8.5/10

Virtua Tennis World Tour - Test

Sorti depuis un bon moment sur Dreamcast, Virtua Tennis 2 fait toujours office de référence du jeu de Tennis au coté de Top Spin, sorti beaucoup plus récemment sur X-Box.
Après une adaptation sur Play2 très décevante techniquement, les développeurs de Sumo digital avait fort à faire en proposant une adaptation réussie sur la nouvelle console portable de Sony.

Le jeu est sous-titré world tour, pourtant il est quasiment identique en terme de contenu par rapport à Virtua Tennis 2 et propose uniquement des joueurs réactualisés avec des noms plus récents tels que Fédérer, Roddick, Grojean, Sharapova et Mauresmo. On a accès aussi à quelques mini-jeux assez anecdotiques en guise de supplément.

Une plastique de toute beauté

Bon j'arrive au point essentiel de cette conversion c'est à dire l'aspect technique du jeu. Je ne vais pas faire durer le suspens très longtemps : le jeu est techniquement aussi réussi que la version Dreamcast et fait oublier la demi-déception de la version Play2. Les animations sont impeccables et variées, les différentes surfaces de jeu sont impeccablement modélisées sans aucune traces d'alliasing et la vitesse du jeu et les sensations sont remarquables. Par contre, les visages des joueurs sont à hurler de rires tellement qu'ils sont ratés et c'est affligeant de voir de nos jours des modélisations aussi pathétiques et le public est toujours un amas de 2D mal faite.
Cette version amène toutefois avec elle une tare technique actuellement présente sur la majorité des jeux PSP : les temps de chargement, provoquant de courts freezes pas très gênants à la fin des échanges mais sont surtout responsable d'une navigation dans les différents menus du jeu insupportable à cause de loadings incessants.

L'apparence c'est bien beau mais moi c'est l'aspect intérieur qui m'intéresse

Au niveau des modes de jeu, on a toujours droit aux matchs d'exhibition, aux tournois, au mode partie rapide permettant de lancer un match en une seule pression de bouton, le jeu se chargeant de choisir les joueurs ou joueuses et le terrain, et au fameux mode world tour permettant d'entraîner ses deux petits poulains et de les faire grimper les échelons pour devenir numéro 1 mondial. Le mode multijoueur en wifi est bien évidemment présent et permet de faire des parties d'anthologie avec ses potes : c'est l'énorme point fort du jeu et sert de référence de part son gameplay équilibré et la convivialité qui se dégage des parties notamment en double.

Ce plat de résistance en solo est donc divisé en 2 parties : une dans laquelle on fait des mini-jeux à la difficulté croissante permettant d'augmenter les aptitudes de son joueur et de sa joueuse et l'autre dans laquelle on fait des tournois en simple ou en double pour gravir les marches du classement mondial. On peut aussi aller dans des boutiques pour s'acheter des nouveaux accessoires et équipements plus performants. Ce mode prend de l'intérêt au fur et à mesure que ses joueurs progressent car les débuts sont vraiment laborieux et peu intéressants tellement que nos petits protégés sont faibles dans tous les compartiments du jeu. De plus, les mini-jeux, indispensables à la progression, lassent à force de les enchaîner, ne sont pas super passionnants à la base et gagnent tellement en difficulté qu'ils sont en plus énervants.

En terme de gameplay pur, le jeu est plutôt arcade mais comprend suffisamment de finesse pour ne pas lasser le joueur. Le jeu est rapide, il y a très peu de fautes, les retournements de situation sont fréquents et les sensations sont très bonnes.
Gros bémol par contre au niveau des jeux de service : le service n'est souvent pas assez décisif et les retours sont souvent bien trop puissants ce qui fait qu'on est plus souvent en difficulté en tant que serveur que retourneur ce qui vraiment dommage et frustrant même pour un jeu orienté arcade.
Quand à l'IA, elle a la fâcheuse tendance à anticiper très facilement la direction de vos coups dans les modes de difficulté élevés ce qui est très énervant.

Un grand remerciement à Sony pour ce joystick de ....

Au niveau jouabilité, là encore la PSP ne fait pas merveille et le joystick est tellement mal placé que dès que les échanges sont un peu trop acharnés, ce qui est souvent le cas, on a des crampes au pouce très fréquemment ce qui est très énervant. Quand à la croix, elle manque vraiment de précision.

Conclusion

Virtua Tennis World Tour est donc une excellente adaptation du jeu culte, sorti sur Dreamcast voilà bien longtemps et qui fait toujours office de référence dans le domaine du jeu de tennis, mais qui pêche par des problèmes liés au support (temps de chargement excessifs et joystick mal placé) et par les petits soucis du jeu original notamment des jeux de service très déséquilibrés et une IA tricheuse.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques