Styx : Shards of Darkness

Tout récemment annoncé, Styx : Shards of Darkness, est la suite de Styx : Master of Shadows, jeu d'infiltration ayant la particularité de mettre en scène un gobelin dans un univers heroic-fantasy.

Tout récemment annoncé, Styx : Shards of Darkness, est la suite de Styx : Master of Shadows, jeu d'infiltration ayant la particularité de mettre en scène un gobelin dans un univers heroic-fantasy. Partant d'un concept difficile mais engageant, Cyanide Studios ont réussi l'exploit avec leur premier Styx, dosant comme il le fallait le réalisme et la rigueur requise pour ce genre de jeu avec la grandeur et les exigences somme toute très codifiées d'un monde fantastique. C'est sur une date de sortie dans l'année que table Focus Interactive, ce qui en dit long sur l'état de développement du jeu. Styx : Shards of Darkness sera donc l'un des premiers jeux sortis à tourner sur le moteur Unreal 4.


Les possibilités et l'étendue du jeu ont été agrandies comme il se doit pour une suite.

Le gameplay du jeu reste relativement fidèle à lui-même, les développeurs ayant clairement choisi de raffiner jusqu'à l'excellence cet élément plutôt que d'introduire des changements radicaux. Ainsi, la possibilité de se créer un double, de recourir à des potions en quantités limitées en guise de pouvoirs magiques (l'équivalent enchanteresque des gadgets haute technologie d'un jeu d'infiltration classique, en somme), seront toujours là. Au niveau des améliorations, un pouvoir de téléportation est ajouté, ce qui permet de se faire une idée de la taille du jeu. Les possibilités d'infiltration ont également été particulièrement étudiées, donnant à chaque mission un replay value élevé. Le jeu semble enfin récompenser la fibre exploratrice des joueurs, en mettant certains lieux complètement hors d'atteinte par des moyens traditionnels.


Après la cité des Hommes dans Master of Shadows, Styx s'en va chercher des noises aux elfes dans leur propre royaume.

Là où Styx : Shards of Darkness prend le contre-pied de son prédécesseur, c'est dans la variété des décors et les types de lieux visités. C'est une aventure prenant place dans des environnements beaucoup plus organiques que celle-ci, avec des forêts majestueuses, des marécages inquiétants et des cités d'elfes au programme. Des décors magnifiques, toujours avec une texture pastel qui donne aux scènes d'action et d'infiltration une ambiance quasi onirique indescriptible. Et enfin, un Styx au comportement plus vrai que nature, dont l'animation trahit, même dans les mouvements les plus silencieux et anodins, la nature de gobelin meurtrier. Il s'agit enfin de noter qu'outre un scénario quasi entièrement passé sous silence, il semblerait que la possibilité de contrôler d'autres personnages que Styx ait été prévue.


L'art de voir sans être vu prendra de toutes nouvelles proportions dans ce jeu, nous promet-on.

Styx : Shards of Darkness est un jeu qui semble favoriser avant tout un gameplay sobre et rigoureux, exactement ce qu'il faut attendre d'un jeu d'infiltration. Vibrant de beauté et manifestement doté d'une prise en main soignée, il est difficile d'émettre quelque réserve que ce soit sur sa qualité.

A découvrir

The Technomancer

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques