Life is Strange 2 : Épisode 1 - Test PC

La magie Life is Strange est de retour avec le studio d'origine, DONTNOD. Pari plutôt réussi pour ce premier épisode.

On nous avait promis de nouveaux personnages, une nouvelle histoire, et on avait eu aussi un intriguant prélude avec Captain Spirit. Résultat ? Les promesses sont tenues. Nous voilà certes encore dans l'Oregon, mais à Seattle et avec deux frères de 16 et 9 ans, dans une famille classique des classes moyennes, à ce détail près qu'il n'y a pas de mère. La cause de son absence n'étant pas a priori qu'elle serait morte, cela laisse sous-entendre l'existence d'un lourd et pesant secret à ce stade non révélé. Dans cet univers, nous incarnons le plus grand des deux frères, Sean, qui sera toujours accompagné du plus jeune, Daniel dont nous aurons la responsabilité.

Inutile de narrer l'histoire, il serait dommage de gâcher le plaisir et ce d'autant plus que l'intrigue est très bien menée avec le talent habituel dont le studio sait faire preuve. Vous y retrouverez une narration juste et un sens du détail qui récompense le temps d'exploration, que ce soit les textos dans le téléphone, les lettres, articles ou affichent qui traînent. Vous y retrouverez aussi du tragique avec des séquences émotions-chocs, accompagnées d'excellentes prises de vue et musiques qui mettent les noeuds dans la gorge. On est d'ailleurs un cran au-dessus de la première saison en termes de choc. Ce deuxième opus démarre même littéralement sur les chapeaux de roue.


Une famille presque classique, cherchez qui manque.

On retrouve bien sûr la très plaisante mécanique des choix, scénarios alternatifs et statistiques qui vont avec. Ces choix sont d'autant plus délicats qu'un jeune garçon de 9 ans nous accompagne et qu'on peut donc largement moins se permettre de faire n'importe quoi : il en paie les conséquences, à court mais aussi long terme. Ce n'est en effet plus un personnage que l'on façonne désormais, mais deux. Cet aspect-là est particulièrement intéressant dans Life is Strange 2 et lui donne un côté plus mature.

En revanche, exit toute mécanique de jeu particulière puisque, on le savait aussi, il n'y a plus fort logiquement les retours dans le temps de notre chère Max. Hormis les choix de dialogues et quelques phases où on est actifs par un peu de point'n click, il n'y a ainsi rien d'autre à faire, ce qui provoque quelques longueurs et un peu d'ennui de temps en temps, mais heureusement pas trop (essentiellement dans la phase près de la rivière). Dénicher les objets à collectionner, feuilleter le journal, ou faire dessiner Sean (comme avant Max faisait des photos), c'est sympa, mais on sent bien qu'il nous manque un petit quelque chose. Le paranormal n'en est pas pour autant absent, heureusement, et vient un peu compenser cette lacune. Cette dimension ajoute une certaine intensité à l'intrigue et nous donne d'ailleurs probablement l'explication de ce qui se passe à la fin de Captain Spirit. Tenter dans notre tête d'établir le lien entre ce prélude et Life is Strange 2 est au passage un petit exercice très plaisant. On en vient même à se demander si Chris et Daniel ne vont pas se lier d'amitié. Ce genre de prospective se savourera toujours. 


Une fuite en avant, des choix difficiles... quand la vie bascule.

Côté technique, un vrai pas a été franchis et on sent que trois années ont passé depuis le 1er opus : visages plus animés, textures plus fines, déplacements plus fluides, bien plus de détails dans les décors. La forêt était de ce point de vue très bien réussie. Les commandes sont aussi un peu plus pratiques pour sélectionner les actions, même si on regrette de ne pas pouvoir personnaliser les touches de déplacement du clavier. Dernier bon point : on a droit à cinq unités de sauvegarde.

Enfin, dès le lancement de l'aventure vous verrez que le douloureux choix final effectué dans Life is Strange n'est pas sans conséquence et on apprécie largement l'allusion à la fois en image et en musique qui y est faite. Ouvrez bien vos oreilles et vous retrouverez à un moment une douce mélodie bien connue. C'est à se demander d'ailleurs s'il n'y aura pas d'autres liens entre les deux jeux par la suite : voilà une autre agréable question de prospective. 

Conclusion

Life is Strange 2 vaut largement la peine d'être joué. Il démarre au quart de tour, reprend les beaux atouts de la série et est loin d'être sans lien avec le 1er opus et son prélude. Malgré quelques passages un peu ennuyeux, il nous touche plus d'une fois, fera peut-être même pleurer quelques âmes, et l'on s'attache très vite à ses deux jeunes héros que l'on devra façonner avec plus de responsabilité qu'auparavant. Les nombreuses questions qu'il suscite donne aussi un intérêt supplémentaire. Quant à sa bande-son, elle devient aussi marquante que celle du 1er opus alors que, bizarrement, celle de Before The Storm avait été plus passable. En prime, avec ses 3H de jeu, sachant qu'il y a 5 épisodes, on peut s'attendre à une bonne durée de vie. Donc, à bientôt pour la suite.


Les graphismes montent d'un cran.

A propos de l'auteur

Aventures, enquêtes, mille et une énigmes, réflexion ; jeux aux thématiques profondes, originaux, décalés, indépendants, telles sont mes passions. De temps à autres, aussi du 100 % action. Féministe avertie, assoiffée de justice, je rejette toute forme de discrimination ; donc j'écris aussi en manga, BD, cinéma, livres, séries ou jeux de société.

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein jeux vidéo c'est des tests de jeux vidéo et de l'actualité. Le dernier Mario sur Nintendo 3DS, le dernier Zelda sur Wii U, le dernier Assassin's Creed sur Xbox One, le dernier Infamous sur PS4, vous attirent ? Lisez ce qu'on en pense !

    Rubriques