8/10

Fire Emblem Warriors - He's on FIIIIIRRRRE !

De la baston, du charisme et un brin de stratégie ! La recette Muso continue et c'est Fire Emblem qui s'y colle ! A quand un Mario Muso ?

Plus de 20 ! C'est grosso modo le nombre de jeux dit « Muso » auxquels j'ai joué. Depuis Dynasty Warriors 2, j'ai fait du chemin et les développeurs aussi. Chez Nintendo, Koei a également proposé ses services et j'avais eu le plaisir de trancher à tour de bras sur Hyrule Warriors (Wii U ou 3DS). L'avantage de la formule «Muso », c'est que l'on prend une saga et que l'on transforme ses personnages en guerrier pouvant abattre 1000 hommes par bataille. Quel est donc le nouveau défi « Muso » ? Fire Emblem pardi ! Les héros de ce jeu sont des as de la stratégie mais à voir les combats et les cinématiques, on se doutait qu'ils viendraient un jour sur un terrain plus belliqueux. Certes, Marth, Daraen, Lucina ou Ike sont des habitués du dernier Smash Bros mais l'herbe fraîchement coupé d'un champ de bataille, le cliquetis des armures, ça leur manquait trop pour qu'ils loupent l'occasion (et moi aussi par ailleurs).

La formule est « simple » ! Surtout si vous avez joué à Fire Emblem Heroes sur votre téléphone : deux jeunes héros vont devoir protéger leur royaume des forces du mal qui déboulent via un portail dimensionnel. Si les méchants le font, les gentils aussi ! A vous de réunir les héros des Fire Emblem précédent pour bouter l'ennemi hors du royaume. Ainsi, une grosse vingtaine de personnages jouables sont présents. On retrouve pas mal de personnages des deux derniers Fire Emblem (Awakening et Fates). Petit bémol, certains personnages auraient pu être jouables mais ils seront seulement des personnages non jouables jusqu'au… DLC ! C'est un cas un peu trop fréquent pour que l'on apprécie le trait. Surtout quand certains Muso proposent plus de cinquante personnages ! Une pratique donc un poil discutable mais on se console sur le reste du jeu.

Tout d'abord, il y a de quoi faire : un mode scénario où l'on explore les tenants et les aboutissants de cet épisode et où l'on va débloquer ses personnages, les rendre plus puissants, etc. Et un mode chronique où à l'instar d'un mode aventure, on choisit des défis sur une carte (ici, inspiré des cartes des Fire Emblem) pour défier des ennemis et avancer. Chaque défi signifie une bataille et une chance de devenir plus fort avant de pouvoir accéder au boss. Bref, de quoi s'occuper seul ou à plusieurs.


DR.

Ensuite, le gameplay reprend les bases des Muso mais y ajoute quelques trucs Fire Emblem. Tout d'abord, les interactions avec ses coéquipiers sont plus poussées. On passe de l'un à l'autre, on compose des paires ou même on soigne. Bonne idée au sujet des soins : les bâtons se rechargent à la fin de chaque bataille. De plus, l'option carte vous permet de confier des missions à vos coéquipiers. Envoyer Chrom affronter un ennemi tandis que vous envoyez Lucina prendre un fort par exemple. Plus qu'un gadget, cela permet de maîtriser la carte et de même les chances de son côté. De plus, en passant d'un personnage à l'autre, vous pouvez vous éviter quelques allers/retours contraignants.

Dans le gameplay qui change : les personnages avec une monture ne peuvent pas tomber contrairement à un Dynasty Warriors. Cependant, ils ne peuvent pas descendre. Cela dit, ils bénéficient d'un gameplay dédié très sympa. Par exemple, les chevaliers pégases dominent les cieux avant de fondre sur leurs ennemis. On reconnaît là la « touche » Fire Emblem au milieu d'un Muso. Pour les augmentations de personnages, la « badgerie » devient « l'emblémerie » et permet de booster ses personnages. C'est ici aussi que vous appliquerez les changements de classe chers à Fire Emblem.


DR.

Côté technique, Fire Emblem Warriors tient la route. Similaire à Hyrule Warriors mais en plus fins (Switch oblige). Le cell shading est agréable et les musiques péchues rythment les combats. Que ce soit sur la télé ou en mode nomade, le jeu ne souffre pas de ralentissements ou de pertes de qualité.

Fire Emblem Warriors est un bon épisode pour les fans de beat'em all de masse. De l'action à gogo, des personnages charismatiques et un contenu honnête viennent compléter le tableau d'un jeu qui sait faire plaisir aux fans des deux univers.


DR.

 

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques