8/10

World of Warcraft - Mists of Pandaria

Comme vous devez certainement le savoir, Mists of Pandaria, la dernière extension de World of Warcraft, est sortie ! Si le succès de la précédente a été au rendez-vous, le challenge est de taille pour Blizzard car depuis le rush de Cataclysm, le nombre de joueurs a baissé. Rassurez-vous, avec près de 10 millions de joueurs actifs, WoW a encore de belles années devant lui mais il s'agit désormais d'entretenir les rêves d'aventures des joueurs. Surtout que depuis la sortie du jeu de base, WoW a été souvent imité, copié ou attaqué par la concurrence. À l'instar de la dernière extension qui changeait tout ou presque, les développeurs n'ont, semble t-il, pas eu peur du challenge.


Ne pas penser aux bambous, ne pas ...
En effet, le thème principal de Mists of Pandaria, les Pandarens, est un double défi. D'abord, c'est l'histoire d'un poisson d'avril qui est devenu un bonus de la horde sur Warcraft 3 : The Frozen Throne. Les Pandarens sont donc de retour après tout ce temps mais c'est là que la seconde référence arrive : Kung-Fu Panda ! En effet, voir un Panda dans un monde asiatique qui fait des cabrioles et qui est gourmand, cela rappelle l'histoire du film d'animation. C'est ainsi que certains joueurs ont nourri un certain scepticisme à l'égard de cette extension. Cependant, Blizzard entend bien nous surprendre.


Un autre bol de nouilles aubergiste !
Le joueur continue donc l'histoire là où Cataclysm l'a arrêté. Ainsi, après le combat contre Aile de mort, les nations sont à couteaux tirés vu que leurs leaders les plus charismatiques et enclins à la paix sont en mission pour sauvegarder le monde contre ses plus grandes menaces. Ils laissent ainsi, à l'instar du chef Orc, le sort des nations entre les mains, pas toujours tendres, de leurs successeurs. Heureusement, et c'est là l'une des forces du jeu, une nouvelle nation débarque. Son détachement du conflit en fait un candidat à la neutralité qui change des nations qui ont un partis pris. Nous reviendrons d'ailleurs sur cette nation plus tard.


Yes ! J'ai ma ceinture panda !
En effet, d'autres changements doivent être évoqués comme une nouvelle montée du niveau max à 90, un système de combat de familiers, mais surtout un système de spécialisation et de compétences qui bousculent les habitudes du joueur. De même, les amateurs de défis seront ravis de voir, en plus des nouvelles instances, un mode challenge qui les met au défi de réussir les donjons en un certain temps.


Karate Kid ou Ranma 1/2 ?
À l'instar de sa stratégie sur Diablo 3, Blizzard a grandement simplifié le système de spécialisation et de compétences. Dans les fait, on sait vers quoi on se dirige sans trop se prendre la tête et on prend davantage le temps de comprendre l'impact de chaque sort. Certes, les pro de l'optimisation et des personnages un peu mixte vont râler mais cela a l'avantage de redistribuer les cartes du jeu tout en le rendant plus lisible et dynamique. De même, l'équilibre et le rôle des classes semblent dès lors plus à l'équerre. Cependant, cela s'accompagne d'un électrochoc violent puisque votre personnage haut niveau devra être redécouvert, lui et ses 10 000 sorts. Le nouveau système est plus aisé à maîtriser et à comprendre avec un nouveau personnage ou un personnage peu évolué.


le vieux maître a trop enfoncé son chapeau !
Pour enrichir le jeu, Blizzard a également ajouté une nouvelle classe : le moine. Cela rappelle des souvenirs aux joueurs de Diablo 3 mais même s'il peut en effet utiliser son chi et mettre de belles tatanes, le moine de WoW est une classe hybride à l'instar d'un paladin, d'un druide ou d'un shaman. Cette nouvelle classe peut gagner du chi pour lancer des sorts surprenant mais il a la possibilité de choisir l'un des trois rôles de la fameuse trinité. Ainsi le maître brasseur est un moine qui peut jouer les tanks grâce à ses boissons fortifiantes. On le sait bien, l'alcool anesthésie lorsqu'on prend un coup ! Le rôle de soigneur est une autre voie possible avec le tisse brume. Sa barre d'énergie devient une barre de mana et outre quelques baffes, il soigne le groupe de façon convaincante. Le marche vent, comme vous vous en doutiez, est le spécialiste des dégâts et des arts martiaux. C'est le rôle que j'ai choisi et je n'ai pas été déçu. Coups de poing éclair, coups de pied retournés et autres postures de combat viennent à vous pour vous permettre de rétamer vos ennemis.


L'indomptable Canette ! Impressionnant ?
Si vous voulez découvrir cette nouvelle classe, quoi de mieux qu'un Pandaren ? En effet, si l'aventurier en herbe que nous sommes a toujours voulu être un chevalier ou un mage puissant, il a également nourri l'idée d'être un guerrier invincible pouvant affronter ses ennemis avec ses poings. Les films d'action chinois nous ont d'ailleurs souvent offert ce type de rêve avec une certaine réussite. Tel un Jet Li, vous commencez votre apprentissage dans un temple sacré avec votre vieux maître et au fil de votre périple, vous allez rencontrer de grands maîtres d'armes, des dragons surpuissants et l'architecture de Shen-Zi Su, l'île vagabonde. Cette dernière est colorée et vous aurez le droit à votre petit voyage dans l'Asie des légendes, entre les forêts de bambous et les montagnes vertigineuses. Sur le papier, j'étais un peu dubitatif mais dès les premiers instants, je me suis laissé happer par cet univers qui enchaîne les références comme Ranma 1/2 ou les films de Michael Bay (pour ne citer que ceux là et sans vouloir gâcher le plaisir de la découverte). Les Pandarens sont une race sympathique et vous devrez, au terme de votre apprentissage, choisir votre camp : Horde ou Alliance. Le contraste est saisissant dans les deux cas. En effet, au sein de l'Alliance, vous allez l'air presque redoutable avec votre carrure d'ours géant, seuls les Elfes de la nuit sont plus grands mais ils ont l'air plus chétifs. Par contre, dans la horde, au milieu de toutes ses sales gueules (sauf les délicats Elfes de sang), vous avez l'air d'une gentille boule de poil. Vous allez donc avoir une certaine affinité avec le Tauren qui a ce côté animal anthropomorphique pacifique.


Le dragon au fond est du genre coriace !
Ainsi, WoW nous offre une balade rafraîchissante grâce à ses nouveautés. Les habitudes sont bousculées et on peut dire que dans l'ensemble, c'est une réussite. Malgré la pression, les Pandarens parviennent à offrir aventure et dépaysement même aux plus sceptiques. Si les compétences, le moine et l'ajout des Pandarens est une belle réussite, on regrettera le manque d'un méchant charismatique au premier plan comme Arthas ou Aile de mort. On découvre Pandaria, un peu par hasard, et il aurait été intéressant d'avoir une intrigue plus poussée sur le sujet. Enfin, ne boudons pas notre plaisir, Mists of Pandaria se savoure grâce à cette envie de tout changer qui est né avec Cataclysm et qui témoigne du suivi de la compagnie dans les évolutions en matière de jeu.


C'est important de rester zen en toute occasion ! Attention à ne pas s'endormir quand même !

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • shushu

    27/09/2012 à 16h56

    Répondre

    J'hésite... J'ai été déçu quand j'ai repris Cataclysm. Déçu après 1 semaine de jeu sur Diablo III.
    Pas envie de reprendre Aion. J'aimerais essayer Guild Wars 2 aussi. Et Batman Arkham Asylum aussi !

    A moins que je ne me contente de Torchlight 2 ?

    Ou que j'attende le prochain NCSoft ??

    Raaah... spa facile !

    Quelqu'un pour me convaincre ?http://jeux-video.krinein.com/-25649/mi ... 19693.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques