A Plague Tale : Innocence - Toujours plus amibitieux

Comme chaque année, l'éditeur Focus Home Interactive a présenté à la presse ses jeux du moment en développement ou à la sortie plus ou moins imminente. Nous commencerons par un de ceux qui nous a le plus marqués, A Plague Tale : Innocence.

A Plague Tale : Innocence ne nous est pas inconnu. Découvert l'année dernière lors du salon précédent, il nous avait interpellé par sa dimension psychologique assez appuyée, via le lien entre une soeur et son petit frère, et par son mélange des genres.

Pour rappel, l'aventure se déroule en 1349 en France, en pleine guerre de 100 ans et épidémie de peste dans le Sud-Ouest du pays. Amicia et Hugo, 14 et 5 ans, qui ne se connaissent pas, bien qu'ils soient frère et soeur, cherchent refuge et, semble-t-il, leurs parents, tout en évitant des hordes de rat, l'ennemi anglais et des soldats de l'Inquisition. De nombreuses libertés sont bien sûr prises avec l'Histoire qui sert avant tout de cadre pour l'ambiance. Les phases de jeu alternent entre infiltration, légère réflexion afin d'éviter les rats grâce à la lumière ou l'eau, et un peu de confrontation avec l'ennemi par jet de fronde, qu'Amicia manie à merveille.


Des actions variées avec la fronde pour atteindre l'objectif.

Cette année, une nouvelle séquence de jeu de 25 minutes de A Plague Tale nous était proposée par le sympathique studio français Asobo et a permis de mieux comprendre ses mécaniques. Elle s'est déroulée sur un niveau du chapitre 5.

Premier constat, que le jeu est beau ! C'est l'un des plus beaux et soignés graphiquement parmi tous ceux présentés, notamment sur les traits et expressions de visage. Le décor n'est pas en reste avec de grands espaces naturels qu'on a pu découvrir dans cette séquence. Les phases de marche ou course, assez présentes, n'en seront que plus immersives.

Autre effort louable du studio pour bien appuyer l'ambiance, les personnages parlent beaucoup en évoluant, notamment Hugo qui ne cesse de gambader et piailler à droite à gauche comme le ferait en effet n'importe quel enfant de 5 ans en pleine nature. Ces dialogues, bien qu'accessoires évidemment dans la progression, nous touchent nécessairement et c'est bien vu, sans en faire trop non plus. D'ailleurs, dans d'autre passages plus tragiques, Hugo perdra bien vite et avec autant de réalisme toute sa gaîté et sa joie de vivre enfantine. Ce réalisme psychologique a même été poussé si loin qu'il a aussi un impact dans les phases d'action ou infiltration. Ainsi, si Amicia doit s'écarter d'Hugo à certains moments pour agir, elle ne pourra le faire ni trop loin ni trop longtemps.

 
On évolue autant à l'extérieur que dans de grandes et inquiétantes bâtisses.

Puisqu'on parle de l'action, on constatera qu'il y a pas mal de variété. Soit il faut éloigner un soldat d'une lanterne en faisant diversion, soit l'on doit casser sa lampe, soit on fait tomber un objet sur lui, ou parfois on le frappe tout simplement au visage, en pesant bien la décision de savoir quel on doit attaquer en premier, quand il y en a plusieurs. Et si on s'y prend mal, la mort nous attend vite au tournant. Assez classiquement, il faudra également penser à ramasser régulièrement braises, pierres ou autres "munitions" et donc faire attention à ne pas les épuiser.

À noter également qu'il y aura plusieurs moyens d'accéder aux objectifs, ce qui est intéressant même si cela ne changera pas le fil de l'histoire et de la progression. C'est d'autant plus intéressant que cela fera parfois intervenir des choix moraux où la dimension psychologique nous reviendra alors de plein fouet en pleine figure. À la fin de la séquence, A Plague Tale mania ainsi très bien quelques effets musicaux et de caméra pour accentuer le choc. Je ne vous en dis pas plus.

Enfin, sur le scénario en lui-même, difficile de dire s'il a été particulièrement creusé. Mais vu les quelques dialogues qu'on a entendus dans ce chapitre 5, une intrigue plus que minimaliste semble au rendez-vous, ainsi que des mystères à dévoiler sur fond de paranormal et de fantastique.

Je disais l'année dernière : "Un bon jeu en perspective si le scénario, la variété, la durée de vie et un bon dosage de la difficulté suivent." Certains de ces ingrédients semblent déjà acquis. On n'attend donc plus que la sortie pour confirmer un si bon ressenti.

Informations complémentaires

- Sortie 2018 à confirmer.

- Edité sur PC, PS4 et Xbox One.

- 17 chapitres pour une durée moyenne annoncée de 12H de jeu.

- Voix uniquement en anglais pour l'instant.

- Voix en français souhaitées par le studio Asobo. Dans un idéal souci de réalisme et d'immersion, il souhaite même que les voix soient en français ou anglais selon l'origine des personnages, vu qu'il y a à la fois des Français et des Anglais (ce serait en effet plus immersif que jamais).

Il a été indiqué que, malheureusement, la décision finale n'appartient jamais au studio développeur et que rien n'est donc acquis pour l'instant...

- Bande-annonce E3 : https://youtu.be/-HaPvRrmA8Y


La dimension psychologique utilisée dans bien des aspects.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Aventures, enquêtes, mille et une énigmes, réflexion ; jeux aux thématiques profondes, originaux, décalés, indépendants, telles sont mes passions. De temps à autres, aussi du 100 % action. Féministe avertie, assoiffée de justice, je rejette toute forme de discrimination ; donc j'écris aussi en manga, BD, cinéma, livres, séries ou jeux de société.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques