8/10

WWE Smackdown vs Raw 2011 - Test

Comme tous les ans, THQ nous propose la dernière version de sa franchise de jeu de catch à succès Smackdown vs Raw. Qui va devenir le nouveau champion ? Qui va trahir qui ? A quelle heure on mange ? Autant de questions qui trouveront réponsent dans le monde fabuleux de la lutte spectacle.

Cela fait sept ans que la licence phare du monde du catch sévit sur nos consoles de salon, ravissant grands et petits amateurs de torgnoles chiquées et d'intrigues aussi ridicules que théâtrales, et le moins que l'on puisse dire c'est que la formule n'a pas trop changé depuis Smackdown vs Raw premier du nom (souvenez-vous ça se passait en 2004 sur la PS2). Des contrôles simples à prendre en main et des graphismes agréables à l'œil sans être une tuerie technologique, ce premier épisode avait été bien accueilli par la critique ainsi que par les fans. Alors après toutes ces années, quoi de neuf à l'horizon ?

Here come the Champ'

(Attention cet article peut contenir plusieurs termes difficilement compréhensibles par les non amateurs.)

On pourra commencer par dire que les développeurs ont su garder ce qui a fait le succès de leur série. Même si la maniabilité a évolué depuis les débuts, intégrant de plus en plus de petites choses pour enrichir le gameplay, nous sommes en présence d'un jeu qui commence à souffrir du manque d'innovations. Rien ou presque n'a été ajouté par rapport au volet de l'année dernière (nouvelle prise de coin, quelques possibilités en plus dans les matchs à spécificités genre match en cage mais rien de bien conséquent). Si les développeurs s'appuient sur une maniabilité vue et revue, cela a l'avantage de garantir un gameplay toujours aussi dynamique. Voire un peu trop : le système de reversal (contre) est basique (un bouton sert à tout contrer) mais oscille entre le « c'est beaucoup trop facile de contrer dans ce jeu !!! » et le « mais pourquoi il a pas contré alors que j'ai appuyé sur le bouton au bon moment ??? ». Malgré cela, le titre reste très accessible et facile à prendre en main. Un bouton pour les coups, le stick de gauche pour les prises et voilà pour les bases. On s'amuse très vite à faire subir les pires tourments de l'enfer à son Un bon paquet de superstars
Un bon paquet de superstars
adversaire sans trop d'effort et après quelques heures de jeu, on enchaîne les prises comme un lutteur professionnel.
Graphiquement le constat est un peu le même. Sans être laid, le jeu ne flatte pas non plus nos rétines qui commencent à être habituées à bien mieux. Les combattants sont globalement bien modélisés et se reconnaissent au premier coup d'œil (mention spéciale à Randy Orton, tout simplement bluffant) à quelques exceptions près (Edge tout simplement massacré). L'animation par contre ne souffre d'aucun défaut majeur. Les personnages bougent avec souplesse et les prises sont fluides. Dans le même ordre d'idée, les entrées des différents catcheurs sont saisissantes de réalisme, on se croirait devant son poste et il n'est pas rare de se surprendre à les regarder en entier. En revanche, le moteur physique est franchement à la ramasse par moments, notamment pour tout ce qui est interactions avec les cordes, et les bugs de collision sont légions. Un mot sur le multijoueur en ligne. Vous pourrez affronter jusqu'à 12 joueurs, et si les matchs à trois ou quatre ne posent aucun problème, n'espérez pas faire un Royal Rumble : en effet dès que l'on dépasse les 6 ou 7 joueurs, le lag devient un vrai problème jusqu'à rendre les affrontements proprement injouables.

So, what's the bottom line?

Laissons de côté les considérations bassement techniques pour se focaliser sur le gros, que dis-je, l'énorme point fort du jeu : sa générosité. Smackdown vs Raw 2011 propose un roster simplement gigantesque. 70 personnages sont jouables dont une bonne partie à débloquer au fur et à mesure de vos parties (la plupart possédant plusieurs tenues, elles aussi à débloquer). Toutes les têtes connues sont là et même plus. Le fan pourra donc s'organiser le combat de ses rêves quel que soit son petit poulain aux hormones préféré. Le soft n'est pas en reste au niveau du paramétrage des règles d'un match. Des grands classiques comme les Tag Team, Triple Threat ou Royal Rumble jusqu'aux Des matchs épiques
Des matchs épiques
matchs à spécificités plus exotiques tel que le Hell in a Cell ou le Inferno dans lequel il faut faire brûler son adversaire, en passant par les Iron Man matchs, les TLC et j'en passe. Au final des dizaines de règles sont présentes, grosso modo toutes celles qui ont fait la gloire des grands events de la WWE, et sont, de plus, additionnables pour encore plus de fun. Vous voulez vous battre dans un Fatal 4 Ways avec des échelles et la règle Everything Goes (tout est permis) ? C'est possible.
Au niveau des modes de jeu, les développeurs ont conservé le « Road to Wrestlemania » (en le remaniant quelque peu) déjà présent dans l'opus précédent. Ce mode vous propose de choisir un des cinq catcheurs proposés et de vivre son ascension depuis le bas de l'échelle jusqu'à la victoire à Wrestlemania, la grande messe du catch américain. En plus des matchs classiques organisés pour faire avancer le scénario, vous aurez la possibilité de vous promener dans les vestiaires, parler aux autres combattants (tous doublés par les vraies superstars, un délice pour l'amateur de nanard) et faire augmenter vos stats grâce à des points gagnés lors de vos victoires. Sympathique au début, ce mode devient vite rébarbatif. Les vestiaires sont vides, moches et tous construits sur le même schéma (il doit y avoir une pénurie d'architectes aux US), les combats de vestiaires, bonne idée en soi, sont mous et peu intéressants.

La vraie nouveauté est le mode WWE Universe. Remplaçant le mode carrière, il vous permet de faire évoluer non pas un seul catcheur mais tout le roster WWE. En clair, plusieurs évènements sont organisés chaque semaine (les fameuses émissions Raw et Smackdown) et chaque événement vous propose sa carte de combat que Les entrées sont très bien rendues
Les entrées sont très bien rendues
vous serez libre de modifier à loisir. Une fois tous les matchs de la semaine effectués on passe à la suivante et une fois par mois un event spécial, type SummerSlam est prévu. Des résultats de toutes ces rencontres dépendra le classement des superstars, les opportunités pour la ceinture, des alliances et des rivalités naîtront ce qui influencera vos futurs matchs. Un peu austère de prime abord, ce mode est certainement celui sur lequel vous passerez le plus de temps. S'il vous en reste encore à perdre vous pourrez toujours aller faire un tour du côté des éditeurs. Plus que complets, ces derniers vous permettront de créer une superstar de A à Z, d'éditer sa liste de coups et son entrée sur le ring jusque dans les moindres détails. Vous aurez même la possibilité de créer vos propres scénarios. Attention tout de même, il est facile de se laisser happer des heures durant sur ces outils.

Au final, il n'y a que peu de choses à vraiment reprocher à ce Smackdown vs Raw 2011 et la somme de ses qualités éclipse le moteur de jeu et le gameplay vieillissant. Si vous êtes un fan de catch, vous pouvez vous jeter dessus les yeux fermés et ce, même si vous possédez la version 2010. Vous aurez vraiment l'impression de vivre les matchs que vous avez l'habitude de voir à la télévision. Pour les autres, ce titre reste un bon jeu de baston pour des soirées pizza-bière entre amis. Espérons que THQ ne se repose pas sur ses lauriers et nous propose un opus 2012 plus original et disposant de graphismes améliorés.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques