8.5/10

Vietcong - Test

Il fallait bien que ça arrive un jour. Le nombre de doom-like sur la seconde guerre mondiale (type Medal Of Honor) frôlant l'overdose, il a fallu passer à autre chose. Le Vietnam n'est pas une guerre très populaire. Massacres perpétrés, vétérans bafoués, prisonniers abandonnés sans parler de l'état du pays dans lequel les Américains l'ont laissé à la fin de la guerre. Mais il y a bien eu un paquet de films sur le conflit. Alors pourquoi pas un jeu ? Après tout, on a fait des jeux sur des conflits aussi atroces et bien plus récents.
Le jeu a été développé par les Tchèques d'Illusion Softworks à qui on doit l'excellent Mafia. Ce détail a son importance et se ressent dans le jeu : le conflit est vu de façon neutre, les Américains ne sont pas glorifiés et les Vietnamiens du Nord ne sont pas diabolisés. On ressent plus la haine envers le communisme (le Printemps de Prague ne vous dit rien ?)
Pour conclure ce passage moralisateur, voici donc ce que Vietcong propose : la guerre et rien d'autre, vue d'une façon assez détachée comme Operation Flashpoint.

Bye Bye Jenny ! On m'envoie au Vietnam !

Dès les premières minutes, on est plongé dans l'ambiance. On survole les rizières à bord d'un hélico pendant qu'un soldat nous parle et qu'on entend une musique des 60s. On finit par se poser au camp de Nui Pek, le camp des forces spéciales auxquelles vous, le sergent chef Steve Hawkins, appartenez. Le chef de la base vous amène à votre nid douillet (un bunker façon "cité U") qui sera par la suite le lieu où vous entreposerez vos souvenirs de guerre et où vous reviendrez entre deux missions. Là encore, ambiance garantie avec des fausses photos d'époques, une radio, parfois un flingue démonté...
C'est déjà l'heure d'aller au briefing (parfois interactif). Avec cartes et photos, le chef vous montre vos objectifs et vos coéquipiers se lancent des vannes ou font des commentaires du genre "montrez moi ces enfoirés de communistes et je leur fais la peau !". Après, il y a le passage obligé par l'armurerie où vous prenez une arme de poing et un fusil. Le choix des armes augmentera au fur et à mesure des missions et intègrera celles que vous ramassez sur l'ennemi. On vous amène en hélico ou en jeep au point de largage et vous voilà en pleine jungle avec votre équipe, votre armement, une boussole et une carte peu précise. Vous commencez à marcher tranquille quand soudain, venus d'on ne sait où, surgissent un paquet de Vietcongs des fougères et ils commencent à vous arroser.

Cours Forrest, cours !

Les combats sont fidèles à la réalité et très prenants : l'ennemi arrive de n'importe où, n'importe quand, se fond très bien au décor, se cache, bouge... On met du temps à comprendre au départ d'où viennent les balles. Puis on se ressaisit, épaule son fusil et commence à descendre quelques Vietcongs. Heureusement que vous n'êtes pas seul. Une gestion d'équipe légère mais suffisante permet de se faire soigner, d'envoyer votre brute épaisse en avant ou de leur dire de rester silencieux. En fait, l'IA de vos équipiers est souvent suffisante pour qu'ils agissent très bien d'eux-mêmes sauf quand ils restent bêtement bloqués derrière un arbre...
Quoi qu'il en soit, l'intensité des combats est impressionnante surtout lors des missions de défense de base où il en arrive de tous les cotés. Lors des courtes pauses, vous appelez par radio vos supérieurs pour faire le point et apprendre quelques joyeusetés du genre l'absence de renfort. Vos objectifs seront on ne peut plus classiques mais proposeront un grand nombre de situations différentes : être accroupi dans les marais sous une pluie battante avec des balles sifflant de tous les cotés, désarmer des pièges, ramper dans une tranchée pour éliminer des mitrailleurs, conduire une jeep à toute pompe dans la montagne, arroser l'ennemi depuis un hélico, faire sauter un village à la grenade,... Par contre, il est dommage devoir se farcir à deux reprises des kilomètres de galeries creusées dans le sol à la recherche de deux pauvres ennemis. Ces passages sont vraiment des tunnels (elle était facile celle-là...).

Charly est partout !

Graphiquement, on oscille entre le sublime et le potable. Jamais une jungle n'aura a été aussi belle. On ne voit pas à dix mètres tellement c'est touffu et on flippe pas mal car on sait que ceux d'en face nous attendent, l'AK-47 à la main. La pluie et tous les effets d'eau sont aussi remarquables. Il faut voir les cours d'eau et les cascades pour le croire ! Les soldats US sont très bien modélisés mais c'est plus leurs animations qui sont étonnantes de réalisme. Par contre, les Vietcongs sont assez moches, les passages dans les tunnels font peur à voir et le napalm est pitoyable. Bien plus que les graphismes, le jeu innove par plein de petits détails comme le fait d'avoir les oreilles qui sifflent après une explosion ou celui de pouvoir enjamber un tronc plutôt que de sauter par dessus.
Une fois le mode solo fini, ce qui vous prendra assez longtemps pour un doom-like moderne, vous pourrez toujours faire des quick fight (des escarmouches avec des tonnes d'ennemis à dessouder) ou bien quelques parties fort sympathiques en multiplayer.

Vous l'aurez compris, Vietcong est un très bon jeu. Intelligent et très prenant, moins scripté que Medal Of Honor Allied Assault, moins tactique que Operation Flashpoint, Vietcong innove et étonne pour peu que votre bécane soit assez puissante. Quand au contexte du jeu, à vous de voir ce que vous dicte votre conscience...

Partager cet article

A propos de l'auteur

    1 commentaires

    • Vash the Stampede

      07/09/2003 à 00h00

      Répondre

      Vietnam, 1967. Vous arrivez en hélicoptère UH-1D (avec la gueule de requin peint sur le fuselage) au camp de Nui Pek. Vous y ferez connaissance avec votre équipe en tant que 1er sergent-chef. On decouvre à travers les nombreuses missions qui suivent une jungle saisissante de réalisme. On à l'impression de ressentir la moiteur de ce milieu hostile, ou grouille les Vietcongs et leurs pièges. Si vous vous attendez à un FPS de type "Quake" passez votre chemin ! Ici, pas moyen de courir à travers la jungle en enchainant les frags ! Non, c'est réaliste et la moindre balle risque de vous être fatale si ce n'est pas un piège qui vous fera recommencer cette mission. La flore rend le champs de vision très limité ce qui force une progression lente dans le jeu, à l'aguet du moindre mouvement.
      L'immersion est totale : graphiquement, mais aussi avec l'environnement sonore exceptionnel ! En effet, dans ce jeu les Viets parlent viet, les Ricains parlent ricain ; le bruit de la pluie et du tonnerre nous semblent venir de l'exterieur (oui, dehors, pas de votre PC) ; le bruits des obus et des balles qui sifflent près de vous ; et la musique directement issue des 60's avec par exemple le "I Wanna Be Your Dog" des Stooges.
      De plus, ce jeu ne s'arrête pas aux missions solos, et il prend une dimension supplémentaire en multijoueurs. Plusieurs mode de jeu classique (LMS, CTF...), mais aussi plus rare comme le Coop.
      Vous cherchez un bon jeu sur la guerre, réaliste et prennant ? N'hésitez pas et sautez sur Vietcong.

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques