6.5/10

Way of the Samurai - Test

Way of the Samurai est un jeu d'action qui loin de faire l'unanimité, offre un dépaysement enchanteur et des combats au sabre digne des meilleurs films japonais.

Les jeux de sabres et d'épées sont légion mais ceux qui veulent s'inscrire dans un certain réalisme sont moindres. Sur les consoles de Sony, nous eûmes droit à des jeux de qualité comme Bushido Blade mais également Way of the Samurai. Ici, point de grand « combo » ou autre « juggle » . Ici, un coup de sabre et la partie peut se terminer. Way of the Samurai est même plus que cela. Le principe va au-delà du duel : nous sommes en présence d'un esprit chevaleresque, de bataille démente, le tout dans un mode qui fera peu de détails.

A long way...
A long way...
Votre héros (Kenji par défaut) est un Rônin ou Samouraï sans maître. Dans l'époque troublée de la fin des Tokugawa et du début de l'ère Meiji, il tente de survivre en promenant son sabre et son kimono à travers monts et vallées. Son voyage l'amène à Rokkotsu qui est un passage névralgique dans les montagnes. Dans ce lieu enchanteur, 3 clans s'affrontent : les forces gouvernementales, le clan Kurou et son leader Tesshin (le Heihachi Mishima du jeu en terme de charisme) et le clan Akadama dirigé par le fils illégitime de Tesshin, Kitcho (dont le look est proche de Ken Watanabe dans le Dernier Samouraï). Toute cette petite bande encercle le village dont les paysans et autres marchands réclameront également votre aide.


L'originalité du jeu va être la liberté d'action proposée. Vous avez trois jours pour prendre ou non un parti et survivre à Rokkotsu. 3 jours sont équivalent à peu près à 3 heures de jeu mais cette vitesse se justifie par les multiples possibilités en terme d'évolution de votre personnage mais également en terme d'intrigue. Vous pourrez ainsi défendre la veuve et l'orphelin ou devenir le pire des traîtres. Après tout, votre but est de survivre non ? C'est ainsi que les différentes possibilités vous amèneront à défier des brigands sur un pont ou à affronter l'armée dans une plaine ou encore à combattre des ninjas dans le village.


Mais l'honneur d'un Samouraï n'est rien s'il meurt de suite, il faut donc parfaire ses techniques. Si l'on peut tuer un ennemi en 3 coups, on peut aussi apprendre ses techniques en récupérant son sabre. Plus vous vous entraînerez avec son arme, plus vous la maîtriserez et apprendrez des nouvelles techniques. Lors des combats, coups normal, fort, blocage ou coups de pied s'enchaînent bien et l'on aura un nombre de style assez conséquent. Les affrontements vous demanderont une bonne maîtrise de l'espace mais également une bonne connaissance de votre épée. En effet, à trop taper ou bloquer, votre lame aura besoin de repos sous peine de se briser. Heureusement, le forgeron local (Dojima) se fera un plaisir de faire des affaires avec vous et d'améliorer le tranchant ou la résistance de votre arme. C'est ainsi que la recherche de perfection commence : avoir tous les sabres, toutes les techniques, toutes les améliorations. Vous délaisserez presque l'intrigue pour pouvoir vous entraîner. Votre volonté de perfection sera portée par une ambiance sonore prenante. Que vous arpentiez les cols ou que vous soyez en pleine bataille rangée, les musiques vous donneront le courage qui pourrait vous manquer devant tant d'adversité.


Malgré le souci de réalisme de l'intrigue ou des combats, le jeu proposé n'était pas parfait. Il fallait clairement adhérer au principe pour sans arrêt recommencer l'aventure ou pour perfectionner ses techniques. Le système de sauvegarde pas toujours clair vous rendra également un peu marteau au début sans compter la gestion des sabres qui vous oblige à en transporter qu'un nombre limité sur vous(trois). Le principe de soin via des coups de latte dans des radis peut également laisser dubitatif. Le moteur graphique quant à lui ne fait pas dans le détail même si la lisibilité est tout de même au rendez-vous. Il est également dommage que le mode deux jours soit si limité mais on ne peut pas tout avoir dirait-on.

Way of the Samurai est donc un jeu séduisant qui est dans l'esprit des Kenshin ou des Zatoichi. Ce jeu a depuis fait des petits en poussant encore plus loin l'implication du joueur et les techniques à apprendre. Il ne manque plus que Seppuku pour éviter un game over honteux ou encore des minis jeux sur le Kabuki.

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    20/04/2010 à 13h04

    Répondre

    Jeu extraordinaire à la durée de vie insensée pour tout amateur averti de bushido et/ou de l'ère Edo japonaise.. J y ai passé de longs , très longs mois dans ma jeunesse...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques