8/10

Immortals Fenyx Rising - Test Switch

Une promenade épique au sein de la mythologie grecque. La promesse d'Immortals Fenyx Rising sorti en fin d'année sur toutes les plateformes. La nouvelle licence d'Ubisoft est extrêmement prometteuse.

Disons-le d'entrée, Immortals Fenyx Rising a relativement été mis de côté lors de sa sortie. Même s'il a été largement évoqué dans la presse vidéoludique, l'arrivée de ce qui est censé être une nouvelle licence-phare made in Ubi, aux côtés d'Assassin's Creed, a été parasitée par deux choses.

Tout d'abord, la sortie mouvementée d'un autre jeu AAA très attendu (doux euphémisme), Cyberpunk 2077, avec son lot de polémiques autour de son côté graveleux, réactionnaire, sans parler de ses bugs à répétition.

Autre souci davantage lié au jeu lui-même, sa parenté plus qu'évidente avec Breath of the Wild qui fut la source de nombreuses comparaisons pas forcément flatteuses, voire d'accusations de plagiat sur les réseaux sociaux.


C'est beau quand même.

Un départ compliqué donc, mais nous reviendrons dessus après. L'intrigue d'Immortals Fenyx Rising se déroule sur une île où règnent les Dieux de l'Olympe. Ou plutôt, régnaient puisque le démon Typhon a tout ravagé, a soumis les dieux, en a fait fuir d'autres, et a pétrifié l'ensemble des habitants. Seule âme encore en vie pour parcourir ce territoire, Fenyx, le demi-dieu ou la demi-déesse entièrement personnalisable incarnée par le joueur ou la joueuse. Votre mission, secourir les dieux emprisonnés par Typhon qui vous aideront à aller le battre.

Pour se faire, vous devrez parcourir toute l'île, un grand monde ouvert dans lequel vous passerez par-delà des plaines, des montagnes ou des déserts, où vous rencontrerez des monstres, des énigmes et des contrées à explorer.


Parfois, errer au milieu des plaines est un pur bonheur.

Une première chose qui se remarque dès le départ, c'est la qualité de ce monde tout dans les teintes pastel agrémenté de ruines, de palais et de statues. Le terrain de jeu est très agréable à parcourir et on se surprend plus d'une fois à trouver une curiosité au loin à aller visiter, un bâtiment ou une montagne. En plus, les spots à escalader sont nombreux et il est toujours assez gratifiant d'arriver en haut d'une construction, en jouant sur la jauge d'endurance et en cherchant la meilleure façon de grimper.

Pour les combats, c'est du classique mais efficace. Si la prise en main n'est pas immédiate car l'utilisation de la gâchette R pour frapper surprend un petit peu, on s'y fait, et rapidement il devient très aisé de passer de l'épée à la hache, avec des petites incartades du côté de l'arc. A ceci, s'ajoute une multitude de possibilités pour sauter, esquiver ou parer les coups adverses. Les combats sont dynamiques, parfois exigeants, et très prenants.

Là où le jeu perd quelques points, c'est sur l'écriture. L'histoire a beau être assez intéressante, les personnages sont très bavards. Il y a d'abord Promethée et Zeus qui racontent l'histoire au fur et à mesure avec de nombreuses blagues et incartades, mais aussi l'agaçant Hermès qui vient ponctuer la progression de quelques interventions censées nous guider. Cela se calme vers la fin, quand l'enjeu devient plus présent et intense, mais les premières heures sont assez longues de ce côté-là. C'est encore plus agaçant quand la narration s'invite de manière impromptue dans notre progression, en plein combat contre un ennemi par exemple.


Les paysages des cryptes sont d'un tout autre acabit.

Malgré cela, le jeu reste extrêmement agréable, le design soigné de l'environnement et des ennemis, le gameplay évolutif qui s'étoffe au fur et à mesure de votre progression et des bonus gagnés, et les énigmes parfois assez difficiles, notamment dans les cryptes du Tartare qui joueront avec vos méninges.

Passons au sujet qui fâche : Immortals Fenyx Rising est-il un plagiat de Breath of the Wild ? Il faut avouer que les ressemblances sautent aux yeux ! Le monde champêtre et montagneux, la jauge d'endurance, la possibilité de dompter les montures, les quatre divinités à sauver avant d'aller voir le boss final dans son donjon au centre de la map, les mini-donjons souterrains disséminés un peu partout etc. Les développeurs ne se cachent pas de s'être inspirés du chef d'œuvre de Nintendo, mais de là à parler de plagiat, c'est peut-être un peu fort. Parmi les points communs évoqués, tous n'ont pas été créés par BOTW et se retrouvent dans de nombreux autres jeux. En plus de ça, il semble difficile de se plaindre du fait qu'un jeu présente des points communs avec une des plus grandes œuvres de la décennie passée. C'est toujours bon à prendre.


DR.

Certes, Immortals Fenyx Rising n'a pas les mêmes ambitions que son modèle. Le monde est plus petit, la quête principale plus linéaire, le gameplay plus classique. Mais il n'en reste pas moins très agréable à jouer, ne serait-ce que pour la beauté de son monde ouvert et le soin accordé au level-design, notamment dans les cryptes.

Comme BOTW, tout l'intérêt du jeu consiste à se promener dans ce grand territoire sans forcément suivre les quêtes principales. Il serait dommage de passer à côté d'un tel jeu original, surtout lorsqu'on voit ce qui nous attend dans les mois à venir. Un DLC évoque une histoire secondaire qui se déroulera en Chine au milieu des divinités chinoises, ce qui laisse espérer un grand avenir pour la licence.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Je regarde plein de films et sur mon temps libre je suis journaliste. J'ai eu peur devant Paranormal Activity et je me suis endormi devant Interstellar. Mes goûts n'engagent que moi.

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

Rubriques