4.5/10

Way of the Samurai 3 - Test

Un titre aux capacités hors normes ! Incarner un samouraï pour changer la face d'une région, ça laisse rêveur. Vous pouvez par exemple tuer tout ce qui bouge ou  vous pouvez négocier tout azimut sans jamais sortir votre sabre de son fourreau. Malheureusement, l'ensemble n'est pas soutenu par la technique, ce qui laisse un arrière-goût amer aux apprentis bretteurs.

Way of the Samurai 3 s'inscrit naturellement comme la suite logique de la saga Way of the Samurai. Le premier opus posait les bases de la série et malgré quelques défauts, nous faisait rêver. Le deuxième épisode capitalisait sur le travail précédent pour enrichir le jeu même si des défauts subsistaient. La perfection n'étant pas de ce monde, nous pouvions passer outre certains de ces aspects tant le fond proposé était riche. L'arrivée sur les nouvelles consoles est un signe prometteur et c'est avec de grands espoirs que nous nous lançons dans l'aventure. La vidéo d'introduction nous met d'ailleurs dans le bain (de sang) et nous voilà prêts à en découdre.

 

La Nouvelle Star? c'est ici ?
La Nouvelle Star ? c'est ici ?
Après une terrible bataille, vous êtes laissé pour mort sur le champ de bataille. Vous sortez votre carcasse encore groggy du charnier et vous découvrez le contexte : Le clan Fujimori domine la province d'Amana suite à des trahisons et une prise de pouvoirs musclée. Il veut moderniser la région afin de préparer au mieux le passage vers le nouveau régime (au moment du jeu, Oda Nobunaga est le plus à même de réussir l'unification du Japon). Le dernier opposant au Fujimori, est le clan Ouka. Ces derniers sont les derniers vestiges du clan Sakuraï écrasé dans la vidéo d'ouverture. Leur clan ressemble davantage à Robin des Bois qu'à une armée de guerriers. Au milieu de tous ces évènements : les villageois. Ils sont tiraillés entre le travail forcé des Fujimori ou la guerre d'usure du clan rival. Au milieu de ces tumultes : vous ! Vous êtes un samouraï sans maître, un « rônin » et vous êtes par conséquent libre de faire ce que vous voulez dans la gentille province.

Et hop ! Sans les mains !
Et hop ! Sans les mains !
La liberté néanmoins est un grand mot car le gros défaut du jeu est la forme. Les graphismes sont complètement dépassés. Un aspect technique digne d'une version PS2 ou presque. Les combats se jouent également de la même façon que dans le premier épisode. Si le principe de force à appliquer sur ces coups ou sur ses parades est intéressant, dans la pratique, nos guerriers ont l'air d'avoir un deuxième sabre dans un fourreau complètement étanche qu'ils auraient caché dans quelques parties de leur anatomie. Les déplacements sont rigides, les systèmes de frappes également et la disposition des commandes aux antipodes de l'accessibilité. Ces défauts sont accompagnés de barres de vie démesurées puisque certains officiers ne demanderont pas moins de 200 coups de sabre pour mourir. Eventuellement si vous passez 300H à perfectionner votre sabre vous caresserez peut-être l'espoir de le voir faire quelques dégâts mais ce n'est pas sûr. De même, les bugs de collision ou de trajectoire sont monnaie courante. Je me suis vu dans l'impossibilité de frapper un thon à découper car il était devenu intangible. Si l'hypothèse d'une protection virtuelle de l'espèce par un développeur zélé n'est pas à exclure, je doute du soin apporté à certains aspects techniques du soft.

2 mains = 2 sabres
2 mains = 2 sabres
Néanmoins, Way of the Samurai 3 n'est pas un cancre. Bien au contraire, il possède même d'énormes capacités. L'ambiance du jeu est par exemple envoûtante, les musiques et l'atmosphère « Japon féodal » sont bien retranscrites. Ces deux qualités sont bien l'une des forces de cette série. Les développeurs y ajoutent même une petite dose d'humour à travers des quêtes loufoques (la fameuse quête des sous-vêtements de la grand-mère) ou les joueurs de biwa qui font office de point de sauvegarde. Il est dommage cependant que l'anglais soit la langue de la version européenne. Un jeu en japonais sous-titrés aurait été parfait pour nous plonger dans l'action. Ce n'est pas un petit « arigato » entendu à la sauvette par un personnage secondaire en arrière-plan qui nous fera oublier le « what are you doing here » du soldat en face de vous. Cependant, une vérité est toujours vérifiée dans ce jeu. A chaque partie, un destin différent. Si vous conservez vos techniques et vos sabres, vous aurez la possibilité de changer de destin à chaque partie. Ainsi, vous pouvez vous sauver de suite de la région ou encore mourir après 5 minutes car vous avez pris un caillou sur la tête. Au contraire, vous pourrez devenir le seigneur de la région ou le justicier sans peurs et sans reproches. A chaque nouveau destin, vous en profiterez également pour parfaire vos techniques. Ces dernières sont nombreuses : selon votre garde (haute, basse, de côté, ninja...) vous aurez des coups spéciaux à débloquer.  Et au sein même d'une garde, selon le sabre choisi, les techniques seront différentes. La possibilité de se battre à la lance est également disponible et le forgeron sera votre meilleur ami pour améliorer vos armes ou même en créer. Comme dans les opus précédents, votre sabre peut se casser durant un combat donc ayez toujours un sabre de rechange sous peine de devoir vous battre à mains nues. Le style sans arme est d'ailleurs intéressant et vous donnera envie de mourir tant ce dernier est encore plus rigide que les autres.

Il y en aura pour tout le monde
Il y en aura pour tout le monde
Vous l'aurez compris, Way of the Samurai 3 est destiné à un public averti. Ses défauts sont nombreux mais ses qualités peuvent attirer les plus passionnés d'entre nous. Si peaufiner vos techniques durant des heures et si vous plonger dans une ambiance japonaise vous plaît, alors ce jeu saura vous satisfaire. Les plus nobles d'entre vous seront d'ailleurs récompensés car plus vous êtes honorable, plus vous débloquerez de choses comme de nouveaux costumes ou de nouveaux visages. La saga possède un énorme potentiel et nous ne pouvons qu'espérer qu'un prochain Way of the Samurai saura pleinement utiliser la richesse de ses aînés.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques