Call Of Cthulhu - Le jeu de rôle en jeu vidéo

Il y a un dernier jeu présenté lors de la convention Focus Home Interactive dont il est impossible de ne pas parler : Call Of Cthulhu. Directement issu de l'univers d'épouvante de Howard Phillips Lovecraft, il se veut avant tout être un jeu de rôle au sens originel du terme.

Ces dernières années, les jeux vidéo s'inspirant de l'univers indémodable de Cthulhu, s'ils ne pullulent pas, sont bien présents. De Magrunner : Dark Pulse sorti en 2013 à The Moaning Words édité l'année dernière, la licence reste porteuse et donne plutôt de très bonnes productions. Avec Call of Cthulhu, on n'est plus dans l'inspiration, Cyanide a voulu transposer le jeu de rôle, dont les droits sont actuellement détenus par la société Chaosium, en jeu vidéo. Vous savez, les jeux de rôle, ceux dans lesquels, autour d'une table, 4 à 6 personnes incarnent un personnage évoluant dans un univers dirigé par ce qu'on appelle un maître du jeu. Une feuille de personnage récapitule les différentes caractéristiques du personnage incarné (niveau d'intelligence, de sagesse, de santé, de force, objets, argent et armes détenus etc...) et on lance des dés pour connaître le résultat de tentatives d'action. Le nombre de dés et le résultat à obtenir pour réussir varient selon les caractéristiques que je viens de citer. Il existe des jeux de rôle sans dé, mais la plupart en disposent.

Transposer un tel système en jeu vidéo signifie à l'évidence qu'on n'aura pas un RPG à proprement parler et que la dimension enquête et l'oppression seront très présentes. C'est ce qui a été confirmé par nos aimables intervenants de Cyanide, Jean-Marc Gueney et Maximilien Lutz. Et dans tous les pans du jeu, on sent que le système "jeu de rôle" a grandement influencé (Jean-Marc y joue d'ailleurs depuis très longtemps).

Ainsi, rien que sur l'objectif cela se sent. Il s'agit de résoudre des enquêtes, appelées missions, qui seront au nombre de 14 au total, auxquelles s'ajouteront 7 missions secondaires. Les joueurs-euses incarnent un certain Edward Pierce évoluant en 1924 sous l'époque de la prohibition américaine (période où la vente et la consommation d'alcool était interdite par la loi aux Etats-Unis). C'est d'ailleurs sur cette époque que Lovecraft a écrit. Edward Pierce est un détective privé sollicité par des personnes touchées par des évènements surnaturels. Il faudra fouiller des lieux, dialoguer avec de nombreux personnages, recruter des alliés (3 maximum) et, de temps à autres, être confronté à de vilains monstres, sans qu'Edward ne devienne fou. On s'attend donc à tout ce que l'on peut voir dans le jeu de rôle : Chien de Tindalos, Byakhee, Profond, Vagabond Dimensionnel, et pourquoi pas quelques Grands Anciens.


Enquête et liberté d'action dans un univers inquiétant.

Autre influence du système jeu de rôle, Edward Pierce dispose en toute logique de cinq caractéristiques : investigation, persuasion, infiltration, criminologie et trauma. Ces caractéristiques pourront bien sûr être améliorées, mais cela ne passera pas par un système de px. En revanche, à l'instar de tout bon jeu de rôle qui se respecte, c'est l'uilisation d'une compétence qui l'améliorera. Pas question d'augmenter des caratéritiques dont on ne se sera jamais servi. Et il aura une jauge de santé mentale, celle-ci ne pouvant être récupérée au cours d'une même mission. Seules les pertes pourront être limitées. Il appartiendra donc aux joueurs-euses de trouver le juste équilibre entre perte de santé mentale et obtention d'indices ou objets. Car trouver ceux-ci aura nécessairement un coût en tension nerveuse et donc en santé mentale, surtout si l'on fait quelques mauvaises rencontres ou que l'on découvre des cadavres ou flaques de sang peu engageantes. Notez d'ailleurs que, dans un souci de minutie, il est prévu que les pertes en santé mentale affectent les dialogues. 

Nouvelle influence, Call Of Cthulhu ne se veut pas dirigiste. Les choix et variantes seront nombreuses. Notamment, lire tous les documents, trouver tous les objets ou parler avec tous les personnages ne sera pas indispensable pour résoudre le mystère et accomplir la mission. On peut si on le souhaite diminuer la part investigation. Mais on loupera nécessairement une partie de l'histoire et on aura peut-être moins d'alliés pour les missions suivantes. Cela a été probablement pensé pour les réfractaires aux enquêtes et toucher le public le plus large possible.

Toujours dans l'optique du jeu de rôle, il n'y a pas de système de combat à proprement parler. Que peut bien faire un ridicule humain face à un Chien de Tindalos, même avec un pistolet ? Une fois de plus, il faudra réfléchir et ce sera le moment de regarder ce que l'on peut faire avec les foutus objets qu'on aura récoltés. C'est que ces petites bêtes ont des points faibles : une lumière trop vive, une effluve repoussante, un son agressif, que sais-je ? Restera probablement aussi l'infiltration en cas de panne sèche de cerveau. 


Des objets et indices à trouver, des monstres à esquiver, des alliés à recruter.

Notez enfin, que nos alliés auront leurs propres missions données par nous bien sûr, et, que parmi eux, il y aura un magicien, ce qui nous offre indirectement accès à la magie, mais indirectement seulement. C'est un peu dommage, on attend de voir comment cela fonctionnera concrètement. En outre, lors de leurs enquêtes autonomes, nos chers alliés pourront disparaître ce qui nous donnera de nouveaux mystères à résoudre.

Conclusion

Cette réelle transposition du jeu de rôle en jeu vidéo est un défi très intéressant et qui pourrait donner un excellent résultat. On attend donc un travail important sur l'ambiance et le scénario. Le critère majeur de réussite sera le bon dosage entre tous ces ingrédients et un système de jeu fluide afin de ne pas casser l'immersion propre à l'univers de Cthulhu. L'histoire a été écrite par Mark Morrison auteur renommé de Chaosium, comme Keith Herber ou Sandy Petersen, et grand connaisseur de l'univers. Côté graphique, le travail très soigné, les teintes sombres et les décors en ruines collent très bien à l'univers donc pas d'inquiétude de ce côté non plus. Néanmoins, avec à peine 10H de jeu annoncées, on reste très dubitatifs sur la profondeur de l'histoire et sa capacité à nous subjuguer. Reste que les missions pourront être rejouées une fois qu'on les aura toutes achevées. Vu la variabilité introduite dans le système de jeu, il y aura donc peut-être une certaine rejouabilité. À suivre de près.

La préproduction n'ayant commencé qu'en août 2015, sortie prévue en 2017.


Prendre soin de sa santé mentale car elle ne se régénère pas avant la fin de chaque mission.

 

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • dark_magician

    05/02/2017 à 15h56

    Répondre

    Cela fait un bon moment que j'attendais un jeu de rôle inspiré de l'univers de Lovecraft . Le jeu nous laisse une certaine liberté d'action et c'est appréciable. J'appréhende la durée de vie du jeu, 10 heures, c'est pas beaucoup. Je veux bien rejouer avec un autre personnage mais si l'histoire est pas assez courte, qu'est ce que ça veut le coup de l'acheter ? Le jeu sortira fin 2017 donc j'espère que le studio va allonger le scénario et donc la durée de vie.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques