieurs éléments de compétition.  Le gameplay y est un peu plus punchy, délié et nerveux et vous pourrez par exemple devenir un expert de la bastonade à la chaine contre la bonne vingtaine d'ennemis, ce qui ne marche concrètement pas dans l'aventure solo. Les options sont assez variées et la qualité graphique reste aussi au rendez vous de ce mode de jeu. Une très grande réussite là ou on ne l'attendait pas donc. Il y a des niveaux à passer, des éléments à débloquer et une nouvelle expérience de jeu en perspective. Très joli coup de la part de Sony et ND, très bien pensé.

Autant de nombreuses raisons de se mettre tout de suite à Uncharted 2. Le jeu est
une des plus belles réussites techniques de la console. Aussi prenant qu'un vrai bon film avec ses 26 épisodes régulièrement découpés dans un scénario à toute épreuve bien qu'il ne regorge pas d'originalité, il est aussi beau qu' équilibré et prend en compte toutes les bonnes composantes nécessaires à un bon jeu spectacle. C'est dans ce dosage savant de textures et de grands espaces que l'on retrouve le talent des équipes de Naughty Dog avec cette fois-ci un vrai trésor, une vrai fortune vidéo ludique pleine de bonnes trouvailles et de vieilles recettes.Un bijou.

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    16/11/2009 à 13h45

    Répondre

    Trop Court . Terminer En 9 heures !!!

  • Mandark

    26/11/2009 à 11h41

    Répondre

    YA HA!

  • Anonyme

    20/02/2010 à 20h17

    Répondre

    OUAI OUAI OUAI

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques