4/10

Viva Piñata Party Animals - Test

Incarner des morceaux de papier mâchés peints en couleurs vives, plutôt amusant, non ? Mais pas de quoi renverser le monde des party games.

Sous prétexte de faire revivre une licence qui n'a pas connu le succès qu'elle aurait pu mériter, Krome Studios et Microsoft déclinent l'univers de Viva Pinata, et l'adaptent façon Party Games.

L'ours, cet animal aérien
L'ours, cet animal aérien
Malheureusement n'est pas Mario Party qui veut, et c'est un gros coup dans la tête qu'on aimerait se prendre après tout juste quelques minutes de jeu... histoire de pouvoir oublier. Mais il est trop tard, on a déjà sélectionné un Pinata, peu importe lequel, ils ne présentent pas de différences notables, si ce n'est physique ; et on a déjà validé la participation à un circuit. C'est étrange, on ne choisit pas le moins du monde le genre de party games auxquels ont veut jouer. On se contente de souhaiter faire, par exemple, 3 courses, et entre chacune, un certain nombre de jeux ; le reste est aléatoire.

Effectivement, Viva Pinata Party Animals a pour éléments central des courses. Un peu à la manière de Mario Kart on trace à fond les ballons afin d'être le premier à franchir la ligne d'arrivée. Mais on se contente de courir, tant et plus, tout en récupérant quelques items, qu'on active immédiatement, puisque l'aspect tactique est inexistant. Un pot de miel ralentit les ennemis, des tapis roulants accélèrent la courses... Et c'est à peu près là tout le suspense. On ramasse, on lance, on court. Seulement cela. Autant dire que ce n'est pas très difficile, les faux pas étant très rares...

Aha ! C'est toi le chat !
Aha ! C'est toi le chat !
Niveau party games à proprement parler, la variété est heureusement la bienvenue. Dommage qu'on ait l'impression d'avoir déjà vu les mêmes jeux mille fois. On passe le plus clair des épreuves à pousser ses ennemis et à ramasser des bonbons. Beurk.

Horripilant au possible, le tableau des scores qui sanctionne chaque fin d'épreuve ne peut être squizzé. Au bout de 10 épreuves on craque... La xbox 360 part vers de nouvelles hauteurs, et explose tous les records de lancers de poids.

Pourtant, malgré le manque de difficulté, l'absence d'intérêt, on se sent obligé d'être indulgent. On ne peut s'empêcher de penser que notre petit neveu trouvera avec ses cousins l'occasion de se fendre la poire dans un monde où tout est couleurs vives, sons fantasques et voix amusantes.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

2 commentaires

  • Fen-X

    30/11/2007 à 08h19

    Répondre

    En France, nous le voyons comme une licence dont le succès a été très
    mitigé (c'est le moins que l'on puisse dire) qui tente de faire son
    retour.


    Mais la donne n'est pas du tout la même aux USA. Viva Piñata, c'est
    un dessin animé de 4Kids qui a (paraît-il) pas mal de succès auprès du
    jeune public. C'est donc un moyen de s'assurer un minimum de ventes, et
    de viser un public un peu plus large avec la 360.

  • Luz

    02/12/2007 à 22h56

    Répondre

    Ca à l'air aussi beau qu'un jeu wii !


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques