6.5/10

Viva Piñata - Test

La simulation de vie accessible aux plus jeunes, c'est le programme que propose Viva Piñata à travers la culture d'un jardin dans lequel s'ébrouent des créatures de papier mâché.

On avait déjà eu l'occasion de jeter un oeil sur Viva Piñata lors de sa sortie sur Xbox 360. Mais les aléas ont fait qu'on n'avait pas pu y consacrer plus de quelques minutes, rendant toute notion de test impensable.

Avec la version PC toute fraîche de Novembre dernier, on se rattrape enfin. A nous les animaux en cartons peinturlés de toutes les couleurs !

L'accueil est coloré
L'accueil est coloré
Viva Piñata fait partie de ses jeux qui laissent penser que les concepteurs sont des gens pas comme les autres, qui aiment bien pêter un câble de temps en temps. Et c'est rien de le dire. Comment, autrement qu'en surmenant ses méninges peut-on s'imaginer dans la peau d'un jardinier qui grâce à ses compétences bâtira un véritable écosystème vert dans lequel de petites animaux viendront s'épanouir ?

Qui peut bien avoir imaginé reprendre les fameuses piñatas mexicaines afin de rendre le cycle de la nature dans toute sa diversité, tout en en minimisant la violence ?

Tel est pourtant le visage de ce jeu. Aucun but véritable si ce n'est d'encore, et toujours, cultiver son jardin ; de façon à faire dans l'esthétique, mais aussi dans le grandiose et le vivant.

Tout commence avec une pelle.

L'appel de la terre
La pelle de la terre
Un vieux terrain en friche est rapidement passé à tabac afin de révéler tout son potentiel. Quelques graines de gazon, et c'est parti ! Attirées par ce nouveau revêtement humide et terreux, de petites créatures, semblables en tout point à des vers de terre vont essayer de s'installer chez nous. On les aime bien, alors on leur construit une cabane. De petits coeurs vont commencer à flotter au dessus d'elle... C'est signe que le printemps les travaille.

Apporte moi ton coeur.

En deux clics de souris, on incite les créatures à se faire la cours... et ce qui devait arriver arriva. Elles copulent. Non pas corps contre corps comme vous pouvez l'imaginer : ces petites bêtes sont en papier mâché, elles évitent tout contact pouvant générer une transpiration qui les marquerait à vie. Cependant, elles ont besoin de métaphore, et c'est donc nous qui allons nous y coller : en suivant le curseur de la souris, l'un des amoureux va tracer sa route, et finalement apporter un magnifique coeur à son élu. Que c'est bô !
Mais cette parade nuptiale, bien que drôle à mener la première fois devient vite très répétitive, sachant, en plus, qu'il est très utile d'avoir des vingtaines de vers dans son jardin... La chose devient alors quelque peu répétitive...

Diversité biologique.

Très vite la présence de vers de terre va attirer des oiseaux : la présence d'un lac attirera des grenouilles, etc. Tant et si bien que progressivement on verra la diversité biologique augmenter. C'est d'ailleurs le principal intérêt du jeu : découvrir de nouvelles piñata et réussir à les maintenir dans notre jardin. Tout le reste n'est finalement que fioritures et esthétisme.
Pour varier les plaisirs, on dispose bien heureusement du versant florale de la nature : faire grandir des pommiers, planter des citrouilles, voilà du concret pour le jardinier que vous êtes, armé de son arrosoir et de sa patience... ou plus simplement d'une assistante qui viendra s'occupper de vos massifs pour vous.

Capitalisme.

Le nerf de la guerre, comme trop souvent, repose sur l'argent : on peut acheter Piñatas, graines, plantes, objets raffinés, soins d'un docteur, etc. directement chez des vendeurs agrées. De quoi parfaire son oeuvre horticole... pour peu qu'on ait réussi à franchir les premières heures de jeu pendant lesquelles on ne peut pas honnêtement dire qu'on roule sur l'or (pardon, les pièces en chocolat, cible jeune oblige).
L'avantage du procédé est mis en lumière lorsque l'on constate qu'en repartant sur un nouveau jardin on garde tout l'or accumulé. On songe alors très vite à revendre tous les éléments de notre havre biologique pour repartir sur de saines bases sonnantes et trébuchantes.

Mon PC est une Xbox ?

Le jeu est directement adapté de la Xbox 360, et il ne le cache pas. Des icônes aux couleurs des touches de la manette de la console sont là pour nous le rappeler sans cesse. Tant et si bien qu'il convient d'utiliser une manette xbox 360 compatible PC pour que les joueurs les plus jeunes trouvent des repères immédiats à l'écran.
Malgré tout, le jeu reste complètement jouable au clavier et à la souris. On s'étonnera simplement de cette référence déplacée dans le cas où l'on ne dispose pas du matériel recommandé. 

Blaaam.

Dans les grandes lignes, l'action du jeu consiste uniquement à faire quelques aménagements, attendre, observer les conséquences, puis recommencer. De quoi lasser lourdement les plus caféinés des fps-istes. Mais les plus jeunes, captivés à la fois par l'envie de découvrir de nouvelle espèces de Piñatas et par le graphisme coloré et inhabituel du jeu, déploient une patience sans borne, prenant un certain plaisir à évoluer dans ce monde qui peut sembler un peu étroit ou répétitif.

Misons que cette version PC ne fera pas plus de bruit que la version Xbox 360 lors de sortie... mais elle saura procurer une expérience de jeu sympathique à quelques petites têtes, tout comme Créatures à pu nous captiver il y a quelques années de cela.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

2 commentaires

  • Anonyme

    02/07/2009 à 15h01

    Répondre

    trop cool

  • Anonyme

    02/07/2009 à 16h41

    Répondre

    entierement d'accord

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques